Ouvrir le menu principal

Roquesérière

commune française du département de la Haute-Garonne

Roquesérière
Roquesérière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Pechbonnieu
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux du Girou
Maire
Mandat
Jean-Claude Miquel
2014-2020
Code postal 31380
Code commune 31459
Démographie
Gentilé Roquesériérois
Population
municipale
703 hab. (2016 en diminution de 1,13 % par rapport à 2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 44′ 07″ nord, 1° 38′ 19″ est
Altitude Min. 128 m
Max. 232 m
Superficie 10,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Roquesérière

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Roquesérière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roquesérière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roquesérière
Liens
Site web Site officiel

Roquesérière est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Roquesériérois.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 27 km au nord-est de Toulouse, c'est une commune limitrophe avec le département du Tarn.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Ruisseau de Sieurac un affluent du Tarn.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 1 064 hectares ; son altitude varie de 128 à 232 mètres[2].

Voies de communication et transportsModifier

Article détaillé : routes de la Haute-Garonne.

Accès par l'autoroute A68 (sortie   4 direction Bessières, Buzet-sur-Tarn (demi-échangeur)) et la RD 988 (ancienne RN 88), ainsi que par les transports en communs avec des bus du réseau Arc-en-ciel de Haute-Garonne, par le train en gare de Roquesérière.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la deuxième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes des Coteaux du Girou et du canton de Pechbonnieu (avant le redécoupage départemental de 2014, Roquesérière faisait partie de l'ex-canton de Montastruc-la-Conseillère).

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Louis Bonneau   Colonel à la retraite
1965 1971 ?    
1983 1989 Claude Cabie    
juin 1995 2014 Jean-François Vidal    
mars 2014 En cours Jean-Claude Miquel SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6]. En 2016, la commune comptait 703 habitants[Note 1], en diminution de 1,13 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420466497540526579518522522
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
510505514486482475446443435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417410374304319276270271316
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
307294326495555615667674720
2016 - - - - - - - -
703--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 208 212 199 179 188 195 197 199
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

EnseignementModifier

Roquesérière fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal pour les classes maternelles située sur la commune et les classes primaires sur la commune voisine de Montpitol[13].

SantéModifier

Culture et festivitéModifier

Comité des fêtes, danse,.

SportsModifier

Tennis, gymnastique,

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Coteaux du Girou[14].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Edmond CABIE (1846-1909), issu d’une famille implantée dans la région depuis le XVIIème siècle fut l’un des notables de Roquesérière. Officier d’Académie, ancien élève de l’école des Chartes, archéologue distingué, membre de plusieurs sociétés savantes, il habitait au lieu-dit « Mestrégouny ». Ses descendants ont été élus plusieurs fois maires.

Le Colonel BONNEAU (1879-1969), Commandeur de la Légion d’Honneur, Croix de Guerre avec palme, fut maire de Roquesérière de 1945 à 1965. En effet, après la guerre de 1940, durant laquelle il constitua un groupe de résistance à Toulouse et fut également arrêté par les Allemands, il se consacra à sa petite exploitation agricole d’En Margal.

Marthe TRICOIRE, institutrice de 1936 à 1961.


Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031459.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. http://www.roqueseriere.fr/fr/enfance-et-jeunesse/ecole.html
  14. http://www.roqueseriere.fr/fr/vie-pratique/les-dechets.html