Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Azhar.
Université al-Azhar
Al Azhar1.jpg
Histoire et statut
Fondation
Vers 970-972
Type
Nom officiel
جامعة الأزهر
Régime linguistique
Président
Osama al-A'bd
Localisation
Campus
Urbain
Localisation
Pays
Localisation sur la carte d’Égypte
voir sur la carte d’Égypte
Red pog.svg
Divers
Site web

L'université al-Azhar (en arabe : جامعة الأزهر, Jāmiʻat al-Azhar) a été fondée au Caire après la construction de la mosquée en 969 selon le calendrier chrétien (358 selon le calendrier musulman). Trois ans et demi après sa construction, la mosquée commence à jouer son rôle dans la diffusion et l’enseignement des études islamiques. Al-Azhar est une des principales universités d'étude de l'islam.

Sommaire

HistoireModifier

Pendant le mois de Ramadan 365 (octobre 975, calendrier chrétien), le Grand juge d’Égypte, Abû al-Hassan, assis dans la cour de la mosquée, enseigne « Al-Ikhtisâr », un livre juridique chiite, devant une grande audience. Ce cours est le départ de l’enseignement dans la mosquée. Si ces séances avaient comme but l’enseignement des études islamiques, elles prenaient parfois des orientations politiques.

En 988 al-Azhar devint une université islamique à proprement parler. Al-Azhar est l'une des plus anciennes universités au monde, fondée après l'université Zitouna à Tunis, celle d'Al Quaraouiyine à Fès et celle de Cordoue[1]. Pendant son âge d'or, Al-Azhar et al-Quaraouiyine ont été longtemps en compétition sur le plan scientifique.[réf. nécessaire]

Au XIXe siècle, sous l'impulsion du vice-roi (devenu khédive dès 1867) Ismaïl Pacha, la mosquée-université Al-Azar est rénovée. C'est la suite de la Nahda, ensemble de réformes - modernistes - de l'Égypte engagées sous Mehmet Ali Pacha au début du XIXe siècle, qui s'est notamment attaché à refonder l'enseignement supérieur égyptien.

 
Étudiants à l'université al-Azhar dans les années 1880.

Au fil du temps, l’enseignement s’est enrichi de cours de littérature et de langue arabe. La réputation d’al-Azhar n’a cessé de croître et la branche chiite a été éclipsée par la branche sunnite.

En 1822, le système éducatif fut réglementé et le programme établi avec précision. Le plus haut diplôme délivré alors par al-Azhar, qui équivaut aujourd’hui à un doctorat, accordait le respect dû à son détenteur. En 1939, un projet de construction de la grande université al-Azhar est estimé à cent millions de Francs de l'époque[réf. nécessaire].

En 1950, le système éducatif d’al-Azhar est divisé en trois facultés[réf. nécessaire] :

  • jurisprudence islamique ;
  • fondements de la religion et théologie ;
  • langue arabe.

Des facultés techniques et pratiques sont créées en 1961, pour enseigner la médecine, les sciences de l’ingénieur, l’agriculture, etc[réf. nécessaire].

En 2017, l'université al-Azhar accepte pour la première fois un étudiant chrétien en son sein pour y effectuer un stage[2].

En mars 2018, l'université annonce la création d'un centre d'études islamiques régional ouest-africain en Mauritanie[3].

Structure et importance au sein de l'islamModifier

Aujourd'hui, l'université al-Azhar est considérée comme la plus haute autorité de l'islam sunnite dans un sens plutôt modéré[4]. L'Office de la Fatwa répond chaque année à des centaines de milliers de questions de croyants[4].

Son recteur est nommé par un collège de doyens depuis la création du poste en 1690 jusqu'en 1961. En 1961, suite aux réformes de 1952 visant à diminuer le rôle d'al-Azhar dans la société égyptienne, le collège des doyens est aboli et le recteur est nommé par le président égyptien, et à ce titre fonctionnaire d'État. Ahmed el-Tayeb est le 44e recteur de la mosquée al-Azhar. Il a exprimé sa volonté de revenir à une élection collégiale[5].

La faculté de l'université al-Azhar compte aujourd'hui environ 16 000 enseignants. L'importance de l'université al-Azhar se reflète également dans le nombre d'étudiants : en 2004, environ 375 000 étudiants étaient inscrits à al-Azhar, dont 150 000 femmes.

Elle est classée par le U.S. News & World Report au 26e rang du classement régional 2016 des universités arabes[6].

Anciens étudiantsModifier

Elle compte plus de vingt mille étudiants dont cinq mille sont des étrangers. Parallèlement, 0,8 % des étudiants égyptiens font leurs études à l’étranger.

Parmi les étudiants les plus célèbres, on compte notamment :

Il existe d'autres étudiants célèbres présents dans la catégorie « étudiant de l'université al-Azhar ».

NotesModifier

  1. Les Arabes ont-ils inventé l'université ?
  2. Isabelle Cousturié, « Le premier étudiant chrétien accepté à l’université Al-Azhar », sur Aleteia.org,
  3. « L'université égyptienne al-Azhar s'implante en Mauritanie - RFI », RFI Afrique,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Thierry Buron, Le Caire. La caserne et la mosquée, Conflits, no12, janvier-mars 2017, p.80-82
  5. (en) « MB urges delaying Al-Azhar grand sheikh law », sur Almasryalyoum,
  6. « Search Top Arab Region Universities | US News Best Arab Region Universities » (consulté le 21 juin 2016)

Voir aussiModifier