Robert II d'Harcourt

Robert II d'Harcourt, dit le Vaillant ou le Fort, chevalier, seigneur et baron d'Harcourt, d'Elbeuf, de La Saussaye, de Beaumesnil, de Saint-Célerin, seigneur de Bourgtheroulde, de Beauficel, de Poligny, de Cailleville, de Boissey-le-Châtel de Lisors, de Bouville et de Renneville, de Berville, d'Angeville, du Teillement, etc., a hérité des fiefs normands de son père Guillaume d'Harcourt.

Robert II d'Harcourt
Titres de noblesse
Q63986649
-
Baron d'Elbeuf
-
Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Hue d'Amboise (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Jeanne de Meulan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

BiographieModifier

Robert II d'Harcourt épouse en 1179 sa cousine Jeanne de Meulan, dame de Meulan et de Brionne qui est la fille de Robert II de Meulan, comte de Meulan, et de Mathilde de Cornouailles, petite-fille d'Henri Ier d'Angleterre. Ce mariage lui apporte des biens considérables, notamment les seigneuries d'Elbeuf, de Beaumesnil et de La Saussaye.

Il accompagne Richard Cœur de Lion à la croisade et est fait avec lui prisonnier sur le chemin du retour par le duc d'Autriche, Léopold V de Babenberg, à l'automne 1192.

Le roi d'Angleterre Jean sans Terre, duc de Normandie, le désigne comme pleige et otage dans le traité du Goulet conclu avec le roi de France Philippe Auguste en mai 1200. Il fait ainsi partie des neuf barons qui, de part et d'autre, se portent garants du traité et jurent d'abandonner celui des deux princes qui le violerait.

Robert II d'Harcourt figure également comme témoin dans de nombreuses chartes d'Henri II d'Angleterre et Richard Cœur de Lion, rois d'Angleterre et ducs de Normandie.

Il fonde l'abbaye bénédictine Notre-Dame de Crestain ainsi que la chapelle Saint-Thomas de Cantorbéry près de son château d'Harcourt.

Il semble être le premier à avoir porté les armes de la Maison d'Harcourt, de gueules, à deux fasces d'or.

DescendanceModifier

De son mariage avec sa cousine Jeanne de Meulan, dame de Meulan et de Brionne, il eut un enfant :

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier