Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Thibault Martin

sociologue canadien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Martin.
Thibault Martin
Naissance
France
Décès (à 54 ans)
Gatineau (Québec)
Pays de résidence Drapeau du Canada Canada
Profession
Formation
Distinctions

Compléments

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance Autochtone du territoire [1][2]

Thibault Martin (1963-9 septembre 2017)[1] est un sociologue québécois d'origine française.

À partir de 2004 il est professeur à l'Université du Québec en Outaouais. Il est spécialiste des Autochtones et Inuit du Québec et du Canada. Il est détenteur de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire.

Sommaire

CarrièreModifier

Avant de commencer des études en sociologie, Thibault Martin a été journaliste et enseignant au secondaire. Il détient un doctorat en sociologie de l'Université Laval. Il a été professeur à l'Université de Winnipeg. En 2004, il a rejoint l'Université du Québec en Outaouais (UQO)[2]. À parir de 2011, il est détenteur d'une Chaire de recherche du Canada[3].

ŒuvreModifier

Dès le milieu des années 1990, Thibault Martin effectue des recherches dans les communautés Inuit affectées par les projets hydroélectriques[4]. Depuis, il s'est intéressé aux Cris et aux Métis du Manitoba[5],[6]. Actuellement, il effectue des recherches à propos du territoire de plusieurs communautés autochtones du Québec, tels les Anishinaabe. Il a travaillé aussi sur les anciens combattants canadiens d'origine autochtone[7],[8]. Le livre E9-422 présente la vie du vétéran inuit de la guerre de Corée, Eddy Weetaltuk telle que racontée au sociologue[7],[9].

Action historiqueModifier

Inspiré en partie par la sociologie de l'action d'Alain Touraine, Thibault Martin a établi la théorie de l'action historique selon laquelle les communautés autochtones sont constituées d'acteurs rationnels qui orientent leur actions en fonction de valeurs[10]. Les valeurs de ces communautés sont le fondement de leurs décisions qui orientent leur futur en fonction de caractéristiques imaginées ou réelles de leur passé. Selon Martin, toutes les "actions ont un but" et "l’examen de ces actions révèle le projet de société que les groupes cherchent à créer à travers les prises de décisions collectives, incluant celles qui ont trait au développement des ressources naturelles"[11].

Territoire comme matrice de cultureModifier

Selon Thibault Martin, le territoire est une matrice de culture[12]. Dans leurs relations diverses au territoire, les Autochtones y trouvent une source d'ancrage spirituel, un lieu de guérison et d'éducation. Ainsi, le territoire donne la vie aux Autochtones, mais aussi, il façonne la manière dont ils s'inscrivent dans la société. Pour Martin, cela implique une double obligation : « celle de respecter et de protéger le territoire qui donne la vie et celle de transmettre le patrimoine culturel hérité »[13].

DistinctionsModifier

Arrestation d'avril 2012Modifier

Le 17 avril 2012 au matin, le professeur Thibault Martin a été arrêté face à son bureau par la police[14],[15],[16]. Cette arrestation a eu lieu dans le contexte du mouvement étudiant dit du Printemps érable de 2012, alors que les cours avaient été levés à l’Université du Québec en Outaouais par une grève étudiante. À la suite de cette arrestation, le professeur a été accusé d’entrave au travail des policiers. Lors de son arrestation, le professeur relate avoir été victime de brutalité de la part du Service de la police de la ville de Gatineau[17]. Les accusations d’entrave au travail des policiers portées contre le professeur ont été abandonnées par la couronne en septembre 2012[18]. Le professeur a été ainsi lavé de toutes les accusations portées contre lui.

Son arrestation avait été demandée par l’administration de son université. La veille, le professeur Martin avait exprimé une opinion négative à l’égard à la gestion de la grève par l’administration de l’université. Une telle arrestation qui semble avoir eu des motivations politiques serait un cas unique au Québec[19]. Une vague internationale de soutien a suivi son arrestation. Entre autres, le Syndicat national de l’enseignement supérieur de France a exprimé son soutien au professeur[20]. Des mouvements sociaux en Amérique latine se sont également portés à sa défense[21].

Dans une sentence rendue le 4 décembre 2015, une arbitre du travail a jugé que l’université est responsable de « préjudices causés » au professeur et que l'administration a « atteint à sa réputation »[22]. L’arbitre blâme l’université pour sa gestion de la grève étudiante et la manière dont le professeur Martin a été traité. D’une manière générale, l’arbitre a estimé que l’université avait manqué « à ses devoirs de protéger la santé, la sécurité et la dignité des professeurs »[23],[24].

OuvragesModifier

  • (en) Thora Martina Herrmann et Thibault Martin (dir.) Indigenous Peoples’ Governance of Land and Protected Territories in the Arctic, Springer, 2016, 256 p.
  • Natacha Gagné, Thibault Martin et Marie Salaün (dir.), Autochtonies. Vues de France et du Québec, Presses de l'Université Laval, , 530 p.
  • Eddy Weetaltuk et Thibault Martin (trad. Marie-Claude Perreault), E9-422, Un Inuit de la toundra à la guerre de Corée, Carnets-Nord, , 383 p.
  • (en) Thibault Martin et Steven Hoffman (dir.), Power Struggles. Hydro development and First Nations in Manitoba and Quebec, University of Manitoba Press, , 334 p.
  • Thibault Martin, De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, UNESCO et Presses de l'Université Laval, , 202 p.

Notes et référencesModifier

  1. « Mort d'un professeur de l'UQO qui s'est fait remarquer pendant la crise étudiante », sur Radio-Canada, (consulté le 11 septembre 2017)
  2. « Thibault Martin PhD », sur Mémoires combattantes
  3. « Thibault Martin », sur Chaires de recherche du Canada
  4. « Thibault Martin reçoit le Prix d'excellence de la meilleure thèse de doctorat à la Faculté des sciences sociales », sur Université Laval
  5. « Power Struggles. Hydroelectric Development and First Nations in Manitoba and Quebec », sur University of Manitoba Press
  6. « Thibault Martin, Prix du jeune sociologue », sur Francopresse
  7. a et b « E9-422 », sur Carnets Nords
  8. « À propos de ce carnet », sur Mémoires combattantes
  9. « E9-422 recension par Murielle Nagy », sur Érudit
  10. Martin, Thibault (2003) De la banquise au congélateur. Mondialisation et culture au Nunavik, UNESCO et Presses de l'Université Laval, Paris et Québec.
  11. « Entrevue réalisée par Julie Cunningham pour DIALOG », sur Réseau DIALOG
  12. Thibault Martin et Amélie Girard (2009) « Le territoire matrice de culture. Analyse des mémoires déposés à la commission Coulombe par les premières nations du Québec », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 39, n° 1-2, pp. 61-70.
  13. « Un succès pour la première journée autochtone de l’UQO », sur Université du Québec en Outaouais
  14. http://www.journallarevue.com/Actualites/2012-04-17/article-2956438/Un-prof-arrete,-le-boulevard-bloque/1 « L'artillerie lourde sortie pour calmer les esprits »
  15. « La comparution d'un professeur de l'UQO arrêté pendant la crise étudiante est reportée »
  16. « Injonction à l’UQO: un professeur est arrêté et un étudiant expulsé »
  17. « Les professeurs et l'UQO devant les tribunaux »
  18. « Crise étudiante: un prof de l'UQO arrêté réclame une enquête »
  19. « Comité de soutien au professeur Thibault Martin »
  20. « http://www.snesup.fr/Presse-et-documentation?aid=6212&ptid=5&cid=3846 »
  21. « Comité de Apoyo al profesor Thibault Martin-Université du Québec en Outaouais »
  22. « L'UQO blâmée pour sa gestion du printemps érable »
  23. « Un tribunal blâme l’UQO pour sa gestion de la grève étudiante en 2012 »
  24. « L’Université du Québec en Outaouais blâmée »

Liens externesModifier