Saint-Flour-de-Mercoire

commune française du département de la Lozère

Saint-Flour-de-Mercoire
Saint-Flour-de-Mercoire
La mairie et l'église Saint-Roch.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes du Haut Allier
Maire
Mandat
Guy Mayrand
2020-2026
Code postal 48300
Code commune 48150
Démographie
Gentilé Saint-Flouriens
Population
municipale
190 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 47″ nord, 3° 49′ 34″ est
Altitude Min. 954 m
Max. 1 229 m
Superficie 12,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Langogne
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Flour-de-Mercoire

Saint-Flour-de-Mercoire est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à proximité de la forêt de Mercoire sur un plateau granitique de 1 090 hectares, à 1 000 m d’altitude.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Flour-de-Mercoire[1]
Langogne
Rocles   Luc
Cheylard-l'Évêque

Hameaux et lieux-ditsModifier

Quatre villages composent la commune : les Choisinets, les Huttes, l'Herm et le chef-lieu, Saint-Flour-de-Mercoire.

Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 1] est recensée sur la commune[2] : le « ruisseau du Donozau » (16 ha), couvrant 3 communes du département[3].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Flour-de-Mercoire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (73,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (65,1 %), prairies (21,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,2 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Le nom de la commune est Sant Flor en occitan selon la norme classique et se prononce [sɔ̃'flu(r)].

HistoireModifier

Les dames de l'abbaye de Mercoire avaient fondé cette paroisse de Saint-Flour et percevaient la dîme, nommaient le curé et assuraient son traitement.

La bête du Gévaudan y fit ses premières victimes au cours de l'été 1764.

Politique et administrationModifier

Liste des maires de Saint-Flour-de-Mercoire
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[10]   Denis Dubois    
avant 1995 ? Michel Lhermet DVD  
2001 2008 Jean-François Richard    
2008 2014 Charles Castanier    
2014 En cours Guy Mayrand[11] DVD-LR Agriculteur

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 190 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Lozère : −0,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182200155246277239303294316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
318377322344386374374416387
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
384391317260253258232187151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
165130106109113121155184192
2018 - - - - - - - -
190--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Saint-Flour-de-Mercoire se situe sur le parcours que l'écrivain Robert Louis Stevenson a effectué en 1878 et qu'il a relaté dans Voyage avec un âne dans les Cévennes. Il y fit halte dans le hameau de l'Herm[16], que l'actuel GR70, aussi appelé « chemin de Stevenson », traverse en direction de Sagnerousse.

Au centre du village est érigée la statue de saint Roch, qui protégea les animaux du choléra.

Le hameau des Choisinets abrite les ruines assez remarquables d'un ancien orphelinat des Frères des écoles chrétiennes, intégrant une église (Sainte-Germaine), le tout datant du milieu du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe. Des travaux de conservation sont entrepris par l'association « Le Choisinaît »[17].

ThéâtreModifier

Le théâtre de l'Arentelle (« théâtre vicinal ») - les représentations ont lieu principalement hors saison estivale - contribue à maintenir une vie culturelle dans la région. Il est géré par l'association L'Hermine de rien.

Bâtiments religieuxModifier

La petite église Saint-Roch, bien conservée, possède une nef à deux travées, la seconde décorée d’arcades. Le clocher ancien a été démoli en 1793.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

NotesModifier

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

CartesModifier

  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Flour-de-Mercoire », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  3. « ZNIEFF le « ruisseau du Donozau » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. Fac-similé JO du 15/04/1981., sur Légifrance.
  11. Saint-Flour-de-Mercoire, sur lemonde.fr
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Saint Flour de Mercoire, Office de tourisme de Langogne et de son Canton, communauté de communes du Haut Allier
  17. Association Le Choisinaît.