Ouvrir le menu principal

Le Freney-d'Oisans

commune française du département de l'Isère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freney.

Le Freney-d'Oisans
Le Freney-d'Oisans
La mairie-école du Freney-d’Oisans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Oisans-Romanche
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Christian Pichoud
2014-2020
Code postal 38142
Code commune 38173
Démographie
Population
municipale
252 hab. (2016 en diminution de 2,7 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 45″ nord, 6° 07′ 35″ est
Altitude 927 m
Min. 871 m
Max. 3 445 m
Superficie 14,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans
Liens
Site web www.freneydoisans.com

Le Freney-d'Oisans est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Située au cœur du massif montagneux de l'Oisans et dans le bassin versant de la rivière Romanche, la commune est adhérente à la Communauté de communes de l'Oisans.

Les habitants de la commune sont dénommés les Freynichons ou les Frenichons[1],[2].

GéographieModifier

 
Plan topographique de Mont-de-Lans en 1947. Le Freney-d'Oisans est indiqué en haut à gauche.
 
Plan de la commune et des communes voisines

.

Localisation et descriptionModifier

Le Freney-d'Oisans est un village de haute montagne, constitué d'un bourg et de plusieurs hameaux, situé dans le massif de l'Oisans, aux abords du massif des Écrins, dans les Alpes françaises.

Le village principal, situé dans la partie basse du territoire est traversé par l'ancienne RN91 devenue la route départementale 1091, qui relie Grenoble (Isère) à Briançon (Hautes-Alpes) après avoir traverser le territoire du Bourg-d'Oisansen contrebas des stations de ski de L'Alpe-d'Huez et des Deux-Alpes. Le village se positionne en aval du barrage du Chambon et du lac du même nom.

Le Freney-d'Oisans est située (en ligne droit ou à vol d'oiseau) à 128 kilomètres au sud-est de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune est également distante de 35 kilomètres de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi que de 204 kilomètres de Marseille et 514 kilomètres de Paris[3]

Communes limitrophesModifier

Les communes accessibles relativement directement par une route carrossable sont : Auris en Oisans, Clavans-en-Haut-Oisans, Mizoën et Mont-de-Lans[4].

Si Oz et Vaujany ont des territoires limitrophes de celui du Freney-d'Oisans, en raison de la particularité du relief, aucune voie carrossable n'existe, il est alors nécessaire de contourner le massif montagneux et donc passer par Le Bourg-d'Oisans.

GéologieModifier

Article détaillé : Oisans.

Le territoire de la commune située dans le massif de l'Oisans, massif de cristallins des Alpes externes.

HydrographieModifier

 
Le barrage du Chambon et en arrière plan le secteur du Freney-d'Oisans

Le territoire communal est traversé par la Romanche, grand torrent alpin d'une longueur de 78,3 km[5]et dont le cours est barré à la limite orientale par le barrage du Chambon.

Cette rivière reçoit en sa rive droite sur ce même territoire communale les eaux du Ferrand d'une longueur de 78,3 km[6] à 200 mètres en dessous du barrage, ainsi que les eaux d'un torrent plus modeste, le Rif Fournel d'une longueur de 3,1 km[7].

ClimatModifier

Article connexe : Climat de l'Isère.

Situé en zone de haute montagne, le bourg du Freney et ses divers hameaux orientés au sud sont cependant soumis à un climat de type montagnard continental, présentant des étés relativement secs et chauds (avec de fréquentes périodes orageuses) et des hivers froids.

Voies de communicationModifier

Le village principal est traversé par la route départementale 1091 (ex-RN 91), qui relie Grenoble (Isère) à Briançon (Hautes-Alpes), tout en se trouvant à proximité du Bourg-d'Oisans et des Deux-Alpes. Il est également en aval du barrage du Chambon.

La RD211a qui débute au centre du bourg permet de rejoindre le territoire de la commune d'Auris-en-Oisans et sa station en traversant de nombreux hameaux et lieux-dits.

La RD 213 qui se sépare de la RD 1091 à la sortie orientale du territoire communale permet d'atteindre la station et commune des Deux-Alpes.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Hameaux lieux-dits et écartsModifier

LogementModifier

Risques naturelsModifier

Risques sismiquesModifier

La totalité du territoire de la commune de La Côte-Saint-André est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes du massif de l'Oisans dans les secteur isérois[8].

Terminologie des zones sismiques[9]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

ToponymieModifier

Au XIe siècle, la paroisse est mentionnée sous la forme ecclesai S. Aeigii in Fraxeneto[10]. Le toponyme dérive de frênaie[10].

HistoireModifier

Article connexe : Histoire de l'Isère.

AntiquitéModifier

Avant la conquête romaine, l'Oisans, c'est-à-dire la vallée de la Romanche où se situe le bourg actuel du Freney, est habité par les Ucènes (en latin : Ucennii), peuple celto-ligure indépendant des Alpes qui contrôle la voie commerciale[11] du col du Lautaret, et donc vers la plaine du Pô via le col de Montgenèvre. Ils établissent des relations commerciales avec le peuple gaulois des Allobroges[12]. Leur frontière est matérialisée au poste nommé Fines, à Gavet

Après l'installation des romains et la pacification de la région, une voie romaine longe la vallée de la Romanche, reliant le col du Montgenèvre à Grenoble.

Moyen ÂgeModifier

Le territoire fait partie de l'Oisans et dès le XIe siècle il appartient au Dauphiné de Viennois. Lors du « transport » de celui-ci au royaume de France, il devient une partie de la Province du Dauphiné.

Au XIIIe siècle, toute la vallée de Bourg-d'Oisans a été ensevelie par un lac naturel formé à la suite d'un éboulement de rochers dans la vallée de la Romanche[13]. En 1219, le barrage ainsi formé céda et provoqua l'Inondation de Grenoble en 1219.

Temps modernes et Époque contemporaineModifier

Article connexe : Maquis (résistance).

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'Oisans, à l'instar du Vercors, devient un haut-lieu de la résistance intérieure française face à l'occupation nazie.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

En 2019, le conseil municipal est composé de onze membres (sept hommes et quatre femmes) dont un maire, deux adjoints au maire et huit conseillers municipaux. Quatre commissions municipales ont été créées en son sein et elles concernent l'urbanisme, le personnel communal, l'école et la sécurité des pistes[14].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1981 En cours Christian Pichoud PS puis DVG Retraité
Conseiller général du Canton du Bourg-d'Oisans (1998-2015)
Président de la Communauté de Communes

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2016, la commune comptait 252 habitants[Note 1], en diminution de 2,7 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
459409561617598630645668670
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
655626586539501509451423407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
388348355317272482296218176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
210154133180177221270277252
2016 - - - - - - - -
252--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Vie associative et culturelleModifier

  • Club informatique Freneytique[19]
  • Les Estivales du Freney[20].

MédiasModifier

Historiquement, le quotidien régional Le Dauphiné libéré qui consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition Isère Sud, un ou plusieurs articles à l'actualité à la région ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales.

CultesModifier

Culte catholique

À l'instar des autres communes de l'Oisans, la communauté catholique et l'église du Freney-d'Oisans (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint Bernard en Oisans dont le presbytère est situé à Bourg d'Oisans. Cette paroisse est, elle-même, rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne.

ÉconomieModifier

EmploiModifier

Secteurs économiquesModifier

Patrimoine architecturalModifier

Patrimoine religieuxModifier

Patrimoine naturelModifier

Espaces verts et fleurissementModifier

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[21].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 2 juin 2019
  2. wikt:Frenichon (fr)
  3. « Distances des grandes villes avec Le Freney-d'Oisans », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 2 juin 2019)
  4. « https://www.geoportail.gouv.fr/carte », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 3 février 2017)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau (W27-0400) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau (W2720500) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau ( W2720580) »
  8. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  9. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  10. a et b D'après Henry Suter, « Le Freney », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 27 octobre 2016).
  11. Aimé Bocquet, Après la conquête des Alpes par Auguste de 16 à 14 av. J.-C..
  12. La Grave - Tableau historique des Hautes-Alpes.
  13. Persee, Le lac de l'Oisans, Revue de Géographie Alpine.
  14. « Le Conseil Municipal », sur lefreneydoisans.fr
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. Club informatique Freneytique
  20. Les Estivales du Freney, sur le site lefreney-d-oisans.com
  21. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).