Mâlik ibn Anas

Mālik ibn Anas (en arabe : مالك بن أنس), de son nom complet Abū ʿAbd Allāh Mālik ibn Anas ibn Mālik ibn Abī ʿĀmir ibn ʿAmr ibn al-Ḥārithb Ghaymān ibn Khuthayn ibn ʿAmr ibn al-Ḥārithal-Aṣbaḥī est un imam, théologien et juriste arabo-musulman, traditionaliste, né entre 708 et 716 et mort en 796[1]. Appelé par les musulmans sunnites l'imam Malik, il est également connu sous les dénominations d'imam dar al-Hijrah ou l'imam de Médine. Son enseignement constitue le fondement juridique et dogmatique de l'école malékite, l'une des quatre grandes écoles de jurisprudence en droit islamique sunnite.

Imam Malik
Malik Bin Anas Name.png
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
مالك بن أنسVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaines
Religion
Maîtres
Nâfi’ Mawlâ ibn ’amr (d), Ayoub al-Sakhtiyani (d), Q12240285, 'Abd ur Rahmân al Awzâ'î, Ibn Shihab al-Zuhri (en), Ja'far al-Sâdiq, Ibrahim ibn Abi 'Abla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Malik Bin Anas Name.png
blason
Œuvres principales

Très respecté parmi les savants musulmans, l’œuvre de l'imam Malik compte à ce jour parmi les plus importantes contributions dans les domaines de la jurisprudence, de la collection d'hadiths et du dogme islamique. Il est l'auteur du livre Al-Muwatta, ouvrage qui jette les bases de l'étude des enseignements et actions du Prophète de l'islam ainsi qu'une approche sociologique de la civilisation islamique. Les travaux de l'imam Malik ont été salués par ses contemporains ainsi que par les savants qui le suivirent. Pour les malikites et nombre d'autres auteurs, Al-Muwatta compte parmi les Kutub al-Sittah, les six ouvrages considérés par les savants sunnites comme les livres les plus authentiques. Ainsi, l'imam Ash-Shâfi'î écrit au sujet de l’œuvre de l'Imam Mâlik[2] :

« L'ouvrage le plus authentique après le Livre de Dieu est le Muwatta de Malik »

— Ash-Shâfi'î

BiographieModifier

Naissance dans une famille religieuseModifier

Malik ibn Anas naît au début du VIIIe siècle de l'ère chrétienne dans la ville de Médine. La naissance de Malik ibn Anas prend donc place au cours d'une période de transition entre l'ère des califes omeyyades et celle des abbassides. Cette période d'expansion de l'empire musulman voit apparaître la forte nécessité de juridiction, en particulier dans les nouveaux territoires conquis.

L'imam Malik nait dans une famille comptant certains grands noms de l'érudition islamique. Son père est Anas bin Malik (homonyme du sahabi) et sa mère Aaliyah bint Shurayk al-Azdiyya. Originaire du Yémen bien que son arrière grand-père, Abu 'Amir, s'installa à Médine deux ans après l'exil du Prophète de l'islam, sa famille appartient à la tribu Al-Asbahi[3]. Le grand-père de l'imam Malik est Malik ibn Abi Amir. Celui-ci fut copiste du Coran et compte parmi les tabi'un[4], ces savants qui ont hérité d'enseignements directement de la part des compagnons du Prophète de l'islam. De plus, le nom de son oncle Abu Suhayl apparait dans plusieurs chaînes de transmission de hadiths, que cela soit dans Al-Muwatta ou d'autres ouvrages de la tradition islamique.

Instruction et enseignement religieuxModifier

Malik commença son apprentissage (Al-Adab) auprès de Rabî’ah ibn Abdir Rahman (Al-Ra’y), qui avait étudié auprès des sept fuqaha de Médine.

Très jeune, Malik apprend et mémorise le Coran auprès d'Abu Suhail an-Nafi' ibn 'Abd ar-Rahman (homonyme du rapporteur de hadith Nafi'). C'est de ce professeur que Malik reçoit l'ijaza, l'habilitation à enseigner la science islamique.

Par la suite, il étudie le hadith aux côtés du prestigieux rapporteur de hadiths Ibn Shihab al-Zuhri; sous Naafi', l'esclave affranchi de `Abdullah ibn `Omar ; ainsi que de Ibn Hurmuz, connu comme rapporteur d'Abu Huraira, pendant huit années.

La « chaîne d'or » de la transmissionModifier

L'authencité et la rigueur de la méthodologie de la chaîne de transmission de l'imam Malik lui vaut d'être érigée par des savants tels que Bukhârî au rang de « chaîne d'or » (Silsilat al-Dhahab) de la narration. Cette chaîne consiste de Malik, qui rapporte de Nafi` Mawla ibn `Umar, qui lui-même rapporte de 'Abdullâh Ibn 'Umar, qui a côtoyé le Prophète de l'islam. Ainsi, la traçabilité jusqu'aux enseignements et sagesses prophétiques est un gage d'authénticité lorsqu'il s'agit de narrer un hadith.

Al Hâfiz Abou Dawoud parle de la chaîne d'or comme la transmission de hadiths la plus sûre[5], avis également partagé par l'Imâm al-Bukhârî.

Malik ne se déplaçait pas beaucoup en dehors de Médine excepté pour le pélèreinage à La Mecque, et se confina donc largement à la connaissance de Médine. D'autres desquels il apprit furent Hisham ibn Urwah et Jafar as-Sadiq[6]

Relation avec le pouvoir abbassideModifier

Les historiens s'accordent sur le fait qu'il fut impliqué dans le soulèvement en 762 du descendant d’Ali, Muhammad b. Abd Allâh al-Nafs al-Zakiyya, contre le calife abbasside Al-Mansûr. Il ne participa pas activement au soulèvement, mais lorsque Muhammad b. Abd Allâh s'empara de Médine, il rendit avis dans une fatwâ que le serment fait au calife Al-Mansûr pouvait être rompu puisqu'il avait été obtenu sous la contrainte[7] que ce soit religieuse ou fausse interprétation tout en respectant les modalités et ulterances du format législatif du fait précis de la fatwa.

En l'an 763, Djaʿfar ibn Sulaymān, alors gouverneur de Médine, sanctionna Malik à la flagellation, en raison d'une fatwa émise par l'imam qui contestait la léicité de l'allégeance envers le calife al-Mansur. De plus, l'homme était accusé par le gouverneur de supporter la rébellion des Alides. Les coups de fouet répétés ont causé la dislocation de l'épaule de l'imam Malik. Cette sentence a accru la popularité et le prestige de l'imam[3].

On raconte que ses bras étaient devenus incapables de tenir sur sa poitrine ; ceci est une des raisons qu'avancent certains pour sa façon de prier pendant le qiyam. Mais la réalité est autre puisque le Sadl (prier avec les mains le long du corps dans le qiyam) est une sunna pour Mâlik et ses disciples qui fut héritée du Prophète de l'islam et des 4 Califes[8]. Il semble qu'il se soit plus tard réconcilié avec le calife[7]. On raconte que quand Al-Mansur apprit la nouvelle il se rendit à Médine pour présenter ses excuses à l’imam et ajouter qu'il n'avait pas donné un tel ordre au gouverneur. Il dit même par la suite à ce gouverneur de ne pas instaurer de lois sans consulter l’imam Malik.

Il commença sa compilation de hadith à la requête du calife abbasside Abu Ja'far al-Mansoor, [754-775 ] qui, selon la légende[7], voulait un code de lois basé sur la sunna du Messager de Dieu Muhammad qui pourrait être appliqué dans tout le califat. Toujours selon la tradition[7], l'imam Malik aurait refusé une fois qu'il l'eut terminé arguant que les Sahaba (compagnons du Prophète) s'étaient dispersés dans tout le califat et avaient pris avec eux d'autres actes de la sunna non répertoriés par lui, qui se devaient d'être considérés dans toute loi devant être imposée à tous. Le calife Hâroun ar-Rashîd aurait fait la même requête, en vain.

Apparrence physiqueModifier

Selon Al-Muwatta, livre dont il est l'auteur, l'imam Malik était grand de taille, robuste, au teint clair, des cheveux blonds avec une barbe importante, chauve et des yeux bleus[9].

DécèsModifier

L'imam mourut en 796 à l'âge de 85 ans à Médine après une courte maladie. Il fut enterré au cimetière Al-Baqî de Médine, la prière funéraire (janâzah) fut prononcée à cette occasion par le gouverneur 'Abd Allâh b. Zaynab. Son tombeau fut surmonté d'une coupole (kubba)[7]. Cette coupole sera détruite plus tard par les saoudiens en 1802 en raison de l’interdiction, rapportée par plusieurs récits prophétiques, de construire sur les tombes, afin d’éviter toutes formes de polythéisme[10],[11].

Son œuvre et sa doctrineModifier

Son œuvre principale, le Kitab al-Muwatta, recense l'ijmâ' (consensus) médinois au niveau de la loi, du droit, du rite et de la pratique et entend servir de correctif pour ce qui n'était pas encore fixé par l'ijma et la Sunna[7]. Dans la Muwatta il ne prend pas la peine de critiquer l'authenticité des traditions (ahadith) rapportées, qui ne seront remises en questions que par des auteurs ultérieurs. De la même façon il omet de citer les chaînes de transmissions (isnâd)[7].

Le Muwatta ne fut pas directement fixé en une version définitive, il en existe différentes recensions qui varient du fait que l'imam Malik n'a pas toujours exactement donné ses enseignements oraux de la même façon et parce qu'on accordait peu d'importance à une reproduction fidèle à l'époque et que l'on préférait laisser une certaine liberté aux variations[7].

L'imam Malik admet, et son école à sa suite, outre le Coran et la sunna, la « coutume » (urf ou Bil Ma'rouf) médinoise (point sur lequel il était en désaccord avec son ami Al-Layth ibn Sa’d), le consensus des "gens de Médine" (désignant les savants) et le principe de l’utilité générale (istislâh).

Il considère que les exemples de législation coutumière en cours à Médine du temps du prophète sont des sources de droit musulman à codifier et systématiser[7].

Concernant les versets équivoques (moutachâbihah) dont le sens apparent pourrait laisser penser que Allâh aurait une ressemblance avec sa création, l'Imâm Mâlik disait : « Citez les comme ils sont parvenus, sans attribuer de comment (bilâ kayfiyyah)»[12] c'est-à-dire en niant toutes les caractéristiques des créatures.

Ibnou Kathîr a mentionné semblable à cela dans son tafsîr. Il a dit : « Nous citons ici la voie du Salaf vertueux de Mâlik, de Al-Awzâ’i, de Ath-Thawri, de Layth Ibnou Sa’d, de Ach-Châfi’i, de Ahmad ibnou Hanbal, de Is-hâq ibnou Rahawayh et d’autres qu’eux parmi les imams musulmans du passé et contemporains et plus récents, à savoir de lire ces versets (c’est-à-dire les versets moutachâbihah) comme ils sont parvenues. Sans attribuer le comment (min ghayri takyîf), ni d’assimilation, ni annulation de ces versets. Et le sens apparent qui vient à l’esprit des assimilateurs est nié au sujet de Allâh ta’âlâ. Car Allâh n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit de Ses créatures. Rien n’est tel que Lui et Il est Celui qui entend et qui voit.»[13]

Et l’Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalâni a également rapporté pareil à cela, en disant : « Certains sont passés sur ces textes comme ils ont été révélés, en y croyant dans leur globalité et en exemptant Allâh du comment (kayfiyyah) et de toute assimilation (tachbîh), et ceux-là sont la majorité des savants du Salaf. Cela a été rapporté par Al-Bayhaqi ainsi que d’autres, [comme étant la voie] des quatre Imâm (C’est-à-dire : l’Imâm Aboû Hanîfah, l’Imâm Mâlik, l’Imâm Ach-Châfi’i, et l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal), des deux Soufyân (C’est-à-dire : Soufyân Ath-Thawri et Soufyân Ibn ‘Ouyaynah), des deux Hammâd (C’est-à-dire : Hammâd Ibn Zayd et Hammâd Ibn Salamah), de Al-Awzâ’i, de Al-Layth, et autres qu’eux.»[14]

Ainsi lorsqu'il fût interrogé sur le comment de l'istiwâ de Allâh sur le trône, l'Imâm Mâlik n'a pas répondu en disant que Allâh serait assis ou établit mais il a dit : « Le comment [au sujet de Allâh] est inconcevable (al-kayf ghayrou Ma’qoûl)»[15],[16],[17],[18] et selon une autre version proche de celle-ci : « Dire “comment” est exclu à Son sujet (wa kayfa ‘anhou marfoû’) »[19].

L'Imâm Mâlik a également eu recours au ta-wîl (interprétation détaillée). En effet Il a été rapporté de l’Imâm Mâlik qu’il a interprété le hadîth du nouzoûl (qui commence par yanzilou rabbounâ) par la descente de la Miséricorde de Allâh et de Son Ordre ou de Ses Anges, tout comme l’on dit « Le roi a fait telle chose » c’est-à-dire que ce sont ses subordonnés qui l’ont fait sur son ordre[20],[21].

L'Imâm Mâlik était fortement opposé à la croyance des corporalistes (moujassimah), Il a d’ailleurs été rapporté que l’Imâm Mâlik considérait mécréant ceux qui ont pour croyance que Allâh serait dans une direction ou qu’Il serait un corps[22],[23],[24].

L'Imâm Mâlik était également favorable au tawassoul. Lorsque le Calife Aboû Ja’far Al-Mansoûr effectua le pèlerinage et visita la tombe du Prophète, il demanda à l'Imâm Mâlik : « Ô Abâ ‘Abdi l-Lâh, est-ce que je m’oriente vers la Qiblah pour faire des invocations, ou je m’oriente vers le Messager de Allâh ? » L’Imâm Mâlik lui a répondu : « Pourquoi détournerais-tu ton visage de lui, alors qu’il est ta waçîlah (le moyen grâce auquel tu espères être exaucé) par Allâh ta’âlâ et la waçîlah de ton père Âdam le Jour du Jugement ?! Oriente-toi plutôt vers lui et demande son intercession, Allâh le fera intercéder. Allâh ta’âlâ dit (ce qui a pour sens)  :  { Si, ayant été injustes envers eux-mêmes, ils venaient auprès de toi pour demander le pardon à Allâh, et le Messager demandait le pardon pour eux, ils sauraient que Allâh est Celui Qui accepte le repentir et Qui fait miséricorde }»[25].

DisciplesModifier

L'imam Malik eut de nombreux disciples dont les plus célèbres furent :

OuvragesModifier

  • Al-Muwatta (anglais) (arabe)
  • Tafsîr Gharîb Al-Qur’ân Al-Karîm : Interprétation des singularités du Noble Coran
  • Kitâb As-Surûr : Le livre de la félicité.
  • Kitâb fî An-Nujûm wa Hisâb Dawrân Iz-Zamân wa Manâzil Il Qamar : Livre des étoiles, du calcul du temps et des positions de la lune
  • Risâlah fil Aqdiyah : Traité sur les jugements.
  • Risâlah ilâ Ibn Wahb fil Qadar wa Ar Radd 'alal Qadariyyah : Lettre à Ibn Wahb concernant la prédestination et la réfutation des qadarites.

Al Imâm As Suyûtî rapporta que l'Imâm 'Abdu Llâh Ibn Wahb écrivit un livre exclusivement composé de paroles de l'Imâm Mâlik intitulé Kitâb Ul Mujâlasât 'An Mâlik[26].

Notes et référencesModifier

  1. Schacht, J. "Mālik b. Anas." Encyclopédie de l'Islam. Comité de redaction: P. Bearman; Th. Bianquis; C.E. Bosworth; E. van Donzel; H.A.R. Gibb (Volume I: 1-320); W.P. Heinrichs; J.H. Kramers; G. Lecomte; E. Lévi-Provençal; Bernard Lewis; V.L. Ménage; Charles Pellat; Joseph Schacht. Brill, 2011. Brill Online. SCD PARIS III SORBONNE NOUVELLE. 17 February 2011.
  2. Gibril F. Haddad, The Four Imams and Their Schools (London: Muslim Academic Trust, 2007), p. 121
  3. a et b (en) Joseph Schacht, Encyclopaedia of Islam, Second Edition, Brill, (lire en ligne), « Mālik b. Anas »
  4. (en) Cenap Çakmak, Islam: A Worldwide Encyclopedia [4 volumes], ABC-CLIO, (ISBN 978-1-61069-217-5, lire en ligne), « Malik ibn Anas », p. 977
  5. Voir la biographie de l'imam Malik écrite par le shaykh Muhammad Abu Zahrah
  6. http://muslimheritage.com/topics/default.cfm?ArticleID=471
  7. a b c d e f g h et i Schacht, J. "Mālik b. Anas." Encyclopédie de l'Islam. Comité de redaction: P. Bearman; Th. Bianquis; C.E. Bosworth; E. van Donzel; H.A.R. Gibb (Volume I: 1-320); W.P. Heinrichs; J.H. Kramers; G. Lecomte; E. Lévi-Provençal; B. Lewis; V.L. Ménage; Ch. Pellat; J. Schacht. Brill, 2011. Brill Online. SCD PARIS III SORBONNE.
  8. http://www.doctrine-malikite.fr/forum/Poser-les-mains-sur-la-ppoitrine_m47174.html
  9. http://www.sunnah.org/publication/khulafa_rashideen/malik.htm
  10. http://www.hadithdujour.com/hadiths/hadith-sur-Le-Prophete-a-interdit-de-platrer-les-tombes--_999.asp
  11. « Le pacte de Najd, ou comment l'islam sectaire est devenu "l'islam" » auteur Hamadi Redissi, éditions Seuil.
  12. Par Sunnite, « L'Imâm Al-Bayhaqi rapporte la voie des imâms Al-Awzâ'i, Mâlik, Ath-Thawri et Al-Layth Ibn Sa'd concernant les textes équivoques (moutachâbihah) », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  13. Par Sunnite, « Ibn Kathîr parle de l'istiwâ de Allâh », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  14. Par Sunnite, « L'Imâm Ibn Hajar Al-'Asqalâni explique le Hadîth du Nouzoûl », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  15. Par Sunnite, « L'Imâm Mâlik dit que l'istiwâ de Allâh est sans comment (rapporté par Al-Bayhaqi) », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  16. Par Sunnite, « L’Imâm Mâlik dit que l’istiwâ de Allâh est sans comment (rapporté par Al-Qayrawâni) », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  17. Par Sunnite, « L'Imâm Al-Qourtoubi explique le verset de l'istiwâ. », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  18. Par Sunnite, « Le Chaykh Al-'Azzâmi explique la parole de l'Imâm Mâlik sur l'istiwâ de Allâh », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  19. al-bayhaqi, al asmâ-ou wa s-sifât
  20. Par Sunnite, « L’Imâm Mâlik interprète le Hadîth An-Nouzoûl (rapporté par Az-Zourqâni) », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  21. Par Sunnite, « L'Imâm An-Nawawi explique le Hadîth du nouzoûl », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  22. Par Sunnite, « Les quatre Imâms déclarent mécréants ceux qui attribuent la direction ou le corps à Allâh », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  23. Par Sunnite, « Les savants du salaf et du khalaf déclarent mécréant ceux qui attribuent une direction à Allâh », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  24. Par Sunnite, « Les savants du salaf et du khalaf déclarent mécréant ceux qui attribuent une direction à Allâh (2) », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  25. Par Sunnite, « L'Imâm Mâlik confirme qu'il est permis de s'orienter vers la Tombe du Prophète pour faire des invocations », sur Islam Sunnite, (consulté le 5 décembre 2019)
  26. Tazyîn Ul Mamâlik

Voir aussiModifier

Droit au haut Moyen Âge

Liens externesModifier