Sablières

commune française du département de l'Ardèche

Sablières
Sablières
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Beaume-Drobie
Maire
Mandat
Michel Talagrand
2020-2026
Code postal 07260
Code commune 07202
Démographie
Gentilé Sablièrois
Population
municipale
177 hab. (2019 en augmentation de 31,11 % par rapport à 2013)
Densité 4,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 31′ 58″ nord, 4° 04′ 31″ est
Altitude Min. 314 m
Max. 1 261 m
Superficie 38,98 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Cévennes ardéchoises
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sablières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sablières
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Sablières
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Sablières

Sablières est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Sablièrois[1].

GéographieModifier

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

Le Chaumeil

Le Morin

Serrecourte

Le Travers

Largeron

Le Grimaldès

Le Mas

Le Bizal

Le Chambon

Montségur

Orcières

Le Vialaret

Ruines du Château du Pont de Ligonès

Le Plot

Communes limitrophesModifier

Sablières est limitrophe de huit communes[2], toutes situées dans le département de l'Ardèche :

Géologie et reliefModifier

ClimatModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Sablières est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (99,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (32,9 %), prairies (0,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

HistoireModifier

En 1731 Sablières est plus peuplée que Joyeuse et autant que Les Assions[10].

La commune lève des volontaires en 1792. Ceux-ci sont envoyés à Joyeuse.

La révolution de 1848 est bien accueillie à Sablières, les habitants en profitent pour contester leur maire et demander sa révocation[11].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1791 Octobre 1792 André Delenne    
An II   Antoine Prat    
mars 2001 En cours
(au )
Michel Talagrand[12],[13] DVD Agriculteur retraité

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 177 habitants[Note 2], en augmentation de 31,11 % par rapport à 2013 (Ardèche : +2,47 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0701 2381 3121 3621 585941880910952
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0061 0119521 1451 1401 1381 0891 048945
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
869833740632527541458376295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
240200142130149101138141160
2019 - - - - - - - -
177--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Hameau du Mas où est née sainte Thérèse Couderc.

Personnalités liées à la communeModifier

Sainte Thérèse Couderc (1805-1885), religieuse, fondatrice des sœurs de Notre Dame du Cénacle à Lalouvesc ; canonisée en 1970.

Famille de Ligonnès. [19]

Patrimoine naturelModifier

Espaces protégés et gérésModifier

La commune fait partie de l'espace protégé et géré du parc naturel régional des « Monts d'Ardèche »[20].

ZNIEFFModifier

Sablières est concernée par six zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

La ZNIEFF continentale de type 2 de l'« Ensemble fonctionnel formé par l’Ardèche et ses affluents (Ligne, Baume, Drobie, Chassezac…) »[21], soit 22 630,21 ha, concerne 61 communes dont Labeaume et vise la rivière Ardèche, ses milieux annexes et ses principaux affluents dont la Ligne, la Baume, la Drobie, le Chassezac.
La ZNIEFF continentale de type 1 des « Corniches de la Cévenne méridionale »[22] ;
La ZNIEFF continentale de type 1 des « Landes et prairies humides du plateau de Montselgues »[23] ;
La ZNIEFF continentale de type 2 du « Plateau de Montselgues et corniche du Vivarais cévenol »[24] ;
La ZNIEFF continentale de type 1 du « Vallon de la Borne »[25] ;
La ZNIEFF continentale de type 1 des « Vallées de la Beaume, de la Drobie et affluents »[26] concerne 15 communes ardéchoises, dont Saint-Mélany[Note 3], pour un total de 1 218,71 hectares. On y retrouve les mêmes rôles que pour la ZNIEFF précédente, de couloir écologique et de maintien des relations entre écosystèmes variés. L'essentiel du bassin de la Drobie coule sur des schistes et micaschistes, la partie amont de la Beaume est faite de granites. Les variations de substrat rocheux, de vitesse du courant et de multiples autres facteurs amènent une très grande diversité de micro-habitats et donc d'espèces. On y trouve de nombreuses espèces présentes dans la ZNIEFF déjà citée , ainsi que la spiranthe d'été (Spiranthes aestivalis, une orchidée) et le saxifrage de Clusius (Saxifraga clusii). Les rares prairies sont souvent riches en orchidées, dont l'orchis à fleurs lâches (Anacamptis laxiflora).

Sites d'intérêt communautaireModifier

Zones spéciales de conservationModifier

La commune est incluse dans deux Zones spéciales de conservation (ZSC) (des sites d'intérêt communautaire (SIC) selon la directive Habitat) :

la ZSC du « Plateau de Montselgues »[27] ;
la ZSC des « Cévennes ardèchoises  »[28],[29].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  3. La ZNIEFF continentale de type 1 des « Vallées de la Beaume, de la Drobie et affluents » concerne les 15 communes ardéchoises de Beaumont, Dompnac, Joyeuse, Lablachère, Laboule, Planzolles, Ribes, Rocles, Rosières, Sablières, Saint-André-Lachamp, Saint-Mélany, Sanilhac, Valgorge et Vernon.

RéférencesModifier

  1. « Sablières (07260) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. Direction départementale de l'équipement (DDE), « Carte en relief de l'Ardèche avec limites communales », sur http://www.ardeche.equipement.gouv.fr, (consulté le )
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Bozon Pierre. La population de la Cévenne vivaroise. Dans Revue de géographie alpine. 1958, Tome 46 no 4. p. 683-715. doi : 10.3406/rga.1958.1848. Accessed on 28 janvier 2015.
  11. Éric Darrieux, « L'accueil de la Seconde République au village en Ardèche », in Rives nord-méditerranéennes, Paysans et pouvoirs local, le temps des révolutions, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 16 mai 2013.
  12. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  13. Liste des maires de l'Ardèche [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00116765
  19. http://www.diesbach.com/dge/ligonnes.html
  20. « Parc naturel régional des Monts d'Ardèche » - FR8000041. Fiche et cartographie Natura 2000.
  21. « Ensemble fonctionnel formé par l’Ardèche et ses affluents (Ligne, Baume, Drobie, Chassezac…) » - 820002843. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  22. « Corniches de la Cévenne méridionale » - 820030110. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  23. « Landes et prairies humides du plateau de Montselgues » - 820030109. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  24. « Plateau de Montselgues et corniche du Vivarais cévenol » - 820030104. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  25. « Vallon de la Borne » - 820030902. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  26. « Vallées de la Baume, de la Drobie et affluents » - 820030063. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  27. « Plateau de Montselgues » - FR8201660. Fiche et cartographie ZSC Natura 2000.
  28. « Cévennes ardèchoises  » - FR8201670. Fiche et cartographie ZSC Natura 2000.
  29. « Portail des données communales: Montselgues », Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :