Saint-Esteben

commune française du département des Pyrénées-Atlantiques

Saint-Esteben
Saint-Esteben
L'église de Saint-Esteben.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Régine Larranda
2020-2026
Code postal 64640
Code commune 64476
Démographie
Gentilé Donoztiritar
Population
municipale
409 hab. (2018 en diminution de 13,89 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 22″ nord, 1° 12′ 27″ ouest
Altitude Min. 118 m
Max. 465 m
Superficie 13,71 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Pays de Bidache, Amikuze et Ostibarre
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Esteben
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Esteben
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Esteben
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Esteben

Saint-Esteben est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Donoztiritar[1].

GéographieModifier

SituationModifier

Saint-Esteben fait partie de la province basque de la Basse-Navarre.

AccèsModifier

Saint-Esteben est desservie par les routes départementales D 14, D 151 et D 251.

HydrographieModifier

La commune est traversée[2] par le ruisseau Arbéroue, affluent du Lihoury, et par le Garraldako erreka, tributaire de l'Aran.

Lieux-dits et hameauxModifier

Quatre quartiers composent la commune de Saint-Esteben[3] :

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Saint-Esteben[4]
Ayherre Isturits
  Saint-Martin-d'Arberoue
Hélette Armendarits

Au sud, le territoire d'Iholdy n'est distant que d'une centaine de mètres[4].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Esteben est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (71,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (41,4 %), prairies (32,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (21,1 %), forêts (4 %), terres arables (0,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Son nom basque est Donoztiri[1] (contraction de Don-Esteben hiri[11] ou Donestiri ; littéralement « Ville de Saint Esteben »).

Le toponyme Saint-Esteben est documenté[12] sous les formes :

  • San-Estevan de Arberoa (1321, titres de la Camara de Comptos[13]),
  • Sant-Esteban (1513, titres de Pampelune[14]) et
  • Saint-Esteve d'Arberoue (1703, visites du diocèse de Bayonne[15]).

Le toponyme Sorhaburu 'limite des champs' apparaît[12] sous la forme Soraburu (1621, Martin Biscay[16]).

HistoireModifier

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Garralde[17].

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'or à l'arbre de sinople sommé d'une pie au naturel[18].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 1995 Louis Mendivil    
1995 2014 Christian Durruty    
2014 En cours Régine Larranda    
Les données manquantes sont à compléter.

IntercommunalitéModifier

Saint-Esteben fait partie de sept structures intercommunales[19] :

  • la communauté de communes du pays d'Hasparren Hazparneko Lurraldea ;
  • le SIVU Ikas Bide ;
  • le syndicat AEP de l'Arberoue ;
  • le syndicat d'assainissement Adour - Ursuia ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour la réalisation d'une maison de retraite dans la vallée de l'Arberoue ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque.

La commune accueille le siège du SIVU Ikas Bide.

Population et sociétéModifier

 
maison rurale

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2018, la commune comptait 409 habitants[Note 2], en diminution de 13,89 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700702763694678656740795712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
678630629612561548560567552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
571582578515494478444441434
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
457454439420391359390451416
2018 - - - - - - - -
409--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La commune dispose d'une école élémentaire publique[24]. Cette école propose un enseignement bilingue français-basque à parité horaire[25].

ÉconomieModifier

L'activité est principalement agricole. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoineModifier

Patrimoine civilModifier

Patrimoine religieuxModifier

 
Croix de chemin.
  • La croix de chemin[26] située sur le bord de la route départementale D 14 date du XVIIe siècle.
  • L'église Saint-Étienne[27] date du XVIIe siècle.

Patrimoine environnementalModifier

GalerieModifier

 
Ancienne mairie.
 
Le mur à gauche Sanoki.
 
Détail du fronton de place libre.

ÉquipementsModifier

Enseignement
La commune dispose d'une école élémentaire publique, et fonctionne en RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) avec l'école maternelle publique de Saint Martin d'Arbéroue.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a et b - Académie de la langue basque
  2. Notice du Sandre sur Saint-Esteben
  3. Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, « Cadastre napoléonien / Saint-Esteben », (consulté le 26 août 2018).
  4. a et b Carte IGN sous Géoportail
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  11. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques », , 246 p. (ISBN 978-2-86781-396-2, lire en ligne).
  12. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  13. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda - Diccionario de Antiguedades del reino de Navarra ; 1840 ; Pampelune
  14. Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  15. Manuscrit du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  16. Martin Biscay : Drecho de naturaleza que la merindad de San-Juan-del-pie-del-puerto, una de las seys de Navarra, tiene en Castilla 1622, petit in-4°
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale de Saint-Esteben », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 juillet 2012).
  18. Guy Ascarat
  19. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité », sur comdpt.pyrenees-atlantiques.pref.gouv.fr (consulté le 19 juin 2014).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. [1]
  25. [2]
  26. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la croix de chemin
  27. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Étienne

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :