Saint-Laurent-sur-Gorre

commune française du département de la Haute-Vienne

Saint-Laurent-sur-Gorre
Saint-Laurent-sur-Gorre
L'église paroissiale Saint-Laurent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Haute-Vienne
Arrondissement Rochechouart
Intercommunalité Communauté de communes Ouest Limousin
Maire
Mandat
Pierre Varachaud
2020-2026
Code postal 87310
Code commune 87158
Démographie
Gentilé Laurentais
Population
municipale
1 500 hab. (2017 en augmentation de 5,41 % par rapport à 2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 15″ nord, 0° 57′ 32″ est
Altitude Min. 236 m
Max. 410 m
Superficie 39,92 km2
Élections
Départementales Canton de Rochechouart
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Laurent-sur-Gorre
Géolocalisation sur la carte : Haute-Vienne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Vienne
City locator 14.svg
Saint-Laurent-sur-Gorre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-sur-Gorre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-sur-Gorre
Liens
Site web https://www.saint-laurent-gorre.fr/

Saint-Laurent-sur-Gorre (Sent Laurenç de Gòra en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est intégrée au parc naturel régional Périgord Limousin.

GéographieModifier

 
Situation de la commune de Saint-Laurent-sur-Gorre en Haute-Vienne.

Commune chef-lieu de canton de l'arrondissement de Rochechouart. Altitude moyenne : 275 m.


Communes limitrophes de Saint-Laurent-sur-Gorre[1]
Saint-Auvent Saint-Cyr Cognac-la-Forêt
Oradour-sur-Vayres   Séreilhac
Champagnac-la-Rivière Champsac Gorre

HistoireModifier

Saint-Laurent-sur-Gorre était avant la Révolution une paroisse de l'ancien diocèse de Limoges, dans l'archiprêtré de Nontron. Elle relevait du gouvernement du Poitou (généralité de Poitiers, élection de Confolens, sénéchaussée de Montmorillon).

Saint-Laurent était siège dès le milieu du XIVe siècle d'une prévôté relevant comme la cure de l'abbaye de Saint-Martial de Limoges. La paroisse était desservie par une communauté de prêtres.

Saint-Laurent possédait aussi une maladrerie de lépreux appelée la Malatie, placée sous le patronage de saint Mathurin.

La seigneurie de Saint-Laurent appartenait primitivement à la maison de Rochechouart. Elle passa ensuite, au XVIe siècle, à la famille de Bermondet, puis au XVIIe siècle aux familles de Singareau, Marbaut, puis Gaschon et Sacriste. À la fin du XVIIe siècle, la seigneurie de Saint-Laurent comprenait notamment le château, trois moulins, plusieurs étangs, le droit de pêche dans la Gorre, et la forêt de Marcillac. Au milieu du XVIIIe siècle, la seigneurie de Saint-Laurent fut acquise par Antoine de Léonard de Fressanges, écuyer, seigneur de Saint-Cyr et Puydeau, avant de passer par mariage à la fin du siècle au comte des Roys.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Saint-Laurent-sur-Gorre se blasonnent ainsi :

D'azur au lion cousu de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, accompagné de huit fleurs de lis du même, quatre de chaque côté ordonnée en orle.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1935 Louis DESCUBES   - style="vertical-align: top" 1935 1939 Pierre DESCUBES   - style="vertical-align: top" 1939 1941 Charles JACQUET   - style="vertical-align: top" Août 1941 Octobre 1944 Joseph POUYOL   - style="vertical-align: top" Octobre 1944 Avril 1967 Léon LITAUD   - style="vertical-align: top" Avril 1967 Mars 1977 Jean DELAUMÉNIE   - style="vertical-align: top" Mars 1977 Juin 1995 André ROULAUD   - style="vertical-align: top" Juin 1995 Mars 2020 Alain BLOND[2] DVD - style="vertical-align: top" Mars 2020 2026 Pierre VARACHAUD[3] Sans Maire
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2017, la commune comptait 1 500 habitants[Note 1], en augmentation de 5,41 % par rapport à 2012 (Haute-Vienne : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1892 3652 1912 4002 6192 5802 6652 7802 552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5692 3602 5082 5032 4222 5592 5852 6512 680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5362 6012 5422 2262 0982 0102 0041 7641 614
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 5291 3561 3441 4401 5471 4221 4481 3931 483
2017 - - - - - - - -
1 500--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Laurent : c'est un édifice composite doté d'un chœur en abside et d'un transept de l'époque romane (XIe-XIIe siècles), dont la croisée supporte un clocher carré. Les deux travées de la nef voûtées d'ogive sont de style gothique (XVe siècle). Deux chapelles latérales d'époque indéterminée complètent le sanctuaire, de part et d'autre du chœur.
  • Château de Bermondet : le château actuel est une construction de l'époque moderne (XVIe-XVIIe siècles) de plan rectangulaire, marquant la limite méridionale du bourg, dominant la vallée de la Gorre. Sa façade sud conserve à ses extrémités la base de deux échauguettes de plan carré. La façade opposée, côté cour, présente en son centre un pavillon carré faisant face à un pigeonnier-porche.
  • Château de Feuillade : le château de Feuillade, composé de deux ailes d'habitation en L et d'une tour-escalier ronde, qui appartenait aux XVIe et XVIIe siècles à la famille de Saint-Laurent, passa ensuite à la famille du Soulier puis à celle de Ribeyreix et enfin à la famille des comtes de Brie.
  • Pierre levée parfois appelée dolmen de la Côte.

ÉtapeModifier

Le GR 4 qui va de Royan à Grasse traverse la commune. Il est commun avec le GR 654, chemin de Saint-Jacques (voie de Vézelay).

JumelagesModifier

  Weihenzell (Allemagne), dans l'arrondissement d'Ansbach, et le district de Moyenne-Franconie, en Bavière.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jacky Durand, cycliste professionnel, vécut à Saint-Laurent-sur-Gorre.
  • Louis Descubes, né le à Saint-Laurent-sur-Gorre et décédé le à Saint-Laurent-sur-Gorre, homme politique français, fut maire de Saint-Laurent-sur-Gorre de 1919 à 1935.
  • Eugène Nicolas, né le à Champsac et mort le à Champsac, homme politique français, avait habité ici.
  • Pascal Margat, peintre parisien, descendant du général Kléber, né le à Saint-Laurent-sur-Gorre.
  • Jean-Baptiste Djebbari, ancien député de la Haute-Vienne et actuel Ministre délégué chargé des transports, a plusieurs fois passé ses vacances chez ses grands-parents à Saint-Laurent-sur-Gorre[8].

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier