Ouvrir le menu principal

Université de Bourgogne

université française située à Dijon, créée en 1722
(Redirigé depuis Université de Dijon)
Université de Bourgogne
Université de Bourgogne Logo.svg
Logo de l’université de Bourgogne.
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Président
Alain Bonnin (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
30 917 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants-chercheurs
1 519 (2018)
Divers
Membre de
Site web

L'université de Bourgogne (uB) est une université située dans la ville de Dijon. Elle possède également des antennes à Auxerre, Chalon-sur-Saône, Le Creusot, Mâcon et Nevers. Elle offre un large éventail de formation dans toutes les disciplines (hors odontologie : droit, économie, gestion, lettres, langues, médecine, pharmacie, sciences humaines, sciences exactes et expérimentales) et à tous les niveaux (licence, master, doctorat, diplômes de technologie, d'ingénieurs, professionnalisés, de santé, d'enseignement et de formation à la recherche). Elle a été fondée en 1722.

Plus de 30 000 étudiants sont accueillis chaque année, plus de 2 000 salariés ou demandeurs d'emploi s'y forment dans le cadre de la formation continue. Propriétaire de vignoble et d'un centre d'expérimentation à Marsannay-la-Côte (agglomération dijonnaise), elle offre des filières complètes en sciences de la vigne et œnologie, regroupés dans l'Institut Jules-Guyot nommé d'après Jules Guyot. L'université de Bourgogne consacre près du tiers de son budget (hors salaires) à la recherche.

Depuis le 1er avril 2015, l'université de Bourgogne est membre fondateur de la communauté d'universités et établissements Université Bourgogne - Franche-Comté (COMUE UBFC)[1], qui a son siège à Besançon.

HistoireModifier

Les écoles médiévalesModifier

Les écoles publiques de Dijon jouissent au Moyen Âge d'une grande réputation. La création pour les deux Bourgogne de l'université de Dole (alors Dôle), en 1422, leur porte gravement atteinte car elles se voient privées d'étudiants et surtout des étrangers.

À la demande du maire et des échevins, appuyés par Georges de la Trémoille, gouverneur de la province de Bourgogne et son défenseur contre les Suisses en 1513, François Ier (1515-1547) institue à Dijon une université avec quatre facultés en 1516 mais cette décision reste lettre morte, même si les patentes royales sont très flatteuses pour les Dijonnais.

Le Collège des Martinots ou des Martin (1531), dans l'actuelle rue du Vieux-Collège, puis le collège jésuite des Godrans, fondé en 1581 en exécution du testament d'Odinet Godrans, président du Parlement de Bourgogne, tentent avec plus ou moins de succès de pallier cette situation. Le transfert de l'université de Dôle à Besançon en 1691 incite les États de Bourgogne à solliciter du roi de France la création à Dijon d'une université. Les deux villes deviennent alors rivales. Sous l'influence du Prince de Condé, gouverneur de Bourgogne, Louis XV accorde à Dijon une université avec quatre facultés le . Besançon réplique par une véritable coalition avec l'université de Paris et plusieurs universités provinciales. Le roi hésite alors et établit un compromis.

L'université moderneModifier

L'édit de décembre 1722 ne crée donc plus qu'une faculté de droit (civil, canon et français) confirmée par une bulle d'Innocent XIII en 1723. L'université, soutenue financièrement par la Ville et la Province s'installe au couvent des Jacobins (à l'emplacement actuel des halles centrales) et se voit inaugurée en grande pompe le . Le Parlement tout entier vient assister à la séance de rentrée qui accueille les 117 étudiants de la nouvelle faculté[2]. Le Premier Président Berbisey ouvre le cortège, entouré des neuf présidents avec leurs manteaux d'hermine et leurs mortiers, des chevaliers d'honneur, de soixante-quatre conseillers et de cinq conseillers clercs en grand costume ecclésiastique.

 
Armoiries concédées à l'université par lettres du 20 septembre 1723.

Les cinq professeurs et les trois agrégés exercent aussi leur profession d'avocat et enseignent à des étudiants dont l'effectif atteindra jusq'à 209 étudiant en 1773[2]. Le futur Président de Brosses, Guyton de Morveau, Cazotte ou Berlier en font partie.

L'université tient donc ses écoles et ses assemblées dans le couvent des Jacobins qui offre un abri fort convenable bien qu'emprunté. Celui-ci sera démoli en 1874 en même temps que la vaste église à laquelle il tient pour faire place aux Halles du marché couvert. Il n'en reste plus aucun vestige. L'Académie des sciences, arts et belles-lettres y tient aussi des cours publics et organise des démonstrations de botanique, de chimie et de matière médicale.

La tourmente révolutionnaire emporte avec elle l'université de Dijon, en même temps que l'Académie des sciences, arts et belles-lettres : de 1788 à 1792, date de sa fermeture, le nombre d'étudiants passe de 181 à 18[2].

L'université de Dijon au XIXe siècleModifier

Lorsque Napoléon entreprend de réorganiser l'enseignement, Dijon devient le siège d'une école spéciale de droit. Le nouvel établissement s'installe au Collège des Godrans 1806 et devient faculté de droit par décret du 17 mars 1808. La faculté de lettres est créée la même année et la faculté des sciences ouvre en 1809. Dans le même temps est ouverte une école secondaire de médecine et de pharmacie.

Parmi les nombreux bâtiments confisqués à Dijon lors de la Révolution, une aile de l'ancien collège des Godrans autrefois bâti par les Jésuites est occupée, au rez-de-chaussée seulement, par l'école de droit qui commence ses cours en 1805. La faculté des sciences, celle des lettres et le Rectorat doivent investir une partie de l'Hôtel Despringles, déjà occupé par l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres. Cette situation durera plus de trente ans. L'Académie doit ensuite quitter les locaux. L'école secondaire de médecine et de pharmacie se trouve, quant à elle, dans un pavillon qui est construit pour elle à l'hôpital général. En 1888, l'Association Générale des Etudiants de Dijon est créée. Il s'agit de la première association étudiante dijonnaise.

L'université de Dijon au tournant du XXe siècleModifier

L'université de Dijon connait un certain essort avec le début du XXe siècle : l'année 1902 voit la création de l'Institut Agronomique etŒnologique de Bourgogne, de l’Institut de Géographie et de l’Institut de Langues Vivantes. Une bibliothèque universitaire est érigée à l'angle de la rue du Petit-Potet et de la rue Chabot-Charny, bientôt suivie dans sa continuité par la construction de la faculté de Lettre qui s'étend jusqu'à l'angle de la rue de l'école de droit, en lieu et place de l'immeuble Koch, ancienne « Maison du Singe », qui avait abrité la Chambre de la ville de 1350 à 1501[3]. En 1903, Dijon est avec 792 étudiants la deuxième ville universitaire de France.

1922 : célébrations du bicentenaire de l'Université en présence du Président de la République, Alexandre Millerand, pour mettre en échec un premier plan de suppression de l'Université[4]. Le développement de l'université se poursuit avec les constructions successives en 1923 et 1924 de la Cité universitaire, du restaurant universitaire, des salles de travail, etc. dans l'ancien séminaire désafecté rue du Dr. Maret. Le CROUS est créé en 1936.

 
Bâtiment de l'université de Bourgogne rue Chabot-Charny.

L'université contemporaineModifier

En 1945, on projette de supprimer l'université de Dijon et d'envoyer les 950 étudiants à Paris, Lyon et Besançon. Le projet n'aboutit pas, et en 1946, le recteur Marcel Bouchard prend la direction du rectorat. Il choisit de bâtir la nouvelle université sur la pente de la colline de Montmuzard, et en quelques années, le nouveau campus sort de terre :

  • 6 janvier 1953 : on creuse les fondations de la future Faculté des Sciences (bâtiment « Sciences Gabriel »), premier bâtiment de l'université inauguré le 12 octobre 1957 par le Ministre de l'Education Nationale, René Billières.
  • 9 septembre 1959 : ouverture des premiers pavillons Bossuet et Lamartine qui logent les étudiants.
  • 6 octobre 1962 : inauguration de la bibliothèque universitaire, la faculté de droit et la chaufferie.
  • 23 septembre 1965 : un décret publié au Journal Officiel transforme l'école de médecine et de pharmacie en faculté de médecine et de pharmacie.
  • 9 octobre 1965 : la faculté de lettres est inaugurée (bâtiments droit-lettres).
  • 1968 : la faculté de médecine et de pharmacie rejoint l'Hôpital du Bocage ouvert en 1962.

De 1957 à 1968, l'université passe de 2 700 à 9 400 étudiants. L'université ne s'arrête pas pour autant de grandir et le campus de s'étendre :

  • 1969 : construction des amphithéatres Aristote et Platon.
  • 1974 : installation de l’INRA rue Sully.
  • 1983 : construction de l’atheneum, salle de spectacle et coeur culturel du Campus.
  • 1991 : inauguration de la Maison des Sports.
  • 1992 : inauguration de l'amphithéâtre Gutenberg.
  • 1994 : inauguration de l’extension « le petit Beaubourg » du bâtiment droit-lettres, sciences-humaines.
  • 1995 : inauguration de l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin Jules Guyot (IUVV).
  • 26 juin 1997 : l’amphithéâtre Galilée (similaire à l’amphi Gutenberg inauguré en 1992), le pôle d'économie et de gestion, et la Maison de l'université sont inaugurés.
  • 1998 : création du Centre Européen des Sciences du Goût (CESG).
  • 2003 : inauguration du pôle Acquisition, Apprentissage, Formation et Éducation (AAFE).
  • 2005 : inauguration de la Maison de l'Étudiant.
  • 2011 : inauguration de la Maison des Sciences de l'Homme.
 
La Maison de l'université.
 
Bâtiment de droit, lettres, langues, économie, gestion et science politique.

C'est en 1984 que l'université de Dijon a changé de nom pour prendre son nom actuel d'université de Bourgogne. Aujourd'hui, le campus de Montmuzard s'étale sur une surface de 150 hectares qui concentre 90 % du potentiel de recherche et d'enseignement de Bourgogne[5], le reste se répartissant sur les cinq autres campus de l'université à Auxerre, Chalon-sur-Saône, Le Creusot, Mâcon et Nevers.

Rénovation du campusModifier

À partir de 2012 et l'arrivée du tramway sur le campus, un vaste chantier de rénovaion s'étalant sur plusieurs années est lancé sur le campus. Plusieurs objectifs sont fixés: favoriser la vie étudiante, le développement durable, améliorer l'accès aux personnes à mobilité réduite... Le chantier permet la mise en valeur des œuvres d'art sur le campus, la création d'espaces de convivialité et une véritable cohérence de l'ensemble par la rénovation des voies de circulation pour cycles et piétons sur le campus. 3 700 000€ sont mis à disposition pour faire rentrer l'université dans le XXIe siècle[6].

Historique des présidentsModifier

Liste des présidents successifs de l'Université de Bourgogne depuis 1946[7] :

  • 1946-1967 : Marcel Bouchard (l'université était alors dirigée par un recteur)
  • 1971–1973 : Françoise Morey-Bailly, première présidente de l'université, maître de conférences de mathématiques
  • 1973–1978 : Pierre Feuillée, professeur de géologie
  • 1978–1983 : Jacques Vaudiaux, professeur de droit
  • 1983–1988 : Roger Paris, professeur de biologie
  • 1988-1993 : Gilles Bertrand, professeur de chimie-physique
  • 1993-1998 : Jocelyne Pérard, professeur de géographie et spécialiste de climatologie
  • 1998-2003 : Bernard Laurin, professeur de paléontologie
  • 2003-2007 : Jean-Claude Fortier, professeur de droit public
  • 2007-2012 : Sophie Béjean, professeur de sciences économiques
  • Depuis 2012 (reélu en 2016) : Alain Bonnin[8], médecin, professeur (PU-PH).

ComposantesModifier

Unités de formation et de rechercheModifier

L'université compte huit UFR[9] :

  • Droit et Sciences Economique et Politique
  • Langues et Communication
  • Lettres et Philosophie
  • Sciences de Santé
  • Sciences du Sport (STAPS)
  • Sciences et Techniques
  • Sciences Humaines
  • Sciences Vie, Terre et Environnement

ÉcolesModifier

 
L'ESIREM

Deux des composantes de l'université ont le statut d'école[9] :

InstitutsModifier

L'université compte six instituts d'enseignement[9] :

L'université compte également six écoles doctorales et 32 laboratoires et entités de recherche.

Formation et rechercheModifier

EnseignementModifier

L'université propose près de 400 formations diplomantes :

  • 26 licences générales
  • 132 masters
  • 32 disciplines doctorat
  • 15 DUT
  • 60 diplômes universitaires
  • 90 diplômes et spécialisations santé

Elle accueille dans ses effectifs en 2019 1 854 étudiants en formation continue et plus de 750 en formation à distance[10].

Relations internationalesModifier

Partenariats intenrationauxModifier

L'université de Bourgogne a signé 386 partenariats avec des universités internationales, permettant la mobilité de ses étudiants et chercheurs partout dans le monde ainsi que l'accueil de 2 783 étudiants internationaux de 120 nationalités différentes[10]. Elle proposose également des cursus intégrés (double ou triple diplôme) en langue, sciences humaines, droit ou sciences politiques, soutenus par l'Université Franco-Allemande, avec l'Université Johannes Gutenberg de Mayence en Allemagne, mais aussi celles de Sherbrooke (Canada) et Opole (Pologne) en option trinationale suivant les cursus.

Université EuropéenneModifier

En juin 2019, l'université est avec 14 autres universités françaises l'une des lauréates du premier appel à projet « Universités européenne »s de la Commission européenne. Réunies au sein de l'alliance FORTHEM, les universités de Dijon, Palerme (Italie), Jyväskylä (Finlande), Opole (Pologne), Valence (Espagne) , Mayence (Allemagne), et de Lettonie, font partie d'une des premières 17 universités européennes retenues par la Commission (sur 54 dossiers de candidatures déposés)[11].

Classements internationauxModifier

L'université de Bourgogne figure depuis 2017 au classement des meilleurs université mondiale réalisé par l'université Jiao Tong de Shanghai (Academic Ranking of World Universities), à la 601e-700e place en 2019[12]. La même année, elle était classée 768e par le classement Ranking Web of World Universities[13] qui est basé sur le volume et la qualité des publications électroniques des 6 000 écoles et universités classées.

CollectionsModifier

Vie étudianteModifier

Logement, restaurationModifier

L'université met à disposition de ses étudiants avec le CROUS 4 100 places de logements, trois restaurants universitaires et cinq cafétérias réparties sur le campus.

Vie associative et culturelleModifier

140 associations étudiantes animent le campus et 235 événements culturels sont proposés au centre culturel. L'atheneum, à proximité de la bibliothèque universitaire Droit-Lettre propose régulièrement des concerts et spectacles dans sa salle ou sur son parvis[14]. Radio Dijon Campus, une des plus ancienne radio étudiantes de France, a ses locaux à cet endroit. Elle émet depuis 1982 sur 92.2 FM.

SportModifier

50 disciplines sportives sont proposées aux étudiants par l'intermédiaire du SUAPS (Service universitaire des activités physiques et sportives). Plusieurs équipements sportifs sont à ce titre directement disponibles sur le campus, autour de la Maison des sports, à proximité de l'arrêt de tramway « Université »[15]:

  • terrains de beach-volley, de football, de rugby, de baseball;
  • stade d'athlétisme Colette Besson,
  • un gymnase,
  • salle de danse/salle de combat,
  • salle de musculation.

SantéModifier

Le service de médecine préventive accueille les étudiants sur le campus pour des questions médiacales, et une mission handicap accompagne 594 étudiants.

Évolution démographiqueModifier

Évolution démographique de la population universitaire

1723 1773 1788 1792 1875 1895 1909 1910
117209181181195211 037[30]1 092[31]
1957 1968 1972 2000 2001 2002 2003 2004
2 7009 40012 000[32]24 948[16]24 403[17]24 442[18]24 952[19]25 649[20]
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2017
26 170[21]26 167[22]25 463[23]26 878[24]26 897[25]26 118[26]26 551[27]29 695[28]
2018 - - - - - - -
30 917[29]-------

PersonnalitésModifier

EnseignantsModifier

ÉtudiantsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Décret N°2015-280 du 11 mars 2015 publié au Journal officiel du 14 mars et entré en vigueur le 1er avril 2015.
  2. a b et c Les 50 ans du campus Montmuzard de Dijon (1957-2007), Dijon, Université de Bourgogne, (lire en ligne)
  3. « L'université de Dijon en 1910-1911 », Revue internationale de l'enseignement, vol. 63, no 1,‎ , p. 328–341 (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2019)
  4. Marcel Bouchard, Pour la Bourgogne son Université : souvenirs et réflexions, Dijon, Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, , 143 p., p. 17-18
  5. « Grand Campus universitaire », sur www.u-bourgogne.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  6. « Aménagement du Campus universitaire de Dijon-Montmuzard -Ilex », sur L'Observatoire des CAUE (consulté le 1er novembre 2019)
  7. Les présidents de l’Université de Bourgogne sur le site officiel de l'Université de Bourgogne
  8. http://www.u-bourgogne.fr/-Alain-Bonnin-President-de-l-uB-.html
  9. a b et c « UFR, instituts, écoles », sur www.u-bourgogne.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  10. a et b « Les chiffres clés et indicateurs de l’université de Bourgogne », sur www.u-bourgogne.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  11. Université de Bourgogne, « L’université de Bourgogne lauréate dans le cadre de l’appel à projet « Universités européennes » », Communiqué de presse,‎ (lire en ligne)
  12. « Classements nationaux et internationaux », sur www.u-bourgogne.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  13. « Search | Ranking Web of Universities: More than 28000 institutions ranked », sur www.webometrics.info (consulté le 1er novembre 2019)
  14. « Accueil - atheneum - Université de Bourgogne », sur atheneum.u-bourgogne.fr (consulté le 1er novembre 2019)
  15. « Le SUAPS de l’université de Bourgogne – SUAPS Bourgogne » (consulté le 1er novembre 2019)
  16. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  20. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  21. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  22. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  23. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  24. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  25. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  26. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  27. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  28. Fabienne Rosenwald, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2018, p. 153, (ISBN 978-2-11-152402-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 27 janvier 2019
  29. « Chiffres-clés des effectifs étudiants de l'UB », sur PDF, .
  30. « L'université de Dijon en 1910-1911 », Revue internationale de l'enseignement,‎ , p. 336 (lire en ligne)
  31. « L'université de Dijon en 1910-1911 », Revue internationale de l'enseignement,‎ , p. 336 (lire en ligne)
  32. [1]
  33. [2], www.gouv.sn, consulté le 13 octobre 2011
  34. Hervé Morin, « La réputation scientifique contestée des frères Bogdanov », Le Monde, jeudi 19 décembre 2002
  35. Roger Guillemin, The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1977, nobelprize.org, consulté le 4 mai 2010

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier