Sufyān al-Thawrī

Sufyān al-Thawrī
سفيان الثوري.png
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Père
سعيد بن مسروق الثوري (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Maîtres
Ayoub al-Sakhtiyani (d), Mâlik ibn Anas, Ja'far al-Sâdiq, Shu’ba ibn al-Hajjaj (en), Hammad ibn Abi SulaymanVoir et modifier les données sur Wikidata
Prononciation

Sufyān al-Thawrī ibn Said (en arabe: سفيان بن سعيد الثوري) (716778) est un érudit musulman.

BiographieModifier

Connu pour sa grande piété, il ne dormait que très peu la nuit du fait de ses prières et de sa recherche de la science religieuse. Il naquit à Koufa[1] et il vécut de nombreuses années à Bassorah et au Yémen pour échapper aux autorités religieuses abbassides[1]. Il fonda une école de droit qui ne rencontra pas un grand écho au sein de la communauté musulmane. Il était très modeste. Nombreuses sont les fois où ce noble homme a dû interrompre sa prière à cause de l'abondance de ses pleurs. Il mourut à Bassorah en 778. On ne doit pas le confondre avec Sufyān ibn Uyayna, natif lui aussi de Koufa, et qui vécut dans la même période mais se fixa et enseigna à La Mecque[2].

Soufyân ath-Thawrī et l'interprétationModifier

Comme de nombreux imams de sa génération (salaf), Soufyân Ath-Thawri a eu recours à l'interprétation (ta'wîl), qui consiste à se détourner d'un sens qui impliquerait d'attribuer à Dieu un sens indigne, pour un sens qui est en accord avec la croyance sunnite et la langue arabe. Pour exemple, concernant la parole de Allâh : {koullou chay-in hâlikoun illâ Wajhah} -Soûrat Al-Qasas verset 88 -[qui signifie : « Tout disparaîtra sauf Son wajh (sa face)»] Soufyân Ath-Thawri a dit : c’est-à-dire sauf ce par quoi l’on recherche l’agrément de Allâh dans les actes de bien. »[3],[4]

RéférencesModifier

  1. a et b Hervé Bleuchot, Droit musulman. Chap. II, Section I, §8, Presses Universitaires d'Aix-Marseille, (lire en ligne)
  2. Le Livre des Haltes, Émir Abd el-Kader, trad. de Abdallah Penot, Dervy, Paris 2008, avec l’aimable autorisation de M. Jean Annestay.
  3. « L’Imâm Soufyân Ath-Thawri interprète “wajh” dans Soûrat Al-Qasas/88 », Islam Sunnite,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « L’Imâm Badrou d-Dîn Al-‘Ayni explique le terme wajh dans le verset 88 de soûrat Al-Qasas », Islam Sunnite,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Droit au haut Moyen Âge

Liens externesModifier