Super Écran

société qui a collaboré à la production de film

Super Écran
Image illustrative de l’article Super Écran

Création
Propriétaire Bell Media
Slogan « La télé des cinévores »
Format d'image 480i, 1080i
Langue Français
Pays Drapeau du Canada Canada
Statut Chaîne payante
Siège social Montréal, Drapeau du Québec Québec
Ancien nom Premier Choix : TVEC
Site web superecran.com
Diffusion
Satellite Bell Télé : 180-183 (SD), 1890-1893 (HD)
Shaw Direct : 780, 781, 782, 784 (SD), 281, 282, 283, 284 (HD)
Câble Illico télé numérique : 201-204 (SD), 801-804 (HD)
Cogeco : 300-304 (SD), 520-523 (HD)
Rogers Cable : 645, 647-649 (SD), 646 (HD)
IPTV Bell Télé Fibe : 161-164 (SD), 1161-1164 (HD)
Telus Télé Optik : 401-404 (SD), 591-594 (HD)
Zazeen : 131-133 (HD)
VMedia : 301-304 (HD)

Super Écran est une chaîne de télévision payante québécoise lancée le et appartenant à Bell Media.

Super Écran, formé des chaînes SÉ 1, SÉ 2, SÉ 3, SÉ 4, et de ses versions en haute définition, diffuse 24 heures sur 24 et sans pauses publicitaires des films en primeur récemment sortis des salles de cinéma, et ce à plusieurs reprises. Elle diffuse aussi quelques séries télévisées et spectacles d'humours. Depuis 2004, les films présentés sur Super Écran sont également disponibles sur demande pour la durée de leur diffusion à Super Écran.

HistoireModifier

En , le CRTC lance un avis public pour accorder les licences de télévision payante[1]. En , le Ministre des Communications du Québec, Jean-François Bertrand, tente faire reconnaître ses compétences afin de régir les conditions d'exploitation de la télévision payante, mais les tribunaux reconnaissent la juridiction fédérale[2].

Les deux chaînes, lancées simultanément le , proposaient une programmation composée d'environ 70 % de films, et 30 % en spectacles (ballet, musique, humour) et en sport (hockey, boxe).

Premier ChoixModifier

Le , le CRTC a attribué une licence nationale à First Choice, filiale d'Astral-Bellevue-Pathé, dont le plan initial était une chaîne anglophone partout au Canada, à l'exception du Québec où elle aurait été bilingue. Le CRTC lui impose plutôt une chaîne francophone partout au Canada pour une durée de deux ans[3].

Peu après avoir signé une entente avec Playboy pour le contenu dans les deux langues, des manifestations ont eu lieu en sur la Colline du Parlement à Ottawa, ainsi qu'à Montréal et Toronto[4], avant même le lancement de la chaîne.

En plus des films, la chaîne propose des émissions de divertissements dont FLTRR par Les Carcasses[5], ballet Pavlova produit par Radio-Canada[6], concerts de Nanette Workman, Diane Tell, Charles Trenet et Michel Rivard, The Guess Who, David Bowie, The Police, Billy Joel, Supertramp, Chris de Burgh, The Stray Cats, Johnny Winter, et le concert d'adieu de The Who. Au niveau sports, le Tournoi de tennis de Genève, des matchs de hockey des Nordiques de Québec, et de boxe à Atlantic City.

TVECModifier

Après avoir octroyé une licence à First Choice en , le CRTC relance l'appel de demandes pour une chaîne payante régionale francophone pour le Québec, les maritimes et l'est de l'Ontario[3]. Deux consortiums ont déposé leur demande, celle de Québec Inc. a été rejetée, et celle de TVEC (Télévision de l'Est du Canada Inc.), détenue par Cogeco et la Société de développement des entreprises culturelles, a été approuvée le [7].

Avec son slogan « TVEC : Le Choix de l'heure », la chaîne proposait aussi des films pour adultes tous les soirs à minuit. Marguerite Blais[8] animait chaque mois "TVEC SPEC". Des dessins animés étaient proposés tous les matins à h et 17 h. Dès s'ajoute des matchs de hockey, majoritairement ceux des Canadiens de Montréal[9].

