Salon des artistes décorateurs

manifestation annuelle des artistes décorateurs

Le Salon des artistes décorateurs (SAD) est un événement créé en 1904, contemporain de l’ouverture du Musée des arts décoratifs de Paris. Il a été imaginé par la Société des artistes décorateurs fondée en 1901 dont l’acronyme peut à la fois désigner la Société (la SAD) et le Salon (le SAD). Tous les deux connaissent un apogée au moment de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes quand s'impose le style art déco. Bien qu'il ait perdu une large part de sa renommée internationale après la Seconde Guerre mondiale, il est redynamisé dans les années 1980 sous la tutelle du Ministère de la Culture.

Salon des artistes décorateurs
Logo SAD 1930 Société des artistes décorateurs.JPG
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Le Salon des artistes décorateurs au Grand Palais en 1926.

Le métier d’artiste décorateurModifier

De l’architecture intérieure à l’industrieModifier

L’histoire du métier de décorateur d’intérieur recoupe approximativement celle de la mode et connaît une première reconnaissance au XVIIIe siècle avec l’émergence de l’architecture d’intérieur qui accorde une importance croissante au « tapissier-décorateur »[1] relativement à l’architecte. Puis le métier vit une nouvelle réorientation au XIXe siècle avec la Révolution industrielle qui se conjugue à une multiplication des écoles d’arts appliqués et à une vulgarisation des ornements[2]. Le catalogue du SAD de 1958 résume ainsi la situation :

« C’est alors que l’industrie d’art, et les métiers qui s’y rattachent, vont vivre sur des formules stéréotypées. Le pastiche et le mauvais goût envahiront bien des demeures. Une saine réaction prend naissance. Il se fonde, en 1863, l’Union centrale des arts appliqués à l’industrie, puis l’Union centrale des arts décoratifs, et en 1889, la Société d'encouragement à l'art et à l'industrie. La gravité du problème alerte l’opinion publique à la suite d’une énergique campagne menée par Roger Marx et Frantz Jourdain. Un congrès des arts décoratifs réunit plus de 400 délégués. À la suite de ce Congrès, il est décidé de fonder la Société des artistes décorateurs en 1901. »

Naissance et disparition des artistes décorateursModifier

La revendication du statut d'artiste pour le décorateur est une idée prolongeant celle des Arts and Crafts, William Morris souhaitant en 1880 « faire des artisans de nos artistes et de nos artisans des artistes »[3]. L'idée est internationalement soutenue par Henry Van de Velde alors que s’impose l’Art nouveau. En France, le statut d'« artiste décorateur » est immédiatement défendu par les protagonistes de ce mouvement qui officialisent la situation en créant la Société des artistes décorateurs en 1901 : sont artistes décorateurs les membres de cette société prestigieuse, les décorateurs non-adhérents étant de facto de simples « ensembliers ». Ce métier va immédiatement se confondre avec la conception d’un ameublement luxueux puis, rapidement, avec le style art déco.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, la fonction de décorateur va correspondre au rôle d'architecte d’intérieur, travaillant sur mesure pour chaque client, allant jusqu'à dessiner chaque pièce, meuble et détail se rapportant aux arts décoratifs. L’exécution des objets est ensuite confiée à des artisans renommés (ébéniste, ferronnier, sculpteur, céramiste, etc.). Les relations entre les différents corps de métier deviennent vite difficiles et le SAD subit une première crise dès 1929 lors de la séparation de l'Union des artistes modernes, principalement des architectes. De fait, le métier de décorateur disparaît peu après la Seconde Guerre mondiale quand l'industrialisation des meubles dessinés par des « créateurs de modèles » devient effective[4] et que s'opère une distinction administrative entre les métiers d'architecte, d'architecte d'intérieur et de dessinateur industriel (designer).

Les difficultés rencontrées en France autour de la notion de « décoration » ne facilitent pas la lisibilité du Salon des artistes décorateurs dont l'impact va s'affaiblir très nettement à partir des années 1960. Hors de France, le métier d’artiste décorateur a peu d’équivalent, le travail d’architecture intérieure étant le plus souvent confié à l’architecte. Il est aujourd'hui totalement passé en désuétude, le nom de « décorateur-ensemblier » ces dernières années fut plutôt utilisé par les techniciens chargés de réaliser des décors factices, plus ou moins provisoires, pour une représentation théâtrale (décorateur (théâtre)) ou pour un tournage audiovisuel (chef décorateur). Ce vocable revient sur les cartes de visite d’une nouvelle génération de professionnels créant leur propre style ou « maison » tels que Sarah Lavoine[Qui ?] ou Florence Lopez[Qui ?], qui assemblent des objets dessinés ou chinés dans des décors conçus pour de prestigieux clients puis repris dans la presse, pour inspirer enfin les magazines et magasins de décoration s’adressant, eux, au grand public.

La SAD et le SAD : statuts et événementsModifier

Statuts officielsModifier

 
Logo SAD, 1930. Société des artistes décorateurs

La SAD est fondée en 1901 et reconnue d'utilité publique par décret du . Elle a pour but, aux termes de ses statuts[5] :

« 1° L'organisation, en France et à l'étranger, d’expositions de tendances neuves.
- 2° Le relèvement des Arts appliqués.
- 3° La participation active à toutes les manifestations, et à toutes les mesures publiques ou privées, intéressant, à quelque titre que ce soit, tout ce que l’on désigne habituellement sous les noms d'art décoratif, d’art industriel et d’Art appliqué.
- 4° L'étude de toutes les questions d’enseignement, de législation, de propriété artistique, de défense des intérêts collectifs ou privés.
La Société se compose :
1° De membres actifs ;
2° De membres associés ;
3° De membres honoraires ;
4° De membres d’honneur. »

Par décret en date du , le décret qui a reconnu comme établissement d'utilité publique l'association dite « Société des artistes décorateurs » est abrogé[6].

Fondateurs et présidentsModifier

Membres fondateurs : René Guilleré, Hector Guimard, Eugène Gaillard, Eugène Grasset, Maurice Dufrêne, Paul Follot, Eugène Belville.

Présidents :

Salons et expositionsModifier

Liste des "Salons de la société des artistes décorateurs" depuis 1904
Année Numéro Lieu Thème et remarques Catalogue en ligne
1904 (16.1. - 16.2) 1er salon Petit Palais de la Ville de Paris
1906 (16.11 - 31.12) 2e salon Musée des arts décoratifs de Paris,

Pavillon de Marsan.

1907 (30.10 - 10.12) 3e salon Pavillon de Marsan
1908 (6.11 - 12.11) 4e salon Pavillon de Marsan
1910 (4.3. - 4.4.l) 5e salon Pavillon de Marsan Gallica
1911 (23.2. - 26.3.) 6e salon Pavillon de Marsan Gallica
1912 (27.2. - 1.4.l) 7e salon Pavillon de Marsan
1913 (21.2. - 31.3.) 8e salon Pavillon de Marsan
1914 ou 15 (26.2.-29.3) 9e salon Pavillon de Marsan
1919 (28.3. - 30.4.l) 10e salon Pavillon de Marsan
1920 11e salon Pavillon de Marsan
1921 12e salon Pavillon de Marsan
1922 13e salon Pavillon de Marsan
1923 14e salon Grand Palais
1924 15e salon Grand Palais
1926 16e salon Grand Palais
1927 17e salon Grand Palais
1928 18e salon Grand Palais
1929 19e salon Grand Palais
1930 20e salon Grand Palais Avec section allemande organisée

par le Deutscher Werkbund

1931 21e salon Grand Palais Gallica
1932 22e salon Grand Palais
1933 23e salon Grand Palais
1934 24e salon Grand Palais Avec section d’art japonais
1935 25e salon Grand Palais Gallica
1936 26e salon SAD au Grand Palais
1937 27e salon Esplanade des Invalides,

Pavillon des Salons

1938 28e salon Grand Palais
1939 29e salon Grand Palais
1942 30e salon Palais de Tokyo Gallica
1945 (6. à 8.) 31e salon Palais de Tokyo Galica
1946 32e salon Palais de Tokyo Gallica
1947 33e salon Palais de Tokyo
1948 34e salon Palais de Tokyo
1949 35e salon Grand Palais
1952 36e salon
1953 37e salon
1954 38e salon
1955 39e salon
1956 40e salon
1959 41e salon
1961 42e salon
1963 43e salon
1965 44e salon À la ville, à la campagne
1967 45e salon L’art de vivre[9]
1969 46e salon Espace et lumière[10]
1972 47e salon Montréal[11]
1975 48e salon Surfaces[12]
1977 49e salon
1979 50e salon
???? 51e salon
1983 52e salon Habiter, c’est vivre[13]
1985 53e salon Style 85, c'est l'Europe de la création[14]
1987 54e salon Le Temps des Créateurs[15]
1990 55e salon Les années 90[16]
2002 56e salon European Way(s) of life[17]

Autres présences à expositions et salons

  • 1904 : Ensemble du Salon de réception du Commissariat général français à l’Exposition universelle de 1904 à Saint-Louis (Missouri)
  • 1905 : Participation à l’Exposition coloniale d’art décoratif et au Salon des Arts de la Femme. Participation à l'Exposition universelle de Saint-Louis (États-Unis)
  • 1906 : Exposition de au Musée Galliera. Participation à l'Exposition internationale de Milan (Catalogue spécial officiel de la Section française - Section D - Arts Décoratifs)
  • 1909 : Exposition française d’art décoratif de Copenhague en collaboration avec le Comité Français des Expositions à l'étranger
  • 1910 : Collaboration à l’Exposition universelle de Bruxelles de 1910
  • 1911 : Collaboration à l'Exposition internationale des Industries et du Travail de Turin. 7e SAD ( - 1er avril) au Pavillon de Marsan
  • 1913 : Collaboration à l’Exposition universelle de 1913 à Gand
  • 1915 : Collaboration a l’Exposition internationale de Lyon. Collaboration à l’Exposition universelle de 1915 de San Francisco
  • 1919 : Une Exposition rétrospective des Morts de la Guerre
  • 1920 : Collaboration à L'Exposition internationale d’Art céramique et d’Art textile de Haarlem
  • 1921 : Collaboration à l’Exposition d’art français en Rhénanie. Collaboration a l'Exposition d’Art Décoratif de Strasbourg
  • 1922 : Exposition « L’art du métal » au Musée des Arts Décoratifs de Genève. Exposition d’Art appliqué organisée au Grand Palais
  • 1923 : Collaboration à l’Exposition des Beaux-arts à Mulhouse. Collaboration à l’Exposition de Barcelone
  • 1925 : « L’Ambassade Française ». Participation à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes à Paris
  • 1927 : Collaboration à l’Exposition internationale de Leipzig, à L'Exposition Française de Madrid et a l'Exposition des Arts Appliqués de Nice
  • 1928 : Une Exposition d’Art Décoratif à Tokyo
  • 1929 : Participation à l’Exposition internationale de 1929 à Barcelone
  • 1931 : Participation à l’Exposition coloniale internationale (1931). Exposition artistique coloniale du Palais des Beaux-Arts
  • 1932 : Constitution du Comité d’études pour l’Exposition universelle de 1937 et organisation d’un Concours préparatoire
  • 1933 : Exposition des Concours organisés par la Décoration française contemporaine pour la création de modèles d’art décoratif appliqué à l'industrie
  • 1934 : 24e SAD au Grand Palais, comprenant une section d’art japonais. Concours de monnaie et de timbres
  • 1935 : Participation à l’Exposition universelle de 1935 de Bruxelles
  • 1937 : Participation à l’Exposition Internationale des Arts et Techniques dans la Vie Moderne, thème « Le Pavillon de la Société des Artistes Décorateurs »
  • 1958 : Participation à l'exposition universelle de 1958 à Bruxelles
  • 1968 : Participation à l'exposition « Les assises du siège contemporain », au Musée des arts décoratifs de Paris
  • 1995 : SAD à Beyrouth[18]
  • 2007 : SAD thème « Le sens de l’autre »[19].

Notes et référencesModifier

  1. CNRTL définition : décorateur
  2. Stéphane Laurent, L’Art utile : les écoles d'arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, L’Harmattan, 1998.
  3. Massey Anne, La Décoration intérieure au XXe siècle, éd. Thames & Hudson, 2002, p. 10.
  4. Dominique Forest (sous la dir. de), Mobi-boom, l'explosion du design en France, éditions Les Arts décoratifs, 2010.
  5. Statuts de la SAD, cités dans le catalogue officiel du Salon de 1949
  6. Journal officiel du 14 avril 2016.
  7. Léon Marie André Domin (1883-1962), ensemblier, récompensé par sa nomination de chevalier de la Légion d'honneur par décret du 22 mai 1926 pour sa participation à l'exposition de Paris de 1925 « Notice LH 19800035/427/57089 », base Léonore, ministère français de la Culture. Associé à Marcel Genevrière (1885-1967), il est co-fondateur de la maison Dominique, sise 8, rue de Castellane à Paris.
  8. Biographie d'André Renou (1910-1980) [1].
  9. Michel Jankowski, L'art de vivre, catalogue 45e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, SAD, 1968, 124 p.
  10. Collectif, Espace et lumière, catalogue 46e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, SAD, 1969, 159 p.
  11. Avec la participation de : Étienne-Henri Martin, François Monnet, Philippe Toury, Michel Boyer, Roger Landault, Daniel Pigeon, Claude et Agnès Courtecuisse, Jacques Ribeyre, Lucky, Philippe Hauducoeur, Roger Lecal, Jean-Pierre Lorence, Yves Caristin, Luc Lenkey, Gérald Fabre, Martineau-Dausset, Guy Doray, Igor Gaglio, André Vandenbeuck, Helga Schlegel, Alain Richard, Daum, Antoine Philippon & Jacqueline Lecoq, Werner Epstein, Costanza, Mia, Jean-Charles Artaud, Henri Gargat, Micaèle Schmid, Villemaine, Janos Borovi, Jean Dinh Van, Yann-Denez, Onelio Vignando, Guidette Carbonell…
  12. Collectif, Surfaces, 48e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, éd. SAD, 1975, 222 p.
  13. Collectif, Habiter c'est vivre -exposition de la Société des Artistes décorateurs, Paris, Grand Palais du 25 nov. au 11 déc. 1983, Editions Alternatives, 1983, 350 p.
  14. Louis Bériot, Jean-Louis Berthet, Jean-Pierre Khalifa, Style 85. 650 créateurs européens, Catalogue 53e SAD - 1re Exposition européenne de création, Paris, éditions Alternatives, 1985, 479 p.
  15. Collectif, Le Temps des créateurs, SAD « 87 », catalogue 54e biennale de la création contemporaine, Paris, Syros / Alternatives, 1987, 358 p.
  16. Louis Bériot, Jean-Louis Berthet, Jean-Pierre Khalifa, Styles Les Années 90. 55e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, éditions SAD - Syros Alternatives, 1990, 432 p.
  17. Collectif, SAD 2002. Exposition européenne de design. European exhibition of design. European way(s) of life., Rome, Diagonale, 2002, 400 p.
  18. Une structure de 7 500 m2 a été installée sur la place des Martyrs avec la présence de 450 artistes français ont exposés des œuvres.
  19. Réalisé en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Communication, le SAD se revendique en 2007 comme « un manifeste privilégiant l'engagement » avec 100 projets sélectionnés.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Sanchez, La Société des artistes décorateurs - Répertoire des exposants, collaborateurs, éditeurs et liste des œuvres présentées 1901-1950, Dijon, L'échelle de Jacob, 2012 (2 volumes)
  • Sarah Schleuning, Moderne. Fashioning the french interior, New York, Princeton architectural press, 2008
  • Pierre Kjellberg, Art déco, éditions de l’amateur, 3e éd., 2004
  • Yvonne Brunhammer, Suzanne Tise, Les Artistes décorateurs, 1900-1942, Flammarion, 1990

Articles connexesModifier

Lien externeModifier