Ouvrir le menu principal

Saint-Pierre-le-Vieux (Lozère)

commune française du département de la Lozère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre et Saint-Pierre-le-Vieux.

Saint-Pierre-le-Vieux
Saint-Pierre-le-Vieux (Lozère)
Le menhir de Pinjo Chabre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Saint-Chély-d'Apcher
Intercommunalité CC des Terres d'Apcher-Margeride-Aubrac
Maire
Mandat
Joël Rouquet
2014-2020
Code postal 48200
Code commune 48177
Démographie
Gentilé Saint-Pierreux
Population
municipale
315 hab. (2016 en augmentation de 7,88 % par rapport à 2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 53″ nord, 3° 18′ 33″ est
Altitude Min. 840 m
Max. 1 090 m
Superficie 15,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-le-Vieux

Saint-Pierre-le-Vieux est une commune française située dans le département de la Lozère, en région Occitanie.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Pierre-le-Vieux[1]
Blavignac Le Malzieu-Ville
 
Saint-Chély-d'Apcher Prunières

ToponymieModifier

HistoireModifier

Village d'origine mérovingienne et peut-être antérieure.

La paroisse a été transférée à Vareilles en 1846.

Politique et administrationModifier

Liste des maires de Saint-Pierre-le-Vieux
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Michel Larguier    
2014 En cours Joël Rouquet    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 315 habitants[Note 1], en augmentation de 7,88 % par rapport à 2011 (Lozère : -0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552520465462395468383490465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
429427452505511505526519516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529559542471359357334310285
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
284260230234236241269273277
2013 2016 - - - - - - -
304315-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Lors de la rénovation du cimetière, découverte de sarcophages en pierre.

  • La porte des Fées, qui se trouve derrière le cimetière de Saint-Pierre-le-Vieux au-dessus du Malzieu-Ville. La légende dit que si une jeune fille la franchit une nuit de pleine lune à minuit, elle se mariera dans l'année.
  • Le menhir de « Pinjo Chabre » près de Mazeyrac sur la route de la Garde (représentation de la civilisation mégalithique).

Villages et HameauxModifier

Bébulon
Chabanette
Civeyrac
la Baraque de Chaffard
la Baraque de Claude
le Rouchat
Combe Magne
Mazeyrac

Le village possède un four commun construit sur le chemin qui traverse le hameau. Il est établi au centre de l'agglomération sur un espace public où se trouvent aussi une croix et une fontaine-abreuvoir datée de 1914.

 
Croix, fontaine, four à pain place de Mazeyrac.
Ortizet

Belle maison de style gévaudanais.

Redon
Vareilles

La construction d'une première chapelle date de 1707 à l'initiative de l'abbé Guillaume Imbert, chanoine de l'église du Malzieu. Entièrement détruite en 1843, l'église est reconstruite entre 1845 et 1849. Elle est érigée en paroisse en 1846. Le village possède un monument aux morts de la guerre de 1914-1918, dont la description est : soldat montant la garde, les deux mains tenant par le canon un fusil dont la crosse repose sur un aigle terrassé au sol. Il est ornementé d'une croix de guerre et à ruban sur la grille d'entourage.

 
Église de Vareilles.

ÉconomieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :