Resident Evil: Afterlife

film sorti en 2010
Resident Evil: Afterlife
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film.
Titre québécois Resident Evil : L’Au-delà
Réalisation Paul W. S. Anderson
Scénario Paul W. S. Anderson
Musique Tomandandy
Acteurs principaux
Sociétés de production Constantin Film
Davis Films
Impact Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre horreur
Durée 97 minutes
Sortie 2010

Série Resident Evil

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Resident Evil: Afterlife ou Resident Evil : L’Au-delà[1] au Québec est un film multinational réalisé par Paul W. S. Anderson, sorti en 2010.

C'est le quatrième volet de la série de films librement adaptée des jeux vidéo Resident Evil édités par Capcom.

Il s'agit du premier film de Paul W. S. Anderson qui mise sur la technologie 3D avec une campagne publicitaire basée essentiellement dessus.

SynopsisModifier

Cinq ans se sont déroulés depuis la pandémie planétaire causée par le virus-T.

18 mois après délaissé ses compagnons partant pour Arcadia, Alice arrive à Tokyo pour attaquer et détruire la forteresse souterraine d'Umbrella Corporation. Elle y arrive, au prix de ses clones et s'apprête à tuer Albert Wesker dans un hélicoptère mais l'homme lui injecte un sérum détruisant tous les pouvoirs qu'elle avait acquis. L'hélicoptère s'écrase contre une montagne et Alice y survit, mais apparemment pas Wesker.

6 mois plus tard, à bord d'un avion, Alice se rend Arcadia en Alaska, une ville où seraient allés ses amis Claire Redfield et K-mart. Il n'y a qu'une piste d’atterrissage, et nulle trace de survivants. Alice retrouve quand même Claire, mais cette dernière a perdu la mémoire. Les deux femmes se rendent en avion à Los Angeles et découvrent qu'un immeuble qui servait de prison abrite un groupe de survivants. Alice et Claire y atterrissent et font la connaissance de Luther, Bennett, Crystal, Kim Young, Angel Ortiz, Wendell et contre toute attente, le frère de Claire, Chris Redfield. Alice apprend qu'Arcadia est en fait un cargo mouillant dans l'océan à deux pas de la ville. Mais l'avion d'Alice ne contient que deux places, et elle ne pourra pas faire plusieurs atterrissages à la suite.

Alors qu'elle prend une douche au quartier sanitaire, Alice se fait attaquer et Wendell se fait tuer par des zombies. Ces derniers ont creusé des passages souterrains qui aboutissent dans la prison. La question de s'enfuir devient cruciale.

Un plan est mis en place tandis qu'un énorme zombie armé d'une hache commence à défoncer la porte dans la cour de la prison. Claire et Luther commencent à bloquer la porte et d'après ce qu'a dit Chris, un véhicule blindé est dans une pièce verrouillé dont s'occupe Bennett, Kim Young et Angel. Pour ce qui est de l'armement, une pièce immergée de la prison contient beaucoup d'armes. Alice, Chris et Crystal y vont en apnée mais après avoir refait surface, Crystal se fait tuer par des zombies et finalement, Alice et Chris s'enfuient par les conduits d'aération.

En constatant que le véhicule blindé ne pourra pas fonctionner, Bennett tue Angel et prévoit de s'enfuir avec l'avion d'Alice, ce qu'il fait en laissant ses compagnons. Le zombie à la hache défonce la porte de la prison et la foule de zombies s'introduit dans l'immeuble. Bloqués sur le toit, Alice, Claire, Chris, Luther et Kim Young parviennent à descendre par l'ascenseur qui les ramène directement au quartier sanitaire. Le groupe s'enfuit par les souterrains creusés par les zombies. Alors que Chris et Luther se sont faufilés, Kim Young est tué par le zombie à la hache. Alice et Claire parviennent à en venir à bout et entrent dans les cavités souterraines.

Alors qu'Alice, Claire et Chris sont sortis, Luther est attaqué par un zombie et le tunnel s'effondre, Luther est apparemment mort.

En canot pneumatique, le trio arrive sur le cargo qui est désert. Les trois amis découvrent des centaines de survivants dans des tubes dont K-mart, qui portait le même appareil qui effaçait la mémoire de Claire. S'aventurant plus profondément dans le cargo, Alice retrouve Wesker, qui avait survécu au crash en s'injectant le virus T. Bennett est parvenu lui aussi à atterrir sur le cargo et est maintenant le complice de Wesker. Un combat s'ensuit, durant lequel Alice tue des chiens zombies domestiqués qui répondent aux ordres de Wesker, Claire et Chris sont enfermés dans des tubes et finalement, Alice triomphe de Wesker avec l'aide de K-mart.

Mais Wesker n'est pas mort, il tue Bennett avant de s'enfuir en hélicoptère mais Alice avait mis une bombe dans l'hélicoptère, qui explose. Alice envoie un message radio à toute personne susceptible de l'entendre et de la rejoindre. La situation semble calmée mais soudain, le ciel est envahi d'une multitude d'hélicoptères d'Umbrella Corporation qui vont attaquer le cargo avec les survivants.

Scène post-crédits

Jill Valentine, dont on était sans nouvelles depuis la fin de Resident Evil: Apocalypse, est contrôlée par Umbrella Corporation et qu'elle va commander l'assaut sur Arcadia.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

 
L'actrice principale Milla Jovovich pour la promotion du film au WonderCon 2010.
Source et légende : Version française (V. F.) sur RS Doublage[3]

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Scènariste de tous les films de la saga, Paul W. S. Anderson revient comme réalisateur de cet opus après avoir mis en scène le premier Resident Evil[4]. Le scénario est inspiré des jeux vidéo Resident Evil 5 et Resident Evil: Code Veronica.

Le titre Afterlife devait à l'origine être utilisé pour le film précédent, finalement rebaptisé Resident Evil: Extinction[5].

Le scénario devait initialement inclure des séquences flashback centrées sur Claire Redfield et Chris Redfield qui essaient de se retrouver, comme dans le jeu vidéo Resident Evil 2 (1998)[5].

Distribution des rôlesModifier

Présent dans Resident Evil: Extinction, Jason O'Mara n'incarne plus le personnage d'Albert Wesker. Le rôle est alors Peter Facinelli, qui le trouve trop proche de son personnage de Twilight. Le personnage est finalement incarné par Shawn Roberts. Ce dernier avait auparavant auditionné pour le rôle de Chris Redfield (finalement attribué à Wentworth Miller). Johnny Messner a lui aussi auditionné pour le rôle[5].

Jensen Ackles devait ici incarner le personnage de Leon S. Kennedy, mais les négociations n'ont pas abouti. Le personnage sera finalement campé par Johann Urb dans les deux films suivants[5].

TournageModifier

Le tournage débute le à Toronto aux Cinespace Film Studios[4] pour s'achever en . Le tournage a également lieu dans l'université de Toronto : la Leslie Dan Faculty of Pharmacy (en) (pour le Q.G. japonais d'Umbrella) et la Bibliothèque universitaire John P. Robarts Research Library (pour la prison de Los Angeles), à l'Aéroport d’Oshawa, dans le Parc provincial Sandbanks (pour les scènes en Alaska) ou encore au Shibuya Crossing à Tokyo[6].

Le film est tourné en Digital 3D. C'est en voyant des images de Avatar de James Cameron que Paul W. S. Anderson souhaite utiliser ce procédé[7]. Le film reprend le Fusion Camera System développé par James Cameron, notamment la caméra Sony F35[8]. Paul W. S. Anderderson déclare à ce propos « Je voulais immerger le public dans l'action, lui raconter une bonne histoire tout en le plaçant au coeur d'une expérience visuelle »[9]. Pour certains plans, les caméramen sont perchés sur des Segway[9]. Durant le tournage, Milla Jovovich casse accidentellement une caméra d'une valeur de 100 000 $[10],[5].

Bande originaleModifier

Resident Evil: Afterlife
Music From The Motion Picture

Bande originale de Tomandandy
Sortie
Durée 43:21
Genre musique électronique, pop rock
Producteur Jean-Christophe Chamboredon, Stefan Harrer
Label Milan Records

Bandes originales de Resident Evil

La musique du film est composée par le duo Tomandandy.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Tokyo 4:32
2. Umbrella 1:20
3. Damage 1:02
4. Cutting 1:12
5. Twins 1:47
6. Exit 0:47
7. Far 1:07
8. Flying 1:58
9. Memory 3:17
10. Los Angeles 2:09
11. Binoculars 2:53
12. Prison 1:58
13. Discovery 1:10
14. Hatchet 1:23
15. AxeMan 3:07
16. Arcadia 4:21
17. Up 1:39
18. Party 0:54
19. Promise 2:12
20. Resident Evil Suite 4:33
43:21

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le film reçoit des critiques négatives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 22% d'opinions favorables pour 103 critiques et une note moyenne de 4,1110[11]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 37100 pour 14 critiques[12].

En France, le film obtient une note moyenne de 1,35 sur le site Allociné, qui recense 6 titres de presse[13].

Box-officeModifier

Resident Evil: Afterlife est le meilleur film de la saga au box-office nord-américain avec plus de 60 millions de dollars, bien loin devant le second film, Resident Evil: Apocalypse, et des 51 millions. Par ailleurs, le film est le second film le plus couteux de la franchise, notamment en raison de son tournage en 3D[2],[5].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
60 128 566 $[2] [14] 8[14]
  France 911 560 entrées[15]

  Total mondial 300 228 084 $[2] - -

DistinctionsModifier

Source : Internet Movie Database[16]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Resident Evil : L’Au-delà sur Cinoche, consulté le 29 juin 2010.
  2. a b c et d (en) « Resident Evil: Afterlife », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2020)
  3. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage
  4. a et b Pierre-Eric Salard, Resident Evil: Afterlife sera réalisé par Paul W.S Anderson sur Fantasy.fr.
  5. a b c d e et f (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. Steve Weintraub, « Resident Evil: Afterlife: Set Visit – Collider Goes to Toronto to Watch Milla Jovovich Kick Umbrella's Ass » [archive du ], Collider.com, (consulté le 13 octobre 2011)
  8. Jevon Phillips, « 'Resident Evil: Afterlife' director: The new 3-D is 'like the introduction of color photography' » [archive du ], sur Los Angeles Times, Tribune Company, (consulté le 3 août 2010)
  9. a et b Serets de tournage - Allociné
  10. Eric Eisenberg, « Comic Con: Live Blogging The Resident Evil: Afterlife Panel » [archive du ], sur Cinema Blend, (consulté le 6 juillet 2011)
  11. (en) « Resident Evil: Afterlife (2010) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 15 avril 2020)
  12. (en) « Resident Evil: Afterlife Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 15 avril 2020)
  13. « Resident Evil: Afterlife - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 15 avril 2020)
  14. a et b (en) « Resident Evil: Afterlife - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2020)
  15. « Resident Evil: Afterlife », sur JP's Box-office (consulté le 15 avril 2020)
  16. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Liens externesModifier