Said Ibrahim bin Said Ali

homme politique français

Saïd Ibrahim
Fonctions
Député des Comores
Législature Ire, IIe, IIIe et IVe législature de la Ve République
Groupe politique UDR
Président du conseil de gouvernement
du territoire des Comores
Prédécesseur Saïd Mohamed Cheikh
Successeur Saïd Mohamed Jaffar
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tananarive (Madagascar)
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Djeddah (Arabie saoudite)
Nationalité Française
Enfants Fahmi Saïd Ibrahim El Maceli
Profession Avocat et homme politique
Religion Islam
Dirigeant du Territoire des Comores

Le prince Adeham[1] Said Ibrahim bin Said Ali (né le à Tananarive, Madagascar et à Djeddah, Arabie saoudite[1]) est un haut fonctionnaire français et homme politique comorien. Fils de Said Ali bin Said Omar, premier et dernier sultan de Grande Comore, il ne peut prétendre au trône puisque son père a abdiqué en 1911, mais il s'engage dans la politique.

CarrièreModifier

Après des études à Madagascar, il devient interprète. Après plusieurs demandes, il obtient en 1938 un poste aux services du Haut Commissaire de Madagascar dont dépendait l'archipel des Comores depuis 1908.
Durant la Seconde Guerre mondiale, entre et , l'archipel comorien est occupé par les Britanniques[2].
À la suite de la mise en place de l'Union française, les Comores obtiennent un conseil général, une assemblée locale prévue pour représenter la population locale, il est nommé gouverneur des Comores. Les véritables tenants du pouvoir sont les Administrateurs supérieurs.

Outre sa fonction, il effectue un pèlerinage à La Mecque, en profite pour rencontrer Farouk Ier et visiter al-Azhar. Entre 1947 et 1948, il prend contact avec la Ligue arabe et milite pour une intervention contre Israël. Il démissionne en 1951 et se consacre entièrement à la politique aux Comores.

Il est le leader naturel du parti Blanc, parti d'opposition au conseil dirigé par Mohamed Ahmed, du Parti Vert. Son parti s'allie avec le parti de l'Entente Comorienne de son demi-frère Said Houssein. Il adhère au UDR de Charles de Gaulle et se présente deux fois à l'Assemblée nationale, mais sa demande est invalidée en 1951 et il est battu en 1957. Il est nommé ministre des Finances du Conseil des Comores de 1957 à 1958. À partir de 1959, le Territoire des Comores dispose de deux sièges à l'Assemblée et en 1959, 1962 et 1967, il est élu à l'Assemblée de la Ve République[1] mais pour cela il doit s'allier au parti Vert de Saïd Mohamed Cheikh.

À partir de 1961, les îles comoriennes obtiennent une autonomie interne très importante. Said Ibrahim obtient plusieurs fois un siège à la Chambre des députés des Comores. Comme Saïd Mohamed Cheikh, il prône l'idée qu'il n'y a « pas d'indépendance politique sans indépendance économique » et entend lutter contre les sociétés coloniales. Il devient l'homme politique le plus important des Comores après la mort de Saïd Mohamed Cheikh. Mais alors qu'il est alors élu président du Conseil le et réélu le , l'Assemblée lui devient hostile. La dissolution de l'Assemblée législative des Comores est prononcée en par une décision du conseil des ministres de la métropole, mais l'Umma-Mranda, sa nouvelle organisation anti-indépendantiste, ne rassemble que 25 % des voies[3] aux élections. Ces événements aboutissent aux accords du 15 juin 1973 signés par Ahmed Abdallah.

Il décède en 1975 après un nouveau pèlerinage, en ayant témoigné du coup d'état du de Ali Soilih.

HommagesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c « Fiche de Adeham Saïd-Ibrahim », sur Assemblée nationale
  2. Abdelaziz Riziki Mohamed, Comores : les institutions d'un État mort-né, Editions L'Harmattan, , 376 p. (ISBN 2-7475-0859-5), p. 21
  3. Jean-Louis Guébourg, La Grande Comore, des sultans aux mercenaires, Editions L'Harmattan, , 271 p. (ISBN 978-2-7384-2299-6), p. 271