Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Péchenard.

Pierre-Louis Péchenard
Image illustrative de l’article Pierre-Louis Péchenard
Mgr Péchenard en 1917.
Biographie
Naissance
Gespunsart
Ordination sacerdotale
Décès
Soissons
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Soissons
Recteur de l'Institut catholique de Paris

Blason
« Justitia et Pax »
( « Justice et Paix » )
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre-Louis Péchenard, né à Gespunsart (Ardennes) le et mort à Soissons le , issu d'une famille à la fois ouvrière et rurale, est un prélat catholique français, historien, recteur de l'Institut catholique de Paris de 1896 à 1906 puis évêque de Soissons de 1906 à 1920.

Sommaire

BiographieModifier

Il commença sa vie professionnelle comme ouvrier cloutier, le métier de son père[1].

Il fit ses études au petit séminaire de Charleville, puis à celui de Reims. Après sa théologie, il entra à l'école des Carmes de Paris, où il prit sa licence ès-lettres en juillet 1868, et obtint son doctorat ès-lettres en 1876, par deux thèses, l'une sur Jean II Jouvenel des Ursins, l'autre, en latin, sur l’École de Reims au Xe siècle. En 1881, il prit le grade de docteur en théologie et de docteur en droit canon.

Il fut ordonné prêtre en 1868, devint, durant quatre années, curé de La Neuville-aux-Tourneurs (Ardennes), puis, en 1872, professeur de seconde au séminaire de Reims, en 1873, professeur d'histoire au collège de Charleville, et, en 1876, principal du petit séminaire de Reims.

Son évêque, Benoît Langénieux, lui confiait dès 1879 les fonctions de vicaire général de Reims. Il reçut, en 1887, la dignité de protonotaire apostolique. Il était membre de l'Académie nationale de Reims, et en fut même le président annuel en 1893[2].

En novembre 1896, il fut nommé recteur de l'Institut catholique de Paris, la Catho. Il s'attacha à rétablir la situation financière et à faire émerger de nouvelles sources de financement[1]. Il continua le réaménagement de l'Institut entamé par son prédécesseur, lançant une nouvelle souscription puis des travaux de mai 1897 à octobre 1898, pour la rentrée de 1898[3]. Il ouvrit un deuxième séminaire académique, dédié à saint Vincent de Paul, et tenu par des lazaristes, 88 rue du Cherche-Midi (séminaire qui ferma en 1912)[3]. Le 23 novembre 1899, fondant au sein de l'institut une faculté de philosophie distincte de la faculté de théologie, il précisa les finalités de cette création : « La philosophie subjectiviste ou kantiste coule à pleins bords dans les écoles qui nous entourent ; l'esprit de doute et de négation infeste la plupart des intelligences dans les universités d’État, et son influence se fait sentir jusqu'à notre milieu (...) La raison et la foi sont également atteintes. Dans cette situation suffit-il qu'une université catholique, établie au centre de Paris, où se trouve le principal foyer pestilentiel, n'ait, pour combattre ce fléau intellectuel, qu'un maigre enseignement fermé, sans d'autres buts que de préparer quelques candidats à la licence ou au doctorat ? N'est-il pas au contraire de toute utilité qu'elle ait une faculté fortement organisée, qu'elle puisse parler assez haut et avec assez d'autorité pour se faire écouter et pour réagir énergiquement contre cet entraînement ? »[4].

Il dut également faire face à l'application de la loi de séparation des Églises et de l'État. Il échappa aux inventaires et obtint pour les terrains et immeubles de l'Institut un motus vivendi, en négociant avec l'administration un bail[5]. Il fut nommé évêque de Soissons le , à la faveur de cette loi de séparation et de la rupture du régime concordataire français qui s'ensuivit : le pape retrouvait toute liberté dans les nominations au sein de l'épiscopat français[6].

Durant la Première Guerre mondiale, il fut confronté à l'invasion allemande et à la guerre totale. Ainsi, en septembre 1914, « il peut voir les Allemands de chez lui. Voilà quatorze jours et quatorze nuits qu'il vit dans sa cave (...) Il ne sort que pour l'essentiel, les communications aux habitants qu'il donne du haut de la chaire à la cathédrale. Quatorze habitants ont déjà été tués dans les rues. Mgr Péchenard s'était offert comme premier otage. Ses prêtres ne l'ont pas laissé faire »[7]. La ville de Soissons fut plusieurs fois occupée, libérée, bombardée, etc.

Profondément marqué par les impacts désastreux du conflit sur sa cité épiscopale et sur ses paroissiens, Pierre-Louis Péchenard publia un ouvrage consacré au «martyre de Soissons» dès 1918, s'en prenant aux crimes de guerre perpétrés par l'ennemi : « la morale de la guerre allemande n'a plus rien à voir avec la morale chrétienne »[8]. Il précisa :« J'ai besoin de comprimer les bonds de mon cœur pour ne point les maudire ».

Et l'ancien recteur de l'institut catholique de Paris, s'en prenant au belligérant vaincu, de revenir à son combat philosophique de la fin des années 1890 :

« Il faudra qu'elle (la France) extirpe le cancer germanique en se libérant de toutes les influences d'Outre-Rhin, qui ont exercé sur sa pensée, sa foi, sa morale, ses arts, son industrie, son commerce et son tempérament national une si funeste influence. Il faut que la France (...) rejette la philosophie et la morale kantiennes, qui ont intoxiqué ses écoles à tous les degrés. »

— Mgr. Péchenard, La grande guerre: le martyre de Soissons[9]

. Il occupa la fonction d'évêque de Soissons jusqu'à son décès en mai 1920.

Son armorialModifier

  • Armes[10] : D'argent au chevron de gueules accompagné de 3 martin-pécheurs au naturel, celui de la pointe posé sur 2 branches d'olivier de sinople en sautoir.
  • Devise : « Justitia et Pax ».

Ses œuvresModifier

  • Histoire de La Neuville-aux-Tourneurs, canton de Signy-le-Petit (Ardennes), 1 vol., Reims : Michaud, 1872, in-12°, 68 p. ; 2e éd. revue & augmentée : Reims : impr. coopérative, 1887, in-8°, 130 p.
  • De schola Remensi decimo saeculo disseruit, thèse, 1875 , 86 p.
  • Jean Juvénal des Ursins: historien de Charles VI, Évêque de Beauvais et de Laon, Archevêque-Duc de Reims : étude sur sa vie & ses œuvres, thèse, E. Thorin, 1876, 468 p. [3]
  • Histoire de Gespunsart, Charleville : A. Pouillard, 1877, 350 p. & Charleville : G. Lenoir, 1906, 354 p.
  • Histoire de l'Abbaye d'Igny de l'Ordre de Cîteaux au diocèse de Reims, avec pièces justificatives inédites, impr. coopérative, 1883 [4].
  • De Reims à Jérusalem en 1893, Reims : Dubois-Poplimont, 1893, 360 p. [5]; réédition Hachette Livre BNF, 2013
  • Congrès eucharistique de Reims : Rapport sur le congrès eucharistique de Jérusalem, impr. de l'archevêché, 1894 , 22 p.
  • Les reliques de Saint Remi, archevêque de Reims, apôtre de la France : Étude historique sur leur conservation jusqu’à nos jours, H. Lepargneur, 1898, 176 p.
  • Un siècle: mouvement du monde de 1800 à 1900, Paris : Giard, 1900, 914 p.
  • Deux confesseurs de la foi : Vincent Abraham et Antoine-Charles-Octavien Du Bouzet, massacrés à Paris les 2 et 3 septembre 1792, Paris : J. Mersch, 1901, 29 p[11].
  • L'Institut catholique de Paris : 1875-1901, Paris : Charles Poussielgue, 1902 [6]
  • Vers l'Action, Paris : Librairie Bloud & Cie, 1907, 330 + VIII p.
  • La grande guerre: le martyre de Soissons (août 1914-juillet 1918), Paris : G. Beauchesne, 1918, 432 p.

DiscoursModifier

  • Discours prononcé à la distribution des prix du petit séminaire de Reims, le 2 août 1877, impr. coopérative de Reims, 1877, 30 p.
  • Panégyrique du bienheureux Urbain II, prononcé dans l'église de Châtillon-sur-Marne, à l'occasion de la bénédiction de la première pierre de son monument, le 3 août 1879, impr. de N. Monce, 1879, 36 p.
  • Pèlerinage eucharistique du Saint-Lieu à Gespunsart : Allocution prononcée à l'occasion du rétablissement des croix, le 14 septembre 1884, Reims : Impr. coopérative, 1884, 17p.
  • Discours prononcé à l'occasion de la bénédiction de l'église de Thilay (Ardennes), le 26 août 1889, Impr. coopérative, 1889.
  • Panégyrique de saint Vincent de Paul, prononcé dans l'église de la congrégation de la Mission, à Paris, le 19 juillet 1889, Reims : impr. coopérative, 1889, 26+II p.
  • Panégyrique du bienheureux Guerric, prononcé à l'abbaye de Notre-Dame d'Igny, le 19 août 1890, impr. de l'archevêché, 1890.
  • Panégyrique de sainte Geneviève, prononcé dans l'église de Sainte-Geneviève, à Reims, le 9 février 1890, Reims : impr. coopérative, 1890, 28+II p.
  • Discours sur les cercles catholiques, prononcé à la cathédrale de Reims, le 3 mai 1891, impr. de l'archevêché, 1891, 22 p.
  • Couvent de Nazareth à Reims, discours prononcé à l'occasion de la bénédiction de la chapelle, le 22 avril 1891, imp. de l'archevêché, 1891.
  • Éloge de dom Marlot, grand prieur de l'abbaye de Saint-Nicaise, historien de Reims, prononcé dans la basilique de Saint-Remi, le 6 décembre 1891, pour le cinquantenaire de l'Académie de Reims, Reims : impr de l'Académie (N. Monce), 1891 [7]
  • Discours d'ouverture de l'Académie nationale de Reims, séance publique du 6 juillet 1893, travaux de l'Académie nationale de Reims, vol.93, Reims : F. Michaud, 1892-1893, t.1, p. 1. [8]
  • Bénédiction de l'église Saint-Jean-Baptiste, à Reims, 19 mars 1893 : Discours inaugural, Reims : Impr. de l'archevêché, 1893, 22+II p.
  • 496-1896 : Le Jubilé national, discours d'ouverture du centenaire, impr. de l'archevêché, 1896, 36 p.
  • Panégyrique de Saint Pierre Fourier, prononcé au Couvent de la Congrégation de Notre-Dame de Reims, le 7 juillet 1897, Reims : Impr. de l'Archevêché, 1897, 35 p.
  • Le seul Maître : Jésus-Christ, discours prononcé à la messe de rentrée, le 4 novembre 1899, Institut catholique de Paris, impr. de F. Levé, 1899, 12 p.
  • Panégyrique de saint Méen d'Attigny, prononcé le 12 juin 1900, Attigny : Déroche-Chatelain, 1901, 23 p.
  • L'Alcoolisme et la jeunesse, discours prononcé à Liége, le 19 avril 1903, en assemblée générale de la Société « le Bien-Être social », impr. de N. Monce, 1903, 35 p.
  • L'Église et la question sociale, discours prononcé à la fête corporative du livre, le 10 mai 1903, extrait de « l'Association catholique, revue des questions sociales et ouvrières », éd. Paris : E. Vitte, 1903, 12 p.
  • Panégyrique de la bienheureuse Jeanne d'Arc, prononcé à Amiens, le 26 novembre 1909, Soissons : Impr. de l'Argus soissonnais, 1909, 30 p.
  • Panégyrique du bienheureux Jean de Montmirail, prononcé à Montmirail, le 26 septembre 1909, Soissons : Impr. de l'Argus soissonnais, 1909, 29 p.

Lettres apostoliquesModifier

Son métier d'évêque l'amenait à rédiger des lettres apostoliques, dont on peut lire, sur Gallica l'exemplaire : Lettre no 53 de juillet 1911

RéférencesModifier

  1. a et b Pierrard 1975, p. 55.
  2. Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol.93, Reims : F. Michaud, 1892-1893, t.1, p. 1.
  3. a et b Pierrard 1975, p. 57.
  4. Bressolette 1997, p. 274-275.
  5. Pierrard 1975, p. 56.
  6. Boulanger 2009, p. 248.
  7. Alary 2013.
  8. Boulanger 2009, p. 263.
  9. Boulanger 2009, p. 265.
  10. Comte de Saint-Saud, Armorial des prélats français du XIXe siècle, Paris : H. Daragon, 1906, p. 269 [1]
  11. Pour replacer cet écrit dans le contexte politico-religieux de l'époque, l'on peut lire : Philippe Boutry, Hagiographie, histoire et Révolution française. Pie XI et la béatification des martyrs de septembre 1792 (17 octobre 1926) , Publications de l'École française de Rome, Achille Ratti : pape Pie XI. Actes du colloque de Rome (15-18 mars 1989), 1996, p. 305-355 [2]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Eric Alary, La Grande Guerre des civils. 1914-1919, Éditions Plon, (lire en ligne).
  • Jean-François Boulanger, « Haines de paix et haines de guerre chez des évêques du front de 14-18 dans le Nord-Est de la France », dans Les discours de la haine : récits et discours de la passion dans la cité, Presses universitaires du Septentrion, (lire en ligne), p. 245-268.
  • André Lanfrey, Sécularisation, séparation et guerre scolaire : les catholiques français et l'école, 1901-1914, Éditions du Cerf, (lire en ligne), p. 115, 121, 306, 351, 355, 405.
  • Claude Bressolette, « La fondation de la Faculté de philosophie à l'Institut catholique de Paris, 1875-1895-1912 », dans Le statut contemporain de la philosophie première : centenaire de la Faculté de Philosophie, (lire en ligne), p. 259-300.
  • Pierre Pierrard, « La fondation de l'Université catholique et l'enseignement des disciplines profanes », dans Le livre du centenaire de l'institut catholique de Paris, (lire en ligne), p. 25-60.
  • Georges Ladré, « Nécrologie : Monseigneur Péchenard », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 7, no 36,‎ , p. 340-342 (lire en ligne).
  • « Mgr Péchenard, évêque de Soissons », La Croix, no 7285,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  • Henry Carnoy (dir.), Dictionnaire biographique international des écrivains, Paris, imprimerie de l'Armorial français, réédition Hildesheim : Georg Olms Verlag, 1903-1906 (lire en ligne), p. 247-249.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier