Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Quartier de l'Europe

quartier administratif de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quartier européen.

Quartier de l'Europe
Quartier de l'Europe
La place de l'Europe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 8e
Démographie
Population 18 606 hab. (1999)
Densité 15 728 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 44″ nord, 2° 19′ 24″ est
Superficie 118,3 ha = 1,183 km2
Transport
Gare Gare Saint-Lazare, (RER)(E)
Métro (M)(2)(3)(13)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de l'Europe

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de l'Europe
Le quartier de l'Europe sur un plan du 8e arrondissement.

Le quartier de l’Europe est le 32e quartier administratif de Paris situé dans le 8e arrondissement. Il est centré autour de la place de l'Europe et nombre de ses rues portent des noms de villes européennes.

Sommaire

HistoriqueModifier

Le quartier de l'Europe doit une grande partie de son urbanisation, surtout dans sa partie orientale, à deux spéculateurs fonciers : le banquier suédois Jonas-Philip Hagerman, et Sylvain Mignon, serrurier du roi Charles X, au début du XIXe siècle.

En février 1826, ceux-ci achètent des landes et des marais situés au nord de l'ancien lit de la Seine, entre les Porcherons et la Petite-Pologne, afin d'en faire un vaste lotissement résidentiel. Ce terrain était occupé par les jardins Tivoli. Hagerman[1] et Mignon mettent au point un plan en étoile centré sur la place de l'Europe.

Ainsi une ordonnance royale du 2 février 1826 autorise l'ouverture de la voie[2] :

« Charles, etc. Vu le plan d'alignement de plusieurs rues et places, que les sieurs Hagerman et Mignon ont demandé l'autorisation de former sur les terrains à eux appartenant, et, situés entre les rues de Valois et de la Bienfaisance, et le mur d'enceinte de notre bonne ville de Paris, depuis la barrière de Mousseaux jusqu'à celle de Montmartre ;
vu les délibérations du Conseil général de la Seine faisant fonctions de Conseil municipal de la ville de Paris, des 11 décembre 1824 et 27 septembre 1825, portant acceptation conditionnelle du dit projet ; vu l'avis du préfet du département ; vu les lettres-patentes du 10 avril 1783 ; notre Conseil d’État entendu, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit :
Donné en notre château des Tuileries, etc.
Signé : Charles. »

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toutefois, le développement du chemin de fer et la construction de la gare de Paris-Saint-Lazare (alors « gare de l'Ouest ») remet en cause une partie du projet : les voies ferrées remplacent ainsi un axe nord-sud qui devait traverser la place de l'Europe.

La construction des immeubles se termine vers 1865. S'adjoignent au projet les rues de Parme (1849, anc. rue Neuve-de-Clichy), de Copenhague (1868) et de Budapest (1910, anc. passage de Navarin puis passage de Tivoli).

Un peu plus tôt, en 1860, la toponymie des voies de ce lotissement inspire le nom donné à l'ensemble du quartier où il est en majeure partie situé, constitué cette année-là lors du nouveau découpage administratif de Paris qui inclut aussi au quartier, notamment vers l'ouest, des voies qui ne font pas partie du lotissement[3].

Autour de cette place, ils dessinent un réseau de vingt-quatre rues portant principalement des noms de grandes villes européennes (par ordre alphabétique) :

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes, sources et référencesModifier

  • Les ouvrages indiqués dans la bibliographie.
  1. Jonas-Philip Hagerman, banquier suédois résidant à Paris, acteur de la Haute Banque, avait également investi dans de nombreuses activités industrielles comme la Compagnie des houillères et du chemin de fer d’Épinac.
  2. MM. Alphand, A. Deville et Hochereau, Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques.
  3. Mais par contre, certaines des voies du lotissement sont quant à elles intégrées au 9e où débutent les rues de Londres et Liège et où se situent les rues de Budapest, Parme, Milan et Athènes.

BibliographieModifier

  • Annie Térade, « Le “nouveau quartier de l’Europe” à Paris. Acteurs publics, acteurs privés dans l’aménagement de la capitale (1820-1839) », Histoire urbaine, 2007, vol. 2, no 19, Marne-la-Vallée.