Ouvrir le menu principal
Le traité de Pelindaba :

Le traité de Pelindaba est un traité qui – sous l'égide de l'Organisation de l'unité africaine – a été ouvert à la signature au Caire le avec l'objectif de créer une zone exempte d'armes nucléaires (ZEANA)[1] en Afrique.

Le traité est entré en vigueur à la date du , lorsque le nombre de 28 signataires a été atteint[2].

Sommaire

Dispositions du traitéModifier

Selon les termes du traité, les États-parties s'engagent à :

  • renoncer à mettre au point, fabriquer, stocker, acquérir ou posséder des dispositifs explosifs nucléaires[3] (article III);
  • interdire le stationnement de dispositifs explosifs nucléaires (article IV) ;
  • interdire les essais de dispositifs explosifs nucléaires (article V) ;
  • déclarer, démonter, détruire ou convertir les dispositifs explosifs nucléaires et les installations permettant leur fabrication (article VI) ;
  • interdire le déversement de déchets radioactifs (article VII) ;
  • promouvoir les activités nucléaires pacifiques et vérifier leur utilisation pacifique (article VIII et IX) ;
  • protéger physiquement les matières et installations nucléaires (article X) ;
  • contrôler le respect des engagements via la Commission africaine de l'énergie atomique (article XII).

Enfin, le traité a une durée illimitée et tout État qui désire s'en retirer doit fournir un préavis de 12 mois.

Le traité comporte trois protocoles additionnels :

  • le protocole I demande aux cinq puissances nucléaires reconnues par le traité de non-prolifération (la Chine, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et la Russie) de ne pas utiliser ou menacer d'utiliser un dispositif explosif nucléaire contre les États parties du traité et contre tous les territoires compris dans la zone couverte par le traité.
  • le protocole II demande aux cinq puissances nucléaires reconnues par le TNP de ne pas tester de dispositif explosif nucléaire dans la zone couverte par le traité.
  • le protocole III demande aux États qui sont de jure ou de facto responsables de territoires situés dans la zone (à savoir, l'Espagne et la France) d'appliquer les dispositions du traité sur ces territoires.

Originalité par rapport aux autres zones exemptes d'armes nucléairesModifier

Le traité comporte plusieurs originalités par rapport aux autres accords du même type :

  • Contrairement aux autres traités instituant des zones exemptes d'armes nucléaires, le traité de Pelindaba utilise le terme « dispositif explosif nucléaire » plutôt qu'« arme nucléaire ». Ce terme couvre « toute arme nucléaire ou tout dispositif explosif capable de libérer l'énergie nucléaire » ; toutefois, il « ne couvre pas les moyens de transports ou les vecteurs de ces armes ou de ces dispositifs » (art.I).
  • Chaque État-partie reste libre de décider d'autoriser ou non le transit d'armes ou de dispositifs explosifs nucléaires via son territoire.
  • Un de ses États-parties, l'Afrique du Sud, a détenu l'arme atomique secrètement et y a renoncé volontairement.
  • Une clause spéciale interdit le déversement de déchets radioactifs sur le territoire des États-parties.

Étendue géographiqueModifier

La ZEANA couvre l'ensemble du continent africain ainsi que les îles suivantes :

HistoriqueModifier

En 1961, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution demandant à ses États-membres de respecter le statut de zone dénucléarisée du continent africain. En 1964, l'Organisation de l'unité africaine (OUA) adopte la Déclaration sur la dénucléarisation de l'Afrique.

Il a cependant fallu attendre la décision de l'Afrique du Sud de se séparer de ses armes nucléaires et d'abolir l'apartheid en 1991 pour que des négociations puissent s'engager entre les États du continent en vue de faire de l'Afrique une zone exempte d'armes nucléaires. En juin 1995, à Johannesburg, le texte final du futur traité est approuvé par le Groupe d'experts mis en place à cet effet. Le 23 juin de l'année suivante, les chefs d'États africains approuvent le texte final du projet de zone exempte d'armes nucléaires en Afrique. Finalement, le , au Caire, en Égypte, tous les chefs d'État de l'OUA signent le traité sur la zone exempte d'armes nucléaires en Afrique.

Par la suite, le processus de ratification s'est avéré particulièrement long. En effet, deux ans après la signature, seuls huit États (l'Afrique du Sud, l'Algérie, le Burkina Faso, la Gambie, la Mauritanie, Maurice, la Tanzanie et le Zimbabwe) avaient ratifié le texte. En 2005, la ratification du traité par la Libye à la suite de l'annonce de sa renonciation à son programme nucléaire militaire, portait le nombre de ratifications à vingt.

Le traité est entré en vigueur le 15 juillet 2009, lorsque le nombre de 28 signataires a été atteint.

Origine du nom du traitéModifier

Le traité a pris le nom de Pelindaba à la suite de la proposition d'un des négociateurs sud-africains, recueillant l'assentiment des autres négociateurs en raison du double sens du mot. En effet, d'une part, le mot « pelindaba » vient de l'expression zouloue phelile indaba, qui peut se traduire par « le problème, la discussion est réglée » ou « l'incident est clos ». D'autre part, Pelindaba est également le nom de la localité (située à une trentaine de kilomètres de Johannesburg) où se trouvait le centre de recherche nucléaire où furent conçues, construites et entreposées les armes nucléaires sud-africaines.

Ainsi, donner ce nom à la ZEANA permettait de symboliser le changement de politique de l'Afrique du Sud en ce qui concerne les armes nucléaires, changement qui avait permis de relancer les négociations en vue de faire du continent une zone exempte d'armes nucléaires.

Adhésions au traité et à ses protocolesModifier

Le traité est entré en vigueur le lorsqu'a été atteint le nombre de 28 signataires.

Adhésions au traitéModifier

État Signature Ratification
  Afrique du Sud
  Algérie
  Angola -
  Bénin
  Burundi
  Botswana
  Burkina Faso
  Cameroun
  Cap-Vert -
  Comores
  République du Congo
  Côte d'Ivoire
  Djibouti -
  Égypte -
  Érythrée -
  Éthiopie
  Gabon
  Gambie
  Ghana
  Guinée
  Guinée équatoriale -
  Guinée-Bissau
  Kenya
  Lesotho
  Liberia -
  Libye
  Madagascar -
  Malawi
  Mali
  Maroc -
  Maurice
  Mauritanie
  Mozambique
  Namibie
  Niger -
  Nigeria
  Ouganda -
  République centrafricaine -
  République arabe sahraouie démocratique
  République démocratique du Congo -
  Rwanda
  Sao Tomé-et-Principe -
  Sénégal
  Seychelles -
  Sierra Leone -
  Somalie -
  Soudan -
  Swaziland
  Tanzanie
  Tchad
  Tunisie
  Togo
  Zambie
  Zimbabwe
Total 54 38

Adhésions au protocole IModifier

Le protocole I demande aux cinq puissances nucléaires reconnues par le traité de non-prolifération de ne pas utiliser ou ne pas menacer d'utiliser un dispositif explosif nucléaire contre les États parties du traité de Pelindaba et contre tous les territoires compris dans la zone couverte par celui-ci.

État Signé le Ratifié le
  Chine
  États-Unis -
  France
  Royaume-Uni
  Russie -

Adhésions au protocole IIModifier

Le protocole II demande aux cinq puissances nucléaires reconnues par le TNP de ne pas tester de dispositif explosif nucléaire dans la zone couverte par le traité de Pelindaba.

État Signé le Ratifié le
  Chine
  États-Unis -
  France
  Royaume-Uni
  Russie -

Les États-Unis ont signé les protocoles I et II du traité ajoutant cependant qu'ils se réserveraient le droit de répondre à une attaque biologique ou chimique par un État-partie du traité de Pelindaba, par tous les moyens, y compris l'utilisation d'armes nucléaires[5].

La Russie a refusé de ratifier les protocoles I et II du traité en raison du litige sur le statut de l'île de Diego Garcia qui est contrôlée par le Royaume-Uni et utilisée par les États-Unis comme base militaire. Selon l'interprétation de ces deux pays, Diego Garcia n'est pas concerné par le traité de Pelindaba. L'île est pourtant réclamé par Maurice comme faisant partie intégrante de son territoire[6].

Adhésions au protocole IIIModifier

Le protocole III demande aux États qui sont de jure ou de facto responsables de territoires situés dans la zone (à savoir, l'Espagne et la France) d'appliquer les dispositions du traité sur ces territoires.

État Signé le Ratifié le
  France
  Espagne - -

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. L'acronyme anglophone, ANWZ pour African Nuclear Weapons Free Zone, est également utilisé.
  2. (en) Adhésion au traité de Pelindaba et à ses protocoles
  3. Contrairement aux autres traités instituant des zones exemptes d'armes nucléaires, le traité de Pelindaba utilise le terme « dispositif explosif nucléaire » plutôt qu'« arme nucléaire », ce terme « couvrant toute arme nucléaire ou tout dispositif explosif capable de libérer l'énergie nucléaire ».
  4. Towards Entry-Into-Force of the African Nuclear-Weapon-Free Zone Treaty (Treaty of Pelindaba). A Brief Guide to Ratification,Institute for Security Studies, p.2
  5. (en) Arms Control Association, Nuclear-Weapons-Free-Zone at a Glance
  6. (en) Arms Control Association, Nuclear-Weapons-Free-Zone at a Glance.