Premier Choix : TVECModifier

Éprouvant de la difficulté à attirer son public à cause de sa programmation et du prix élevé demandé par les câblodistributeurs, et aux prises avec un déficit combiné de $14,4 millions, les deux chaînes payantes ont fusionné en [10] afin de former Premier Choix : TVEC[11]. Pour les abonnés, le changement a pris effet le en conservant la programmation de Premier Choix et les dessins animés de TVEC, en y ajoutant les parties de hockey prévues sur TVEC[12].

Le , une vingtaine de militantes contre la pornographie ont manifesté devant les bureaux de Premier Choix-TVEC pour dénoncer la présentation du film américain J'aurai ta peau (I, the Jury) diffusé le dimanche précédent à l'occasion d'une période gratuite[13].

Super ÉcranModifier

Le nom actuel de la chaîne a été adopté en [14] et comptait alors 65 000 abonnés. Un premier Grand Débrouillage d'une durée de 14 heures a eu lieu le .

Au début de 1985, la chaîne The Sports Network (TSN) était offerte en télé payante chez les câblodistributeurs, et compte tenu de la présence de la chaîne francophone TVSQ, il a été décidé d'abandonner des sports diffusés à Super Écran. Des rendez-vous sont proposés tous les soirs à 20 h, ainsi que des émissions pour enfants à h (sauf le samedi). L'heure de début des films était ajusté à la quinzaine de minutes la plus près, résultant à la diffusion de plusieurs courts-métrages et auto-promotions pour compenser, mais dès l'automne 1989, les films peuvent débuter à la cinquième minute la plus près. En , Super Écran diffuse une sélection de films en stéréo[15]. En , Super Écran débute "Ciné-Vidéo" tous les jours à h du matin, invitant ses abonnés à programmer leur magnétoscope à heure fixe.

Premier Choix : TVEC a ensuite soumis des demandes de licence pour de nouvelles chaînes : Canal Famille a été lancé en , puis Canal D en .

Au printemps 1993, Super Écran modernise son logo afin de souligner son dixième anniversaire. Le guide horaire mensuel devient le magazine Primeurs, production de l'émission hebdomadaire Zoom d'environ 30 minutes sur le cinéma, et adoption de soirées thématiques (lundi action, mercredi humour, etc.)[16].

Dès 1994, Super Écran soutient le Programme OLO en produisant un spectacle d'humour diffusé sur ses ondes[17].

En , Super Écran est autorisé à être distribué partout au Canada, étant précédemment restreint à l'est du Canada[18]. Peu après son acquisition de Radiomutuel en 2000, Astral Media a cessé d'utiliser le terme « Premier Choix ».

Le , Bell Canada (BCE) annonce son intention de faire l'acquisition d'Astral Media, incluant Super Écran, pour 3,38 milliards de dollars[19]. La transaction a été refusée par le CRTC. Bell Canada a alors déposé une nouvelle demande le , qui a été approuvée le [20].

ChaînesModifier

Multi-choixModifier

Afin d'offrir des choix multiples en soirée aux abonnés Vidéoway et quelques câblodistributeurs indépendants dès 1990, Super Écran utilise le signal de Canal Famille après la fin des émissions à 19 h (20 h la fin de semaine), brouille les ondes et propose deux, puis trois films différents de la chaîne principale de Super Écran. Une troisième chaîne multi-choix s'est aussi ajoutée, partageant sur le câble l'espace occupé par le canal Télidon des résultats de la bourse en soirée. À partir de , une quatrième chaîne s'est ajoutée, distribuée sur le service Illico télé numérique de Vidéotron, et les quatre chaînes multi-choix offrent une programmation 24 heures sur 24[21]. L'utilisation du signal de Canal Famille (devenu VRAK.TV en 2001) pour le multi-choix 2 a pris fin quelques années plus tard.

