Principauté de Przemyśl

Principauté de Przemyśl
Peremyshlske knyazivstvo
(ru) Перемишльське князівство

1085–1141

Blason
Informations générales
Statut principauté
Capitale Przemyśl (anciennement Peremychl)
Religion Christianisme orthodoxe
Histoire et événements
1085 congrès de Lioubetch
1141 union des principautés de Przemyśl, Terebovlia et Zvenyhorod par Vladimirko de Galicie

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La principauté de Przemyśl (en russe : Перемишльськe князівствo) est une principauté médiévale centrée autour de la capitale Prémysl (aujourd'hui Przemyśl en Pologne) en Ruthénie rouge.

Première mentionModifier

La Chronique des temps passés, écrite vers l'an 981, fait la première fois mention de Przemyśl en racontant les guerres de Vladimir Ier : « Vladimir marcha contre les Lekhs et leur prit les villes de Prémysl, Tcherven et d'autres qui sont encore aujourd'hui soumises à la Russie »[1].

Il est possible que les Lekhs soient des Polonais, car selon l'historien Cross, Lekh est un ancien terme pour désigner une personne de Pologne[2]. Les historiens Franklin et Shepard soutiennent que ce peuple est le même que les Ledzaniens, mentionnés dans de administrando Imperio comme tributaires de la Rus[3]. Przemyśl a peut-être été l'une des villes de Tcherven prise par le prince polonais Boleslas Ier en 1018, qui ont été reprises par la Rus en 1031[4].

HistoireModifier

Prémysl est initialement dirigé par les descendants de Vladimir de Novgorod (en), qui aide à reprendre les villes de Tcherven en 1031, avec son fils unique Rostislav de Tmutarakan (en) ; c'est pourquoi ils sont connus sous le nom de Rostislávichi[5]. Le premier prince de Prémysl est Riourik Rostyslavytch, qui occupe la ville lorsque les assassins de Iaropolk de Kiev s'y réfugient en 1087[6]. Vsevolod Ier de Kiev, grand prince de la Rus, répartit les territoires volhyniens, donnant Volodymyr-Volynsky à David Igorevich, Terebovlia à Vasilko Rostislávich et Prémysl à Volodar Rostislávich (en), ce qui est confirmé au congrès de Lioubetch en 1097[7]. La ville, défendue par le prince Volodar, est assiégée en 1096 par Yaroslav Sviatopolkovich , allié au roi Coloman de Hongrie[2].

Prémysl, bien qu'à l'origine subordonné à la principauté de Volodymir-Volinsky, reste une principauté semi-indépendante jusqu'au milieu du XIIIe siècle. Lors du conflit entre Rostislav IV de Kiev et Daniel de Galicie, l'évêque soutient Rostislav, et quand ce dernier occupé Halytch, il nomme Constantin de Ryazan pour superviser Prémysl[8]. En 1141, Vladimirko de Galicie unit les trois principautés de Przemyśl, Terebovlia et Zvenyhorod pour donner la principauté de Galicie[9].

Princes de PrzemyślModifier

  • Riourik Rostyslavytch (1085-1092)
  • Volodar Rostislavitch (1092–1124)
  • Rostislav Volodárevitch (1124-1129)
  • Vladimirko de Galicie (1129-1153)
  • Iaroslav Ier Osmomysl (1153–1187)
  • Volodymyr Yaroslavytch (1187–1205)
  • Svyatoslav Igorevitch (1205–1211)
  • Daniel de Galicie (1211)
  • Lech le Blanc (1211–1214)
  • contrôle hongrois avec le roi André II de Hongrie (1214-1219)
  • Mstislav Mstislavitch (1219-1225)
  • Yaroslav Ingvarevitch (1227-1231)
  • Aleksandr Vsevoloditch (1231–1234)
  • Rostislav Mikhaïlovitch (1234–1240)
  • Grigori Vassilievitch (1240–1243)
  • Rostislav Mikhaïlovitch (deuxième fois) (1243-1245)
  • Grigori Vassilievitch (1245-1246) (deuxième fois)
  • Rostislav Mikhaïlovitch (1246-1249) (troisième fois)
  • Bela Rostislavitch (1262–1272)
  • Lev Danilovitch (1263–1269)

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Principality of Peremyshl » (voir la liste des auteurs).
  1. Nestor (1056-1106) et traduit par Louis Léger (1843-1923), Chronique dite de Nestor, Paris, Ernest Leroux, (lire en ligne), p. 66
  2. a et b (en) Samuel Hazzard Cross, The Russian Primary Chronicle, Medieval Academy of America, 330 p. (ISBN 978-0915651320), p. 231
  3. (en) Simon Franklin et Jonathan Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Longman, , 330 p. (ISBN 978-0582490918), p. 472
  4. (en) Janet Martin, Medieval Russia, 980-1584, Cambridge University Press, , 538 p. (ISBN 978-0521676366), p. 45
  5. (en) Simon Franklin et Jonathan Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Longman, , 330 p. (ISBN 978-0582490918), p. 269
  6. (en) Samuel Hazzard Cross, The Russian Primary Chronicle, Medieval Academy of America, 330 p. (ISBN 978-0915651320), p. 169
  7. (en) Simon Franklin et Jonathan Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Longman, , 330 p. (ISBN 978-0582490918), p. 245
  8. (en) Martin Dimnik, The Dynasty of Chernigov, 1146–1246, Cambridge University Press, , 476 p. (ISBN 978-0521039819), p. 263
  9. Alexander Troubetzkoi, La Russie rouge, Paris, Dentu, (lire en ligne), p. 48