Ouvrir le menu principal

Pierre-Joseph Van Beneden

écrivain, professeur et zoologiste belge
(Redirigé depuis Pierre-Joseph van Beneden)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van Beneden.
Pierre-Joseph Van Beneden
Description de cette image, également commentée ci-après
Pierre-Joseph Van Beneden
Naissance
Malines (Premier Empire)
Décès
Louvain (Belgique)
Nationalité Belge
Domaines zoologiste spécialisé en parasitologie
Institutions Université d'État de Louvain
Université catholique de Louvain

Pierre-Joseph Van Beneden[1] (né le à Malines et mort le à Louvain) est un paléontologue et un zoologiste belge qui s'est spécialisé en parasitologie.

Il est le père d'Édouard van Beneden (1846-1910), professeur de zoologie, d'anatomie et de physiologie comparées à l'Université de Liège, et découvreur de la méiose.

BiographieModifier

Il commence à étudier la pharmacie chez Louis Stoffels, d'origine hollandaise et installé à Malines. Stoffels possédait un cabinet de curiosités constitué de minéraux, d'animaux et de fossiles. Le jeune Van Beneden découvre alors l'histoire naturelle.

Il étudie alors la médecine à l'Université d'État de Louvain mais vient à Paris, étudier auprès de Georges Cuvier la zoologie. En 1831, il est conservateur du Muséum de l'université avant, en 1836, d'y obtenir une chaire de zoologie à l'université catholique de la ville, fonction qu’il occupe jusqu'à sa mort, en 1894. Plusieurs de ses élèves deviendront de grands biologistes dont Jules d'Udekem de Guertechin (1824-1864).

En 1842, il devient membre de l'Académie des sciences de Belgique qu'il dirige en 1881. Il étudie les vers plats à partir de 1845. Il met en évidence le cycle vital complet de ses animaux, certaines étapes étant autrefois inconnues. Il démontre ainsi que ces vers ne naissent pas spontanément, mais sont de véritables animaux. Il fait paraître en 1875 Les Commensaux et les parasites dans le règne animal. Cet ouvrage, largement diffusé, permet l'établissement du concept de commensalisme[2] qu'il avait théorisé à la fin des années 1860[2].

 
La statue de Pierre-Joseph Van Beneden à Malines (sculpteur Jules Lagae).

Vers la fin des années 1850, il commence à étudier les baleines et autres mammifères marins fossiles ou actuels et publie, en collaboration avec le zoologiste français Paul Gervais, Ostéographie des Cétacés, vivants et fossiles (1868-1880). Il fonde le premier laboratoire et le premier aquarium (non ouvert au public) destinés à étudier la biologie marine (1843) à Ostende[3]. Là, il s’intéresse aux invertébrés marins et montre que l'étude de l'embryologie est une clé essentielle pour leur classification. Il devient membre étranger de la Royal Society en 1875.

En 1878, il identifie comme « iguanodons » les squelettes découverts sur le site de Bernissart.

ŒuvresModifier

Une sélection d'œuvres de Pierre-Joseph Van Beneden dont le texte intégral est disponible :

BibliographieModifier

  • Paul Brien, "Pierre-Joseph Van Beneden", dans : Florilège des sciences en Belgique, Bruxelles : Académie Royale de Belgique, 1968, p. 824–851.
  • Gabriel Hamoir: La révolution évolutionniste en Belgique. du fixiste Pierre-Joseph Van Beneden à son fils darwiniste Edouard. Éditions de l'ULG, 2002, (ISBN 9782930322339).

Notes et référencesModifier

  1. Biographie en néerlandais de Pierre-Joseph Van Beneden.
  2. a et b Brice Poreau, Biologie et complexité : histoire et modèles du commensalisme. Thèse de doctorat, Université Lyon 1, soutenue le 4 juillet 2014. PDF, 351 pages
  3. (en) Gie Robeyns, "Three lost aquariums in Ostend, Belgium", International Zoo News, vol. 54, no 7, 2007, p. 408-419.

Liens externesModifier