Super Écran sur demandeModifier

Disponible depuis 2004 sur Bell Télé Fibe, Cogeco câble numérique et Cablevision du nord, Bell a retiré à Vidéotron les droits de Super Écran sur demande vers la fin 2019. Super Écran sur demande permet de visionner un titre parmi les sélections du mois depuis le terminal numérique. L'accès à Super Écran sur demande n'est donc plus offert gratuitement à l'abonnement de Super Écran chez tous les télédistributeurs.

Super Écran HDModifier

Le , Super Écran ainsi que six autres chaînes du groupe Astral Media, Canal D, Canal Vie, Historia, Séries+, Ztélé et VRAK.TV, lancèrent leur programmation en haute définition. Selon Astral au moment du lancement, plus de 30 % de la programmation est disponible en HD.

Super Écran 2 HD a été lancé le chez certains télédistributeurs, dont Bell Télé Satellite, Vidéotron et Cogeco. Depuis le , Super Écran 2 HD a servi à la diffusion de films en 3D, dont le premier a été Détestable moi en simultané.

Super Écran 3 et 4 HD ont été lancés le chez Telus TV, sur Bell Télé le et sur Illico télé numérique le . Super Écran 3 HD a été lancé le sur Shaw Direct.

ProgrammationModifier

Les films présentés à Super Écran sont présentés en grande première les vendredis ou samedis soirs à 21 h sur le canal principal, où vers 19 h 30 pour les films de type familial ou pour enfants. La majorité des films en primeur arrivent quelques mois après leur sortie en DVD et leur cycle permis à la télé à la carte tel que Canal Indigo ou sur le service Vidéo sur demande des distributeurs. Les films sont alors en rotation sur la chaîne pour une période d'environ un an, en version doublée en français ou en sous-titres pour certains films étrangers, sous-titrés pour malentendants et classés par âge et contenu, sans pauses publicitaires, dans leur version intégrale non-censuré. Le logo de Super Écran apparaît au bas de l'écran durant quelques secondes au début du film ainsi qu'à toutes les heures, mais n'est jamais présent en permanence.

En plus des films américains, des films français, canadiens et québécois sont diffusés. Super Écran contribue des fonds chaque année à la production de films canadiens avec son homonyme anglophone The Movie Network, ou québécois en coproduction, ainsi que des spectacles d'humour (Juste pour rire) et de divertissement (Nous avons les images d'Anthony Kavanagh).

De sa conception jusqu'au début des années 2010, Super Écran diffusait des dessins animés tous les matins dès h.

Depuis le lancement en 1983, Super Écran diffuse des films érotiques, dont plusieurs se sont retrouvés dans Bleu Nuit à TQS après l'expiration des droits. Au cours des années 1990, Super Écran diffuse des films pornographiques pour adultes, softcore de simulation, puis hardcore mais édités pour convenir aux normes canadiennes et les normes internes de la compagnie, alors que The Movie Network continuait de diffuser des films softcore.

De nombreuses séries télévisées sont aussi diffusées, notamment celles diffusées sur les chaînes américaines Showtime et HBO.

Séries originalesModifier

Films originauxModifier

Au cours des années, Super Écran a produit des films québécois, des co-productions avec la France, ainsi que de nombreux films canadiens en co-production avec The Movie Network.

Liste des séries diffuséesModifier

Dessins animés et jeunesseModifier

Identité corporativeModifier

LogotypesModifier

SlogansModifier

  • « Le canal de films » (années 1980)
  • « La télévision du cinéma » (dès 1993)
  • « Du cinéma comme je l'aime » (années 1990)
  • « Le canal cinéma » (début des années 2000)
  • « La télé des cinévores » (slogan actuel)

RéférencesModifier

  1. Louise Cousineau, « Le CRTC ouvre ses bras à la télévision payante », La Presse, vol. 97, no 95,‎ , C7 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  2. Pierre Vincent, « Québec prend les devants sur Ottawa », La Presse, vol. 98, no 61,‎ , B1 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  3. a et b Louise Cousineau, « First Choice l'emporte », La Presse, vol. 98, no 66,‎ , A4 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  4. Maurice Jannard, « Le public veut voir des films non censurés », La Presse, vol. 99, no 15,‎ , A5 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  5. Louise Cousineau, « L'humour tétons-condoms des Carcasses va-t-il trop loin pour le Québec? », La Presse, vol. 99, no 35,‎ , C2 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  6. Louise Cousineau, « Radio-Canada vend Pavlova à la télévision payante », La Presse, vol. 99, no 15,‎ , G2 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  7. Daniel Marsolais, « Télé payante: le CRTC dit oui à TVEC », La Presse, vol. 98, no 273,‎ , A12 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  8. « Marguerite Blais: Elle va adopter un enfant », Télé-radiomonde, vol. 45, no 48,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  9. « Votre guide du hockey télévisé », Télé-Soleil, vol. 87, no 233,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  10. Michel Nadeau, « Télé-payante: La nouvelle entreprise débutera ses activités avec un déficit de $14.4 millions », Le Devoir, vol. LXXV, no 6,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  11. « Décision CRTC 84-32 », sur CRTC,
  12. Michel Nadeau, « Vers une baisse de prix de la télévision payante? », Le Devoir, vol. LXXV, no 26,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  13. Nathalie Petrowski, « Des femmes protestent contre un film policier violent et pornographique diffusé à Premier Choix », Le Devoir, vol. LXXV, no 111,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  14. André Bouthillier, « Un nouveau nom: « Super Écran ». Premier Choix:TVEC se relance à la conquête », Le Devoir, vol. LXXV, no 218,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  15. Gérald Baril, « La TV en stéréo: Mode d'emploi requis », Québec Science, vol. 25, no 4,‎ , p. 55 (lire en ligne)
  16. Patrick Pierra, « Super Écran offre Roch Voisine comme cadeau d'anniversaire », Le Devoir, vol. LXXXIV, no 54,‎ , C2 (lire en ligne)
  17. Francine Grimaldi, « Le Showrire Super Écran et la Fondation OLO », La Presse, vol. 112, no 48,‎ , E1 (ISSN 0317-9249, lire en ligne)
  18. « Décision CRTC 97-18 », sur CRTC,
  19. Vincent Brousseau-Pouliot et Denis Lessard, « Bell met la main sur Astral », sur La Presse,
  20. « Le CRTC donne son accord à la proposition de BCE pour l’achat des services de télévision et de radio d’Astral », sur CRTC,
  21. Super-Écran 4 et Multichoix 24 heures.
  22. « Madame Lebrun, une sitcom burlesque mettant en vedette Benoît Brière! », sur Bell Media,
  23. « Patrice Lemieux 24/7 : des acteurs étoiles complètent l’alignement! », sur Bell Media,
  24. « Marche à l'ombre, la première série dramatique originale de Super Écran », sur Bell Media,
  25. « Super Écran et CTV annoncent le début de la production de la nouvelle série dramatique Cardinal à Sudbury (Ontario) », Bell Media,
  26. « Cardinal, une nouvelle série originale avec Billy Campbell et Karine Vanasse à Super Écran, dès le jeudi 26 janvier à 21 h », Bell Media,
  27. « Julie Perreault et Rossif Sutherland dans Catastrophe, une nouvelle série originale de Super Écran », Bell Media,
  28. « Catastrophe (ou quand une aventure d’un soir change des vies) : dès le mardi 14 février à 20 h », Bell Media,
  29. « La Disparition, une nouvelle série originale dramatique en six épisodes, dès le dimanche 1er octobre à 21 h », Bell Media,
  30. « Clash : la nouvelle fiction quotidienne de Fabienne Larouche et Michel Trudeau à VRAK! », Bell Media,
  31. « La Malédiction de Jonathan Plourde : une nouvelle série de fiction qui flirte avec le surnaturel, le drame et la romance! », Bell Media,

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier