Ouvrir le menu principal

Valberg

station touristique du sud de la France
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Valberg (Nordland).

Valberg
Vue aérienne de la station.
Panorama de la station
Image illustrative de l’article Valberg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Ville Péone
Site web www.valberg.com
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 43″ nord, 6° 55′ 44″ est
Massif Alpes du Sud
Altitude 1 673 m au centre
Altitude maximum 2 066 m (cime du Raton)
Altitude minimum 1 498 m (les Launes)
Ski alpin
Lié à Beuil, Les Launes
Domaine skiable Péone, Beuil, Guillaumes
Remontées
Nombre de remontées 23
Télésièges 7 (dont 1 débrayable)
Téléskis 16
Fils neige 1 (aussi appelé télécorde)
Pistes
Nombre de pistes 56
Noires 6
Rouges 28
Bleues 11
Vertes 11
Total des pistes 65 km
Installations
Nouvelles glisses
Snowpark
2 Family Park (snowpark pour enfants)
Vidéozone (snowpark filmé)
Airbag
Ski de fond
Nombre de pistes 3
Rouges 2
Bleues 1
Total des pistes 25 km
Neige artificielle
Canons 400 sur 85 %

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Valberg

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Valberg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Valberg

Valberg est une station de sports d'hiver située sur les communes de Guillaumes, de Péone et de Beuil dans le département des Alpes-Maritimes (région Provence-Alpes-Côte d'Azur).

La station est localisée dans la zone géographique des Alpes du Sud, et s'étend du massif du Mont Mounier (2 817 m), au nord, à celui du Dôme de Barrot (2 136 m), au sud. Elle s'allonge sur deux kilomètres en adret, à 1 700 m d’altitude, entre vallée du Haut-Var à l’ouest et vallée du Haut-Cians à l’est. Sa partie urbanisée est située essentiellement sur la commune de Péone.

Ouverte en 1936, la station a fêté ses 80 ans en 2016.

Sommaire

HistoireModifier

En hiverModifier

Domaine skiableModifier

La station de Valberg, dont le domaine skiable est relié à celui de Beuil-Les Launes, compte 90 km de pistes de ski alpin, s'étirant entre 1 500 et 2 027 mètres d'altitude à la cime du Faux-Raton. 85 % du domaine de Valberg est équipé de 400 canons à neige produisant de la neige artificielle biologique[1] assurant, en cas de besoin, un enneigement des principales pistes ; ce qui est essentiel pour faire face aux années à faible enneigement, telles que la saison 2011-2012.

Le domaine skiable (y compris celui de Beuil) compte 56 pistes de ski alpin, 3 pistes de ski de fond et 23 remontées mécaniques dont 7 télésièges ; soit 12 vertes, 10 bleues, 28 rouges et 6 noires, ainsi que les 2 pistes rouges de 12 km chacune et l'unique piste bleue de 1 km destinées au ski de fond.

Depuis la saison 2006-2007, la station délivre aux skieurs des forfaits sous la forme de cartes électroniques (Valberg a été la première station des Alpes du Sud à user de ce dispositif).

La station de Valberg dispose de circuits de randonnée, notamment sur la commune de Beuil, où les randonneurs peuvent parcourir les parties du domaine skiable librement. Il existe quatre circuits de randonnée destinés aux raquettes à neige, au nord de la station. D'abord, les deux au départ du parking du Golf, situé à 1750 mètres d'altitude. Celui du domaine du golf proprement dit, de 100 m de dénivelé et balisé, permet d'accéder par l'ouest au petit sommet du Chastellan (1856 m) puis de le contourner par le sud pour revenir directement au parking, à moins qu'on ne préfère revenir par le même chemin qu'à l'aller qui est, en été, la route intérieure du golf. Ensuite, vers le nord, le circuit de 220 m de dénivelé jusqu'à la Crête-de-la-Maure puis à la Tête-de-Charnay (1 972 m) qu'on peut prolonger jusqu'au hameau de La Colle. Et, un peu plus au nord, deux circuits au départ du Col-de-l'Espaul à 1748 mètres d'altitude. Celui, aller-retour sans dénivelé, vers le lac de Beuil (1739 m) et celui, à forte pente sur 150 m de dénivelé, monte directement jusqu'à La-Tête-du-Garnier (1 906 m), dont on peut redescendre soit par le chemin aller, soit par le sud-ouest vers le lac de Beuil, soit vers le nord-est pour rejoindre la route forestière du Bois-du-Garnier qui nous ramène au Col-de-l'Espaul. Ces circuits pouvant être réalisés à pied, en dehors de la période hivernale, hormis celui du Golf réservé l'été à la pratique de ce sport.

PistesModifier

Le domaine skiable de Valberg est divisé en plusieurs secteurs : Garibeuil, Croix du Sapet, Tête du Sapet, les Eguilles, Dreccia, Pra Brûlé, Beuil et les Launes[2] :

Garibeuil (1 700 m)
Nom Niveau
Les Gentianes verte
Chemin des Fouines verte
Liaison Vasson verte
Les Myosotis bleue
Croix du Sapet (1 821 m)
Nom Niveau
Les Joubarbes bleue
La X-Campanule rouge
Les Cytises rouge
Les Campanules rouge
Les Soldanelles rouge
Le Clôt de Maty bleue
Les Violettes rouge
Les Anémones rouge
Le Lys Martagon rouge
Tête du Sapet (1 852 m)
Nom Niveau
La Vallée Blanche rouge
Les Genêts rouge
Jean Pazzi noire
Les Crêtes verte
Les Chardons rouge
Eguilles (1 884 m)
Nom Niveau
Les Framboises rouge
Combe Sainte-Marie bleue
Les Centaurées verte
La X-Tony rouge
La Noire noire
La Tony rouge
Les Lupins bleue
Liaison Eguilles-Dreccia verte
Dreccia (2 011 m)
Nom Niveau
Les Biches rouge
Les Bouquetins noire
La Face de Dreccia rouge
Stade KL rouge
Les Renards bleue
Liaison Dreccia-Tête (des Eguilles) verte
Les Chamois noire
Les Chevreuils rouge
Les Mouflons rouge
Pra Brûlé (1 986 m)
Nom Niveau
Les Blanchons rouge
Les Grives rouge
Les Coqs de Bruyère noire
Les Lagopèdes rouge
Les Faucons rouge
Les Bartavelles rouge
Les Aigles rouge
Beuil (1 500 m)
Nom Niveau
Les Serres rouge
Les Géants Rouge rouge
Les Géants Noire noire
Les Pinsons verte
Débutant verte
Le Gros Vallon bleue
Launes (1 500 m)
Nom Niveau
Les Cailles rouge
Les Perdrix rouge
Les Débutants verte
Les Pigeons bleue
Les Mésanges bleue
Les Alouettes bleue
Liaison Launes-Beuil bleue
Les Pinsons verte

Remontées mécaniquesModifier

Voici toutes les remontée mécaniques desservant le domaine skiable, triées par secteurs (le nombre mis en indice indique le nombre de places par siège)[3] :

Garibeuil (1 700 m)
Nom Type
TSF 4 Le Garibeuil télésiège fixe
TK Le Garibeuil téléski
Croix du Sapet (1 821 m)
Nom Type
TSF 3 Clôt de Maty télésiège fixe
TK Vasson téléski
TSF 4 Croix du Sapet télésiège fixe
Tête du Sapet (1 852 m)
Nom Type
TK Combe Sainte-Marie téléski
TSF 3 Cime de Ragès télésiège fixe
TK de la Tête téléski
Eguilles (1 884 m)
Nom Type
TSD 6 des Eguilles télésiège débrayable
Fil neige de liaison fil neige
Dreccia (2 011 m)
Nom Type
TK de Cinnivières 1 téléski
TK de Cinnivières 2 téléski
TSF 4 Dreccia 2 télésiège fixe
Pra Brûlé (1 986 m)
Nom Type
TSF 3 Barzès télésiège fixe
TK Pra Brûlé téléski
TK du Raton téléski
Beuil (1 500 m)
Nom Type
TK Les Condamines téléski
TK du Bosquet téléski
TK de Bellecombe téléski
Launes (1 500 m)
Nom Type
TK des Launes téléski
TK du Collet de Burles téléski
TK de Saint-Jean téléski
TK L'Olympic téléski

En étéModifier

En dehors de la période hivernale, la station offre de nombreuses activités, notamment avec le circuit de découverte du Sentier Planétaire, le circuit du lac du Sénateur (pêche à la truite), les circuits de randonnée pédestre ou cycliste sur route ou en VTT, notamment celui du Raton et ceux au départ du col de l'Espaul, la luge d'été au Garibeuil, le jardin d'enfants, les deux accrobranches, celui pour les petits et celui pour les grands, une école d'aéromodélisme, les balades en quad ou en segway, en poney pour les petits, à cheval pour les grands et, en été, du canyoning dans les clues du Raton, d'Amen ou du Chaudan… Les promenades, notamment à partir de la station ou à partir du hameau des Launes (vers la Cumba-Clava ou le plateau St-Jean) ou bien à partir du col-de-l'Espaul, avec le chemin forestier dans le Bois-de-Garnier, le sentier menant au lac de Beuil et la route conduisant au hameau de La-Colle avec son circuit balisé des marmottes... La visite guidée d'un rucher avec ses abeilles et la découverte d'autres marmottes au lieu-dit « Cumba Clava » au hameau des Launes.

La station dispose d'un important parc des sports attenant à l'avenue de Valberg. D'ouest en est, celui-ci comprend (1) des terrains de tennis, (2) une grande salle polyvalente (l'espace Mounier) à la fois salle omnisports (volley, hand, basket, gymnastique...) et salle de réunion ou de spectacles, (3) un grand terrain équipé (basket, volley), (3) une piscine chauffée couverte été et hiver, (4) un jardin d'enfants entièrement équipé, (5) depuis 2013 un mini-terrain multisports (foot, hand, basket) et, depuis 2015, (6) un pump-track et (7) un skatepark.

La station dispose également d'un golf à 9 trous, d'un héliport et d'un altiport destiné aux petits avions de tourisme. Certaines remontées mécaniques restent ouvertes l'été pour permettre aux touristes de randonner notamment celle de la Croix-du-sapet.

Village AlpinModifier

Le centre de Valberg est surnommé « le village » par les résidents car, autour de sa place centrale Charles Ginésy et de sa grande rue piétonne attenante, s'élèvent son centre administratif, la Poste, la banque, l'office du tourisme, la chapelle Notre-Dame-des-Neiges (un peu plus loin), ainsi que nombre des services, commerces, hôtels et restaurants. Et cette configuration architecturale en fait comme un village à part entière dont la plus grande partie de l'habitat est située sur le territoire de la commune de Péone. Imposante place centrale Charles Ginésy - occupée en son milieu par un bassin avec jets d'eau - qui est animée toutes les semaines, avec la rue piétonne attenante, par un important marché. Cette rue centrale est notamment bordée au sud-ouest par l'espace ludique du Garibeuil - espace verdoyant rehaussé d'un mélézin - où arrivent les deux pistes de luge d'été desservies par le télésiège. Et espace ludique, point de départ du Sentier Planétaire : sentier de randonnée restituant de manière proportionnelle les distances entre les planètes du Système solaire. Garibeuil qui, en saison hivernale, est le lieu de départ du télésiège et du téléski du même nom comme le lieu d'arrivée des skieurs. Autre spécificité du Garibeuil, il accueille la plupart des événements se déroulant au sein de la station, comme les feux d'artifices, le carnaval et les départs et arrivées des descentes aux flambeaux. Il est alors désigné comme « front de neige ». De ce centre « villageois », on se dirige à l'Est, par l'avenue de Valberg, vers Beuil liée à Valberg (station Beuil-Valberg), et, vers l'Ouest, en partent deux routes, l'une rejoignant Guillaumes et l'autre Péone.

ArchitectureModifier

La station poursuit un développement architectural en rénovant d'anciens bâtiments mais aussi avec la construction de nombreux chalets respectueux du style Valbergan (Bois et pierres bleues).

Le cœur du villageModifier

Le cœur du village est remarquable par la présence de bâtiments datant de la construction de la station, mais aussi de fermes.

CyclismeModifier

Valberg a servi d'arrivée à la septième étape du Paris-Nice 1999. Franck Vandenbroucke s'y était imposé.

Cette station a déjà également servi d'arrivée d'étape de la Grande Boucle féminine internationale.

Panoramas de la stationModifier

À l'ouest et au nord-ouest de la station se dresse une barrière montagneuse - longue de quelque 30 kilomètres et de direction Nord-Sud - appelée « massif du Pelat » ou « chaîne Pelat-Frema-Grand Coyer »[4]. Cette barrière montagneuse est coupée en deux éléments distincts par l'échancrure du col des Champs (2 045 mètres) qui, large de près de 3 kilomètres, permet d'apercevoir au loin le massif des Trois-Évêchés (2 819 mètres). L'élément septentrional s'élève vers le nord de la tête de l'Encombrette (2 682 mètres) jusqu'au mont Pelat (3 050 mètres) et au Cimet (3 020 mètres). Le mont Pelat – qui en est le sommet culminant avec ses (3 050 mètres) d'altitude – est situé à 26 km du centre de la station. Quant à l'élément méridional - qui s'allonge sur 15 kilomètres vers le sud à partir du col des Champs - il aligne notamment et successivement le sommet de la Frema (2 747 mètres), les aiguilles de Pelens (2 523 mètres), le grand Coyer (2 693 mètres) et le mont Saint-Honorat (2 517 mètres). Mont Saint-Honorat situé lui à seulement 13 km du centre de la station de Valberg. Station qui est séparée de cette barrière montagneuse par les Gorges de Daluis puis, de Guillaumes jusqu'au col de la Cayolle, par la haute vallée du Var (comprenant le val des Entraunes). La station se trouvant sur les marges sud-est de cette haute vallée du Var.

Au nord de la station se dresse la barrière montagneuse - longue aussi de quelque 30 kimomètres et de direction Nord-Ouest-Sud-Est - qui est ou bien individualisée comme « chaîne Côte-de-l'Âne-Mont-Mounier »[5] ou bien intégrée au massif franco-italien du Mercantour-Argentera. Cette barrière montagneuse, partant de fait du mont Pelat, aligne notamment et successivement (dans l'ordre de la photographie) la Roche-Grande (2 753 m), la cime de Pal (2 818 m), les sommets du cirque de Sanguinière à l'est du col de la Cayolle (2 326 m) avec la pointe de la côte de l'Âne (2 916 m) cachée par la cime de Pal et jouxtant le Fort-Carra (2 880 m), le Bolofré (2 829 m, le mont Rougnous (2 673 m, l'échancrure du col de Crous par laquelle on aperçoit au loin le mont Riounet 2 537 m et la cime du Chavalet 2 452 m deux des sommets sud-est de la station d'Auron, la cime Nègre (2 553 m) et le mont Mounier (2 817 m). Mont Mounier qui est situé à 6 kilomètres seulement du centre de la station. Valberg est séparée de cette barrière montagneuse - pour l'essentiel et jusqu'au col de la Cayolle (2 326 m) - par la partie orientale de la haute vallée du Var constituée des affluents de rive est du Var (fleuve) et notamment ici du Tuébi avec le vallon de l'Aygue-Blanche qui prend ses sources sous les barres de calcaire du Tithonien du mont Mounier.

Au nord-est de la station se dresse la partie centrale - longue ici de quelque 33 km - de la barrière montagneuse du massif franco-italien du Mercantour-Argentera. Cette partie centrale aligne notamment la Maladecia (2 745 m) et le mont Malinvern (2 938 m) qui encadrent, in situ, le col de la Lombarde (2 350 m) dominant la station d'Isola 2000. Se succèdent ensuite la cime sud de l'Argentera qui en est le point culminant avec ses 3 297 m, la cime du Mercantour (2 772 m) et la cime du Gélas (3 140 m) précédant la cime de la Malédie (3 059 m) et le mont Clapier (3 045 m) non mentionnés sur le panorama. Le centre de la station est éloigné de 23 km du mont Malinvern, de 30 km de la cime sud de l'Argentera et de 37 km de la cime du Gélas. Valberg est séparé de cette barrière montagneuse d'abord par la partie orientale du chaînon du mont Mounier (2 817 m) et la haute vallée du Cians puis par la profonde entaille de la vallée de la Tinée avec son vallon de Molières.

GastronomieModifier

Patricia Guichard figure locale et gérante de la maison d'hôte du Chant du Mélé perpétue une tradition de gastronomie locale et propose à sa clientèle des plats locaux et de saison comme les pâtes à l'herbe (à base d'épinards sauvages, pissenlits, orties), les agnocous (pâtes à base d'eau farine et sel, sans œuf), les raviolis à la sauce noix (courge, pomme de terre, oignons, noix)[6]. Nombreux habitants du village récoltent les gratte-culs, les fruits de l'églantier que l'on retrouve sur les flancs ensoleillés de la montage pour en faire de la confiture. La récolte s'effectue au début de l'hiver après les premiers gels afin que le fruit, le cynorhodon devienne bien rouge et juteux. Nourriture d'hiver de la faune locale (Renard, cerfs ...), la confiture de gratte-culs est un mets que l'on retrouve sur les communes avoisinantes (Beuil, les launes, Péone).On retrouve comme dans de nombreux villages de montagne des alpes, la liqueur de mélèze et de génépi (cueilli sur les flancs des falaises du mont Mounier)[7].


GalerieModifier

Autres photographiesModifier

 
Valberg en février 2009
 
Panorama du mont Mounier en hiver vu depuis une Montgolfière

Identités visuellesModifier

Historiquement dans les identités visuelles de Valberg, apparait dans ses représentations un dragon[8]. Celui-ci peut prendre la forme d'une chimère d'or comme dans les armoiries de Valberg-Péone. Le Dragon est présent sur de nombreux écussons à coudre, mais aussi sur les logos des panneaux de signalisation de la ville, sur quelques bâtiments et sur le cadran solaire de l'église Notre Dame des Neiges[9].

RécompensesModifier

La station a été plusieurs fois récompensée :

  • Label Famille Plus[10],
  • Village étoilé par l'ANPCEN (1 étoile)[11],
  • En 2010, la station de Valberg intègre le Top 50 des stations de ski françaises de L'Équipe magazine. En fonction des 20 critères utilisés, la station de Valberg y est classée au 35e rang des stations françaises de ski à égalité en nombre de points avec Avoriaz et Vars[12].
  • Valberg monte à la 31e place de ce même classement en 2013[13].
  • Label Flocon Vert en 2018

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • André Payan, « Une création touristique : Valberg » (chapitre III de « L'évolution démographique et sociale du Haut-Var ») in Recherches régionales, Bulletin trimestriel édité par le Centre de documentation des Archives des Alpes Maritimes, Nice, no 3 Année 1970.
  • Elisabeth Ravel, « Souvenirs du Haut-Var - Des gorges de Daluis aux gorges du Cians : Guillaumes - Sauze - Daluis - Val d'Entraunes - Beuil - Péone - Valberg », préface de Charles Ginésy (Vice-président du Conseil général des Alpes Maritimes, maire de Péone-Valberg, sénateur suppléant et conseiller général du canton de Guillaumes), Les Éditions du cabri, 06540 Breil sur Roya, 1988, 88p., (ISBN 2-903310-70-X).
  • Edgar Petit, « Histoire de Valberg », préface de Charles Ginésy (sénateur, président du conseil général des Alpes Maritimes, maire honoraire de Péone-Valberg), Les Éditions du Mercantour, Puget-Théniers, 2003, 337 p., (ISBN 2-908607-17-4).
  • Edgar Petit, « La station de Valberg sur les communes de guillaumes et de Péone (06) » pages 469 à 485 in Péone au fil des siècles sous la direction de Claude Salicis, Éditions IPAAM, Nice, 2011, 543 p., (ISBN 978-2-9518478-9-7).
  • Magali Rossi (géologue - Maître de conférence à l'Université de Savoie), « Les particularités géologiques de la commune de Péone (06) » pages 109 à 138 in Péone au fil des siècles sous la direction de Claude Salicis, éditions IPAAM, Nice, 2011, 543 p., (ISBN 978-2-9518478-9-7).
  • Claude Salicis (sous la direction de), Péone au fil des siècles, préface de Charles-Ange Ginésy (maire de Péone-valberg, premier vice-président du conseil général des Alpes-Maritimes, président de la communauté de communes Cians-Var), éditions IPAAM (Institut de préhistoire et d'archéologie Alpes Méditerranée), Nice, 2011, 543 p., (ISBN 978-2-9518478-9-7), (ISSN 1286-4374).

CartographieModifier

  • Carte de randonnée n° 3640 OT du « Haut Cians - Valberg », échelle 1/25 000, éditée par l'IGN.
  • Carte-guide n°5 « Haute vallée du Var - canton de Guillaumes », échelle 1/25 000, éditée par l'IGN.
  • Carte « Alpes de Provence - Tinée-Ubaye », échelle 1/50 000, éditée par l'IGN et les Éditions Didier et Richard, Grenoble, 1973.
  • Carte TOP 75 n°75010 « Mercantour », échelle 1/75 000 pour l'ensemble du parc du Mercantour et du secteur alpin des Alpes-Maritimes et 1/25 000 pour les sections particulières 1) du col de Pouriac, 2) du mont Pétoumier, 3) de la vallée des Merveilles, 4) du mont Pelat et 5) des Cluots, carte éditée par l'IGN, Paris, 2011.
  • Carte TOP 100 n°165 « Nice-Draguignan », échelle 1/100 000, éditée par l'IGN, Paris, 2008.
  • Carte n° 341 « Alpes Maritimes », échelle 1/150 000, éditée par Cartes et guides Michelin, Paris.
  • Les 60 cartes légendées contenues dans le guide « Rando Haut Pays » édité par le conseil général des Alpes-Maritimes, Nice, 2000, 84 p.
  • Carte géologique détaillée de la France : feuille XXXVI-40 de St Étienne de Tinée, échelle 1/50 000, éditée par le BRGM, 1970.
  • Carte géologique détaillée de la France : feuille XXXVI-41 de Puget-Théniers, échelle 1/50 000, éditée par le Service de la carte géologique de France, Paris.
  • Carte géologique détaillée de la France : feuille XXXV-40 d'Allos, échelle 1/50 000, éditée par le Service de la carte géologique de France, Paris.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Côte d'Azur Montagne », sur cms.cotedazur-tourisme.com, 2014-2015 (consulté le 24 juin 2015)
  2. « Ouverture des remontées - Valberg, The Place To Be : Station de Ski tendance des Alpes du sud - Mercantour. », sur www.valberg.com (consulté le 24 juin 2015)
  3. « Ouverture des remontées - Valberg, The Place To Be : Station de Ski tendance des Alpes du sud - Mercantour. », sur www.valberg.com (consulté le 24 juin 2015)
  4. Une des 5 chaînes montagneuses constitutives du compartiment alpin des Alpes maritimes (Alpi Marittime) selon la classification SOIUSA (Subdivision orographique internationale unifiée du système alpin).
  5. Une des 5 chaînes montagneuses constitutives du compartiment alpin des Alpes maritimes (Alpi Marittime) selon la classification SOIUSA (Subdivision orographique internationale unifiée du système alpin).
  6. (en) Le Chant Du Mélé (lire en ligne)
  7. Justin, « 29 janvier 2017: Le Lac de Beuil et la Tête du Granier », sur Club Rando Altiplus, (consulté le 23 janvier 2019)
  8. Marc Sinniger, « Héraldie: La Chimère en héraldique », sur Héraldie, (consulté le 31 décembre 2018)
  9. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  10. « Famille Plus - Valberg » (consulté le 23 juin 2015)
  11. Charles Département, « Valberg – Une première étoile pour le ciel de Valberg » (consulté le 23 juin 2015)
  12. « Les stations de Valberg et du Val d'Allos dans le Top 50 national », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juin 2015)
  13. « Top 50 des stations de ski de L'Équipe magazine (2013) », sur www.atscaf.fr (consulté le 23 juin 2015)