Sophie Taillé-Polian

femme politique française

Sophie Taillé-Polian
Illustration.
Sophie Taillé-Polian au Sénat en .
Fonctions
Sénatrice du Val-de-Marne
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 21 jours)
Élection 24 septembre 2017
Groupe politique SOC (apparentée)
Conseillère municipale de Villejuif
En fonction depuis le
(5 ans, 10 mois et 18 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Franck Le Bohellec
Conseillère régionale d'Île-de-France

(1 an et 10 mois)
Président Valérie Pécresse
Successeur Régis Charbonnier
Adjointe au maire de Villejuif
Maire Claudine Cordillot
Biographie
Nom de naissance Sophie Taillé[réf. souhaitée]
Date de naissance (45 ans)
Nationalité Française
Parti politique PS (1995-2018)
Génération.s (depuis 2018)
Profession Fonctionnaire territoriale
Site web sophie-taille-polian.fr

Sophie Taillé-Polian, née le en région parisienne, est une femme politique française.

Militante socialiste, élue locale à Villejuif, elle est élue sénatrice du Val-de-Marne sur une liste d'union de la gauche en septembre 2017. Elle quitte le Parti socialiste en octobre 2018 et est désormais membre du parti Génération.s de Benoît Hamon.

BiographieModifier

Sophie Taillé-Polian est née le 4 octobre 1974[1] en région parisienne[réf. souhaitée]. Elle grandit dans les Yvelines, puis étudie à l’université de Nanterre où elle obtient une maîtrise d’histoire et un troisième cycle professionnel sur les politiques culturelles[1].

Parcours politiqueModifier

En 1992, alors qu’elle a 18 ans, Taillé-Polian s'engage à l’UNEF-ID. Elle y défend la démocratisation de l’accès à l’université et milite également pour l’accès à la culture pour tous[1].

Elle adhère au Parti socialiste en 1995 à l'issue du mouvement contre la réforme des retraites d'Alain Juppé.[réf. nécessaire]

À partir de 2008 elle est élue municipale à Villejuif en tant qu’adjointe au maire chargée du développement durable et de l’environnement, et devient présidente du groupe socialiste en 2011[1].

Elle se présente en 2011 aux élections cantonales dans le canton de Villejuif-Est avec François Labat d’Europe Écologie Les Verts[1] et se retire au second tour après avoir fait 24 % au premier tour[2].

En 2014, après la défaite de la liste d'union de la gauche sur laquelle elle s'était présentée[3], elle devient conseillère municipale d’opposition à Villejuif[1].

Un an plus tard, elle est élue conseillère régionale d’Île-de-France en décembre 2015. Au cours de ce mandat, elle est membre de la Commission environnement[1].

En 2016, elle s'engage très tôt aux côtés de Benoît Hamon dans le cadre de la primaire de la gauche, et en 2017, elle anime sa campagne présidentielle dans le Val-de-Marne[1][source insuffisante].

Elle est la suppléante d'Hélène de Comarmond lors des élections législatives de 2017[4],[5].

Le , elle est élue sénatrice du Val-de-Marne pour le compte du Parti socialiste[6]. À la suite de cette élection, elle démissionne de son mandat au conseil régional d'Île-de-France[7] et reste conseillère municipale de Villejuif.

En octobre 2018, elle annonce quitter le Parti socialiste pour rejoindre le parti de Benoît Hamon[8].

Sénatrice du Val-de-MarneModifier

Aux élections sénatoriales de 2017, Sophie Taillé-Polian est élue sur une liste d'union de la gauche, rassemblant le Parti communiste, le Parti socialiste, Europe Écologie Les Verts, et soutenue par le Mouvement républicain et citoyen[9][source insuffisante].

Activités parlementairesModifier

Elle est membre de la commission des Finances[9], de la commission spéciale sur le projet de loi pour un État au service d'une société de confiance, et de la commission d'enquête sur les mutations de la Haute fonction publique[10].

Elle est par ailleurs co-rapporteure de la mission Travail et Emploi du budget de l'État[11]. Elle veille à la bonne exécution des crédits du Ministère du Travail[9][source insuffisante].

Le , sur Public Sénat, elle considère que la loi « anti-casseurs » revient sur « une des libertés fondamentales, qui est celle de manifester », qu'elle est une loi « liberticide », et le fait que le gouvernement puisse dire « qui a le droit ou non de manifester » est « inacceptable » à ses yeux. En parlant des députés, elle affirme que « certains d'entre-eux auraient bien voulu voter contre » et qu'il y aurait eu une pression exercée. Elle critique le fait qu'Emmanuel Macron revienne sur l'image « humaniste » qu'il avait montré lors de l'élection présidentielle française de 2017, et trouve que « c'est un président autoritaire, c'est un président qui n'hésite pas [...] à revenir sur des libertés fondamentales [...] et qui a une politique cruelle sur la question des migrants »[12]

Elle est secrétaire du groupe d'études Économie sociale et solidaire et membre des groupes d'amitié France-Arménie et France-Royaume-Uni[13],[14],[15].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Site de Sophie Taillé-Polian »
  2. « Résultats des élections cantonales 2011 », sur interieur.gouv.fr
  3. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr
  4. « Cachan : Hélène de Comarmond (PS) en réunion publique », sur leparisien.fr,
  5. « Candidats à l’élection législative dans la 11ème circonscription de Val-de-Marne (94) », sur politologue.com
  6. « Résultats des élections sénatoriales 2017 », sur interieur.gouv.fr
  7. « https://www.iledefrance.fr/elus/sophie-taille-polian »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. Quentin Laurent, « Génération-s : Benoît Hamon prend une sénatrice au PS : Élue du Val-de-Marne, Sophie Taillé-Polian doit rejoindre le mouvement de Benoît Hamon », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2018) « Le mouvement de Benoît Hamon va décrocher un nouveau parlementaire. Après avoir enregistré la venue de Régis Juanico en juin, député socialiste de la Loire proche de l’ex-candidat du Parti socialiste (PS), c’est l’arrivée de la sénatrice PS du Val-de-Marne, Sophie Taillé-Polian, qui devrait être actée sous peu ».
  9. a b et c « Sophie Taillé-Polian au Sénat », sur senat.fr
  10. « commission d'enquête sur les mutations de la Haute fonction publique et leurs conséquences sur le fonctionnement des institutions de la République », sur senat.fr (consulté le 21 février 2019)
  11. « Projet de loi de finances pour 2019 : Travail et emploi », sur senat.fr (consulté le 21 février 2019)
  12. « Invitée : Sophie Taillé-Polian, Sénatrice (groupe socialiste) du Val-de-Marne »
  13. « Groupe d'études Économie sociale et solidaire », sur senat.fr (consulté le 21 février 2019)
  14. « Membres du groupe France-Arménie », sur senat.fr (consulté le 21 février 2019)
  15. « Membres du groupe France-Royaume-Uni », sur senat.fr (consulté le 21 février 2019)

Liens externesModifier