Viala Charon

Le baron Viala Charon était un militaire et homme politique français né à Paris le et décédé à Paris le .

Viala Charon
Image dans Infobox.
Fonctions
Sénateur
-
Gouverneur d'Algérie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire
Général de division (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinction
Archives conservées par

BiographieModifier

Élève de l’École polytechnique, le et en sortit, pour être sous-lieutenant du génie militaire à Metz, le .

Il fit les dernières campagnes de l'Empire. Il a fait la campagne de 1814 et a concouru à la défense de Metz; il a fait la campagne de 1815 à l'armée du Nord et assista à la bataille de Waterloo.

Il fut nommé lieutenant de la même arme le , capitaine le . Il resta sept ans en Espagne, où il participa aux sièges de Pampelune et de Saint-Sébastien. Capitaine depuis 1821, il prit part à l’expédition de Belgique (1832) qui se termina par la prise d'Anvers.

En 1835, il vint en Algérie, resta presque constamment en campagne pendant quatorze ans et y conquit les grades supérieurs. Il défendit Bougie et Blida, sans cesse attaquées par les tribus arabes et kabyles.

Il est capitaine chef du génie à Bougie le , chef de bataillon en Afrique le , lieutenant-colonel directeur des fortifications en Algérie le , colonel commandant le génie de l'armée d'Afrique le , maréchal de camp commandant supérieur du génie en Algérie le , directeur des affaires d'Algérie au ministère de la guerre le , général de division le , gouverneur général de l'Algérie le .

Il participa aux expéditions de Cherchell, de Milianah (1840), de Mascara (1841), du Chéliff et des Flittas (1843), et son nom fut mis cinq fois à l’ordre du jour. Colonel en 1842, maréchal de camp en 1845, Charon fut nommé général de division et gouverneur général de l'Algérie le .

Il a occupé cette haute fonction jusque dans les premiers jours d’octobre 1850, soit pendant deux ans et deux mois. Pendant ce temps, il a eu à réprimer l'insurrection provoquée par Ben-Taïeb entre Tlemcen et Mascara (janvier 1849), celle dirigée par Bou-Zian dans l'Aurès et le M'Zab et qui s'est terminée par le siège et la prise de Zaatcha (du 7 octobre au ) ; une troisième, commandée par Mohammed ben Chabira, chez les Ouled Naïl. Cette dernière fut vite vaincue. À peine avait-il aperçu la colonne expéditionnaire commandée par le colonel Daumas que ben Chabira s’enfuit et les rebelles se soumirent. Le général Charon décida néanmoins l’occupation définitive de Bou-Saada. Quelques jours plus tard, une nouvelle agitation se produisait à Nahra, petite ville à 42 kilomètres au sud de Batna.

Rappelé en France en octobre 1850, le général Charon fut placé à la tête du comité des fortifications et créé sénateur le . Il a également présidé le comité consultatif de l’Algérie.

Il avait épousé la fille du général Virgile Schneider.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier