Rue de la Chaussée-d'Antin

rue de Paris, France

La rue de la Chaussée-d'Antin[1] est une voie du 9e arrondissement de Paris.

9e arrt
Rue de la Chaussée-d’Antin
Voir la plaque.
Voir la photo.
Vue de la rue avec l'église de la Trinité au loin.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Chaussée-d'Antin
Début 4, boulevard des Capucines
384, boulevard des Italiens
Fin 73, rue Saint-Lazare
59, rue de Châteaudun
Morphologie
Longueur 578 m
Largeur 20 m
Historique
Dénomination 1712
Ancien nom Rue Mirabeau
Rue du Mont-Blanc
Géocodification
Ville de Paris 1940
DGI 1949
Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Rue de la Chaussée-d’Antin
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Chaussée-d’Antin
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Situation et accèsModifier

Elle relie l'église de la Sainte-Trinité au nord aux Grands Boulevards au sud.

Elle est desservie par les stations de métro Chaussée d'Antin - La Fayette (lignes    ) et Trinité - d'Estienne d'Orves (ligne   ).

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom en raison de son voisinage avec l'ancien hôtel d'Antin.

HistoriqueModifier

 
La chaussée d'Antin avant la Première Guerre mondiale.

Au XVIIe siècle, le chemin des Porcherons reliait la porte Gaillon (une des portes de l’enceinte édifiée sous Louis XIII) au petit village des Porcherons situé plus au nord, en traversant un espace marécageux.

La rue porte le nom de « chaussée », car en raison du terrain marécageux, il a fallu la surélever, la poser sur du remblai. À la hauteur de la rue de Provence, la chaussée franchissait le Grand Égout de deux mètres de large environ.

Les fréquents séjours de Louis XV dans Paris amenèrent à y construire de splendides demeures, tel l’hôtel de Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin, duc d’Antin (1665-1736), fils de la marquise de Montespan et surintendant des Bâtiments du Roi, qui donna son nom à la rue dès 1712. L'ordonnance du a porté la largeur de la rue à 8 toises et l'a prolongée jusqu'aux boulevards.

Sous la Révolution elle est débaptisée « rue Mirabeau » ou « rue Mirabeau-le-Patriote » (1791-1793). Dénommée ensuite « rue du Mont-Blanc » (1793-1816), la voie devient le centre des quartiers bourgeois du Paris du début du XIXe siècle, habité surtout de la haute bourgeoisie orléaniste, et opposé au Marais peuplé de la noblesse et du clergé légitimiste[2]. Bien qu'officiellement renommée « rue de la Chaussée-d'Antin » en 1816, son ancien nom semble avoir été encore en usage quand Alexandre Dumas y résida, à son retour de Florence, d' à novembre 1844 puisque son adresse est couramment indiquée comme étant le no 45 de la « rue du Mont-Blanc »[3],[4],[5].

Au cours du même siècle, des magasins remplacent les anciennes résidences. En 1905, les Galeries Lafayette, fondées en 1894 dans le voisinage, s'agrandissent et s'étendent désormais jusqu'à la rue de la Chaussée-d'Antin.

Le [6],[7], elle fait l'objet, avec la rue de Mogador qui lui est parallèle, d'une mise en sens unique avec retour, la première à Paris[8].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Plaque au no 42.
 
Plaque au no 62, lieu de décès du général Maximilien Sébastien Foy.
 
Plaque au 1, rue Lafayette
 
Hôtel de Mlle Guimard.
 
Entrée de l'hôtel du général Moreau.
 
Vue de la rue de la Chaussée-d'Antin du haut du clocher de l'église de la Sainte-Trinité. Au premier plan, la rue de Châteaudun sur la gauche, la rue Saint-Lazare sur la droite.

Plusieurs beaux hôtels (aujourd'hui disparus) furent construits dans la rue, car le quartier avait la réputation d'un air plus sain que le centre de Paris.

Dans la littératureModifier

Au XIXe siècle, les aristocrates de cette rue sont en rivalité permanente avec ceux du faubourg Saint-Germain dans La Comédie humaine d'Honoré de Balzac. Si leurs blasons sont moins anciens, ils sont cependant plus riches et très puissants comme Frédéric de Nucingen ou madame de Sérisy[17].

Notes et référencesModifier

  1. Rue de la Chaussée d'Antin dans NomenclatureVoies
  2. Jean-Luc Pinol avec Maurice Garden, Atlas des Parisiens de la Révolution à nos jours, Paris, Parigramme, 2009, 288 p. (ISBN 978-2840966180).
  3. Cécile Raynal, « Promenade médico-pharmaceutique à travers l’œuvre d’Alexandre Dumas », in Revue d’histoire de la pharmacie, 90e année, no 333, 2002, p. 138 (voir en ligne)
  4. Stéphanie Griou et Jean-Christophe Sarrot, Ballades littéraires dans Paris du XVIIe au XIXe siècle, Éditions Nouveau Monde, coll. « Terre d'écrivains », 2004, p. 81 (ISBN 2-84736-054-9).
  5. Henri Troyat : Alexandre Dumas, Paris, Grasset, 2005, n.p. (voir en ligne)
  6. Daniel Chadych et Dominique Leborgne, Atlas de Paris : évolution d'un paysage urbain, Paris, Parigramme, , 199 p. (ISBN 2-84096-154-7).
  7. Josée Paquet, « Création du premier sens unique à New York un 17 décembre », sur auto123.com, .
  8. Mathieu Flonneau, L'Automobile à la conquête de Paris : chroniques illustrées, Presses des Ponts, , 287 p. (ISBN 9782859783730, lire en ligne), p. 113.
  9. « Le boulevard des Italiens », www.paris-pittoresque.com.
  10. « Combat entre la population et un détachement des Gardes françaises et le Royal-Allemand, en face du Dépôt de la Garde française, le 12 juillet 1789, actuelle chaussée d'Antin, 9e arrondissement », parismuseescollections.paris.fr.
  11. a et b (en) Alan Walker, Fryderyk Chopin : A Life and time, New York, Farrar, Straus and Giroux, , 733 p. (ISBN 978-0-374-15906-1), p. 296f.
  12. « HISTOIRE ANECDOTIQUE : Autour du Père Tanguy », sur blogspirit.com (consulté le ).
  13. a et b « LAFFITTE, Jacques (1767-1844), banquier, homme politique », sur napoleon.org (consulté le )
  14. Marque au dos d'une photographie représentant trois Bretons en costumes[réf. nécessaire].
  15. « Restaurant La Maison dorée », www.paris-pittoresque.com.
  16. Alain Rustenholz, Les Traversées de Paris : l'esprit de la ville dans tous ses quartiers, Paris, Parigramme, , 647 p. (ISBN 2-84096-400-7).
  17. Anne-Marie Meininger et Pierre Citron, Index des personnages fictifs de la Comédie humaine, Paris, La Pléiade, 1991 (ISBN 2070108775), t. XII, « Madame de Sérisy », p. 1271-1272.

BibliographieModifier

  • François Loyer (dir.), Autour de l'Opéra. Naissance de la ville nouvelle, Paris, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, 1995 (ISBN 2-905-118-81-4).
  • Louis Lurine, Les Rues de Paris. Paris ancien et moderne, 1844.
  • Pierre Pinon, « Le lotissement de la rue Taibout et du couvent des Capucins. La Chaussée d’Antin à la fin du XVIIIe siècle », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, 1988, p. 223-302 (en ligne).

AnnexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :