Saint-Méloir-des-Bois

commune française du département des Côtes-d'Armor

Saint-Méloir-des-Bois
Saint-Méloir-des-Bois
L'église paroissiale Saint-Méloir.
Blason de Saint-Méloir-des-Bois
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Intercommunalité Dinan Agglomération
Maire
Mandat
Michel Desbois
2020-2026
Code postal 22980
Code commune 22317
Démographie
Gentilé Mélorien, Mélorienne
Population
municipale
258 hab. (2017 en diminution de 1,53 % par rapport à 2012)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 30″ nord, 2° 14′ 59″ ouest
Altitude 70 m
Min. 50 m
Max. 122 m
Superficie 6,13 km2
Élections
Départementales Canton de Plancoët
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Méloir-des-Bois
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Saint-Méloir-des-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Méloir-des-Bois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Méloir-des-Bois

Saint-Méloir-des-Bois [sɛ̃melwaʁdɛbwa] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Ce village est labellisé "Notre village, Terre d'avenir" ainsi que "Villes et Villages Fleuris" (3 fleurs).

En 2000, la commune a obtenu le Label "Communes du Patrimoine Rural de Bretagne" pour la richesse de son patrimoine architectural et paysager.


GéographieModifier

ToponymieModifier

Attestée sous la forme Locum Meloci ou Locum Melori en 1163 [1].

Issue du breton Melar ou Melaer (Magloire)[2].

Son nom en breton est Sant-Melar[3] .

HistoireModifier

Le village possède plusieurs colones et bornes romaines. Quatre colonnes situées sur la place du centre que depuis 1961. L'une d'elles, déplacée en 1825 du village de La Barbotais, est tenue pour avoir été une borne milliaire le long de la voie romaine de l'Étrat, entre Corseul et Vannes. Une autre servait d'autel d’offrande à un dieu gallo-romain, une étude récente semble indiquer qu'elle était utilisée comme bénitier, un réemploi fréquent par l'Eglise qui réutilise les vestiges païens. Les deux dernières auraient appartenu à un monument romain disparu. La plus grande colonne porte ces inscriptions en l'honneur de l'empereur-usurpateur Victorin : "IMP. CAES. AVONIO-VICTORINO. P.E.P.I.S.C.O.L.E.V.C". Une des traductions possibles serait : "À l'empereur Caesar Avonius Victorinus (usurpateur et empereur des Gaules) pieux, heureux, prince invincible, son ambassadeur voue et consacre ce monument". A quelques encablures, vous pouvez visiter en famille à Corseul, le Centre d'Interprétation du Patrimoine CORIOSOLIS et de nombreux vestiges de cette époque gallo-romaine.

La paroisse de Saint-Méloir, enclavée dans l'évêché de Saint-Malo faisait partie du doyenné de Bobital relevant de l'évêché de Dol et était sous le vocable de saint Méloir (prince martyr assassiné à Lanmeur).

  • 1790 : érigée en commune
  • Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée Saint-Méloir, porta provisoirement le nom de Méloir-Richaux[4].
  •  : a pris le nom de Saint-Méloir-des-Bois[4]

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules aux dix molettes d'or ordonnées 4, 3, 2 et 1.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 ? Jean Hubert Abbé    
1792 ? Julien Peroquin    
1840 ? Richard    
1853 ? Gilles Briand    
1871 ? Charles Portier    
1876 ? Pierre Robert    
1892 ? Amédée Jouffe    
1907 ? Pierre Rouault    
1908 ? Georges Picouays    
1945 ? Désiré Bourmault    
1959 ? Albert Touaux    
1971 ? Prosper Jouffe    
1995 En cours Michel Desbois DVD Officier de Sapeur-pompier professionnel
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2017, la commune comptait 258 habitants[Note 1], en diminution de 1,53 % par rapport à 2012 (Côtes-d'Armor : +0,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
243216278283298266246300312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307314324308307331335427378
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
404360344320311322306291278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
263252211216236233266255257
2017 - - - - - - - -
258--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Autres sites
    • Quatre colonnes antiques dont une, milliaire dédiée à l'empereur Victorin (267-268)
    • Manoir du Miroir (privé)
    • Manoir de la Ville Rue (privé)
    • Jardin botanique du Gouty (Privé)
    • Vallée de l'Église (Travaux en cours)
    • Mémorial du Lieutenant Jan Gert Von Tangen

Personnalités liées à la communeModifier

Lieutenant Jan Gert Von Tangen, pilote d'avion norvégien de la Royal Air Force, tombé au combat dans un champ de la commune.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :