Ouvrir le menu principal

Robert Pandraud

personnalité politique française

Robert Pandraud
Illustration.
Fonctions
Député français

(18 ans, 11 mois et 27 jours)
Élection 12 juin 1988
Réélection 28 mars 1993
1er juin 1997
16 juin 2002
Circonscription 8e de Seine-Saint-Denis
Législature IXe, Xe, XIe, XIIe (Cinquième République)
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Patrice Calméjane (UMP)
Ministre délégué chargé de la Sécurité

(2 ans, 1 mois et 20 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Chirac II
Prédécesseur poste créé
Successeur poste supprimé
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Le Puy-en-Velay, Haute-Loire
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Suresnes, Hauts-de-Seine
Parti politique RPR
UMP
Diplômé de Sciences-Po Paris
ENA
Profession Préfet

Robert Pandraud, né le au Puy-en-Velay (Haute-Loire) et mort le à Suresnes (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

Ancien directeur de la police nationale, membre du RPR puis de UMP, il est député de la Seine-Saint-Denis (1988-2007) et ministre délégué à la Sécurité (1986-1988) dans le second gouvernement Jacques Chirac.

Sommaire

BiographieModifier

Famille, jeunesse et débuts dans la préfectoraleModifier

Fils d'instituteur et étudiant boursier, Robert Pandraud est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration (France) (promotion « Paul Cambon » en 1953).

Il commence sa carrière administrative dans le corps préfectoral, avant d'être secrétaire général des Hauts-de-Seine (1967-1968).

Une longue carrière au ministère de l'IntérieurModifier

Il est ensuite successivement directeur central de la sécurité publique, directeur du service actif de la police nationale (1970-1973), directeur du personnel et du matériel de la police (1973).

En 1974, Robert Pandraud devient directeur-adjoint du cabinet du ministre de l'Intérieur, Michel Poniatowski[1]. De 1975 à 1978, il est directeur de la police nationale puis, de 1978 à 1981, directeur général de l'administration au ministère de l'Intérieur. En juillet 1981, il est nommé inspecteur général de l'administration du ministère de l'Intérieur.

Un proche de Jacques ChiracModifier

En mars 1982, il rejoint le cabinet du maire de Paris Jacques Chirac, en tant que directeur général des services administratifs du département de Paris. il sera ensuite directeur de cabinet du maire (1983-1986).

Lors de la cohabitation entre François Mitterrand et Jacques Chirac, de 1986 à 1988, il est ministre délégué à la Sécurité au côté du ministre de l'Intérieur Charles Pasqua. Il doit mettre un terme à une vague d'attentats terroristes et réprimer les grandes manifestations lycéennes et étudiantes contre le projet de loi réformant les universités françaises présenté par le ministre Alain Devaquet. Celles-ci sont notamment marquées par la mort de Malik Oussekine.

Député de la Seine-Saint-DenisModifier

Officier de la Légion d'honneur, médaille d'or de la Police nationale, marié et père de trois enfants, il est député RPR (1988-2002) puis UMP (2002-2007) dans la 8e circonscription de la Seine-Saint-Denis. Il fut aussi membre du comité d'honneur du Mouvement Initiative et Liberté et de l'Union nationale inter-universitaire (UNI).

Il n'est pas candidat à sa réélection aux élections législatives de juin 2007 et est remplacé par Patrice Calméjane, son ancien suppléant, à l'Assemblée nationale.

De 2002 à sa mort, il préside la commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales (COCOE) de l'UMP. Son épouse née Ginette Magallon le 17 novembre 1924 est décédée le 17 avril 2010 à Neuilly-sur-Seine[réf. nécessaire].

Synthèse des mandatsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Favier, Pierre, (1946- ...)., La décennie Mitterrand. 2, Les épreuves : 1984-1988, Editions Points, dl 2016, cop. 1991 (ISBN 9782757857991 et 2757857991, OCLC 941084320, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier