Crésus

roi de Lydie

Crésus ou Croesus (né vers - 596), en grec ancien Κροῖσος, dernier souverain de la dynastie des Mermnades est un roi de Lydie vaincu par Cyrus le Grand. Durant son règne, qui s’étend d'environ 561 à 547 ou 546 av. J.-C, il conquiert la Pamphylie, la Mysie et la Phrygie jusqu'à l'Halys mais ne parvient pas à s'implanter plus à l'Est de son royaume.

Crésus
Claude Vignon - Croesus and Solon.jpg
Claude Vignon, Crésus, vers 1630, Bowes Museum.
Fonction
Roi de Lydie (d)
- av J-C
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
ΚροῖσοςVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Fratrie
Aryenis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

BiographieModifier

 
Franck II Francken (manière de), Crésus montrant ses trésors à Solon, huile sur panneau de bois, XVIIe siècle, Avignon, Musée Calvet

JeunesseModifier

Crésus est le fils d'Alyatte II, roi de Lydie (env. -630 - -560 av. J.-C), et d'une carienne dont l'histoire n'a pas retenu le nom[1]. Il est le frère de la princesse Aryenis ou Arienis, en grec ancien, Ἀρύηνις (née en. -610 av. J.-C) et le demi-frère de Pantaléon ou Panteleímon, en grec ancien, Παντελεήμων, né de mère ionienne, dont le nom est également resté inconnu.

Sous l’autorité de ces deux souverains, le royaume de Lydie atteint son apogée. Sardes, capitale du royaume, riche du commerce des métaux précieux, est aussi le rendez-vous des philosophes et grands esprits de leur temps.

Alyatte II regna jusque sur la rive gauche de l'Halys, le plus long fleuve d'Anatolie qui se jette dans la mer Noire. Il chercha à étendre son royaume vers l'Est mais se heurta à ses puissants détenteurs, les Mèdes.

La Lydie était divisé en régions dirigées par un gouverneur chargé fournir à la cour implantée à Sardes, à une centaine de kilomètres à l'Est d'Izmir, les biens et les contingents militaires dont le roi exprimait le besoin.

Avec les Grecs européens, il semble qu’Alyatte n'ait jamais entretenu de relations formelles. Avec les Grecs d'Asie Mineure dont il ne pouvait toutefois pas complètement conquerir le territoire, Alyatte II tissa des liens d'hospitalité dits ξενία (xenía), placés sous la protection de Zeus. C'est ainsi qu'il avait pris le contrôle de la Phrygie affaiblie par les incursions des nomades cimmériens.

Crésus est d'abord nommé gouverneur de la région Adramytteion, un secteur stratégique du royaume qu'il administre avec succès pendant une douzaine d'années. Alyatte II le nomme ensuite chef des armées. Par là même, Crésus entre en conflit direct avec son demi-frère Pantaléon (né d'une mère ionienne), lui aussi censé succeder à Alyatte II[2].

Succession d'Alyatte IIModifier

Lorsque Alyatte II meurt, les fils enterrent leur père dans un tumulus au cimetière royal de Bin Tepe, dans la plaine de Sardes, comme tous les rois de la dynastie des Mermnades. Avec un diamètre de 335 mètres et une hauteur de 69 mètres, c'est la sépulture la plus imposante de cette époque.

Toutefois il n'est pas clair qui devait lui succéder. Beaucoup de spécialistes pensent qu'il y eut un début de guerre civile entre Crésus et Pantaléon. Hérodote écrit « Crésus ne se vit pas plutôt en possession de la couronne que son père lui avait donnée, qu’il fit périr cruellement celui qui avait formé un parti contre lui ».

Le fait est que Pantaléon et sa mère ayant conspiré contre lui, Crésus les élimina.

Descendance de CrésusModifier

Crésus eut deux fils

  • un fils, affligé d'une disgrâce naturelle et que l'on crut muet parce qu'il ne proféra pas un mot avant l'adolescence. Mais en voyant un soldat prêt à percer son père pendant une bataille, il s'écria : « Soldat, ne frappe point Crésus! » ce qui sauva la vie de son père.
  • un fils, nommé Atys, surpassant en tout les jeunes gens de son âge, doué de beauté et de beaucoup d'esprit mais tenu dans l'isolement, parce qu'un songe indiqua à Crésus qu'il périrait par le fer. Tremblant pour son fils, Crésus lui choisit une épouse et l'éloigna des armées, à la tête desquelles il avait coutume de l'envoyer. Il fit enlever les dards, les piques, et toutes les d'armes offensives des appartements où elles étaient suspendues, et les fit entasser dans des magasins, de peur qu'il n'en tombât quelqu'une sur son fils.

Crésus, le plus heureux des hommesModifier

D'après Hérodote, l'athenien Solon vint à Sardes au cours des dix années qui suivirent la promulgation de sa législation (en 594), alors que Crésus était au faîte de sa puissance[3]. Crésus lui demanda de nommer le «plus heureux des hommes» (όλβιώτατος), pensant, grâce à sa richesse, avoir droit à ce titre; mais Solon lui préféra Tellos d'Athènes et les modestes Argiens Cléobis et Biton, suscitant ainsi la colère de Crésus, qui le congédia[4].

Solon avait conclu devant Crésus : « Avant qu'il soit mort, attendons, ne disons pas encore d'un homme qu'il est heureux, disons que la fortune lui sourit »[5]. Effectivement, Crésus ne jouit pas longtemps de son bonheur : sa sinistre prémonition se réalisa, son fils Atys, étant victime d'un accident de chasse, mortellement bléssé par le javelot du phrygien Adraste[6],[7].

Expansion du royaume de LydieModifier

Comme son père, Crésus souhaite l’expansion du royaume en Asie Mineure.

A l'Est, Crésus parachève la conquête du littoral de Phrygie, d'Éolie, prend Éphèse[8] et plusieurs cités de l'Ionie continentale en leur imposant un tribut et l’envoi à Sardes de troupes armées. Seule Milet réussit à conserver ses liens de xenía conclus avec Alyatte. En revanche, la conquête des îles ioniennes s'avère plus compliquée. En effet, Crésus n’avait pas de bateaux pour affirmer sa puissance maritime. Il décide alors de contracter des alliances avec d'autres puissances. Crésus tissa des liens commerciaux avec le pharaon égyptien Ahmôsis II (v. -570 – 526 av. J.-C.) et le roi Nabû-nā’id de Babylone (556 - 539 av. J.-C.).

Mais à la même époque, Cyrus Le Grand a le même désir d’expansion que Crésus sur l'Anatolie ...

Consultation des oraclesModifier

Vers 550, Cyrus II tenait prisonnier Astyage, roi des Mèdes, qu’il avait détrôné mais qui étáit devenu son grand-père maternel par alliance par l'effet d'un mariage censé garantir la paix. Mais Astyage etait également beau-frère de Crésus puis qu'il est l'époux d'Aryenis de Lydie. Désireux d'arréter la montée en puissance de Cyrus, irrité par cet évênement tout autant que désireux d'étendre son empire vers l'Est, Crésus hésitait à entrer en guerre contre la Perse. La légende, relatée par Hérodote, veut que Crésus ait consulté préalablement les oracles de son temps :

Crésus, roi des Lydiens demanda aux oracles de Delphes et d’Amphiaraüs s’il devait marcher contre les Perses. Les deux oracles s’accordèrent dans leurs réponses. Ils prédirent l’un et l’autre à Crésus que, s’il entreprenait la guerre contre les Perses, il détruirait un grand empire, et lui conseillèrent de rechercher l’amitié des plus puissants parmi les États de la Grèce.

Crésus remercia les oracles par de spendides présents et ne cessa plus d’y avoir recours. Il lui demanda donc si sa monarchie serait de longue durée. La Pythie lui répondit en ces termes : « Quand un mulet sera roi des Mèdes, fuis alors, Lydien effèminé, sur les bords de l’Hermus caillouteux : garde-toi de résister, et ne rougis point de ta lâcheté. »

Cette réponse fit encore plus plaisir à Crésus que toutes les autres. Persuadé qu’on ne verrait jamais sur le trône des Mèdes un mulet, il conclut que ni lui ni ses descendants ne perdraient leur empire[9].

Crésus ne pensa pas une minute qu'il pourrait s'agir de son propre empire[10], considerant qu'un mulet — au sens propre — ne pourrait jamais être roi des Mèdes, alors que la pythie faisait allusion au fruit d'une mésalliance (Crésus rappelons le était fils de souverain mais pas de souveraine)[11]. Crésus conclut donc différentes alliances avec l'Égypte, Babylone et Sparte[12] et se prépara à affronter Cyrus II.

La chute de CrésusModifier

Après avoir franchi l'Halys[13], Crésus rencontre une premiere fois les troupes de Cyrus lors de la bataille de Ptérie[14] mais aucun ne sort vainqueur. L'hiver approchant, Crésus démobilise ses troupes et se replie vers Sardes[15]. Mais il est surpris et battu à la bataille de Thymbrée, puis assiégé dans Sardes vers -547 av. J.C.. La ville est prise d'assaut par les perses, et Crésus fait prisonnier par Cyrus et exilé à Ecbatane..

Les incendies concomitants de Sardes et du temple d’Apollon de Delphes, datés de -547 av. J.C., ont pu inspirer aux prêtres du sanctuaire l’épisode de Crésus sur son bûcher pour conserver l’aura de l'oracle. En effet, selon Hérodote, Crésus est condamné au bûcher sur ordre de Cyrus II, qui voulait savoir si ce roi etait vraiment doté de forces surnaturelles. Crésus pria Apollon si ardemment de le sauver, se repentant de ses desseins guerriers, et vantant les mérites de la paix, qu'il est miraculeusement exaucé: Le ciel s'assombrit soudain et la pluie éteint le bûcher. Convaincu, Cyrus le libère et en fait son conseiller[16].

 
Crésus sur le bûcher, amphore à figures rouges, v. 500-490, musée du Louvre (G 197).
 
Le fleuve Pactole, source de la légendaire fortune de Crésus

Riche comme CrésusModifier

Cyrus affecte à Crésus les revenus d’une ville proche de la rivière Pactole dont les sables aurifères lui assurèrent une fortune colossale. Celle ci lui permit de bâtir sa légende par des offrandes généreuses aux temples grecs:

  • Il fait reconstruire le temple d'Artémis à Éphèse, l'une des Sept Merveilles du monde antique.
  • Il fait porter au sanctuaire de Delphes une quantité inimaginable d'offrandes : d'après Hérodote, il offrit en sacrifice trois mille têtes de bétail, des lits recouverts de lames d'or, des coupes d'or, des vêtements teints de pourpre, cent briques en or pur, deux immenses cratères en argent et en or pour mélanger l'eau et le vin, quarante barils d'argent, une statue de sa boulangère également en or, les bijoux de son épouse et enfin un lion tout en or. Ce lion fit longtemps l'admiration des visiteurs à Delphes. Lors d'un incendie, il perdit la moitié de son poids. Le reste encore respectable fut placé dans le Trésor des Lacédémoniens.

Le règne de Crésus est le dernier de la dynastie des Mermnades fondée par Gygès en 687 av. J.-C.

ÉpilogueModifier

L'oracle de Delphes ne s'était pas trompé, une grande puissance était tombée: le royaume de Lydie devint une province Perse rattachée à la IIIe satrapie de l'Empire Achéménides, les cités grecques furent incorporées dans l’empire perse. Plus tard, la révolte d’Ionie sera le prélude aux guerres médiques.

 
Monnaie en or de Crésus

TriviaModifier

Le nom de Crésus est resté ancré dans la langue française à travers les expressions « riche comme Crésus » et « toucher le Pactole ».

Notes et référencesModifier

  1. pas même Hérodote (484 - v.425), également carien.
  2. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 92.
  3. Hérodote, Histoire, Livre I, Crésus, 29-30
  4. Cette rencontre de Solon avec Crésus pose un problème d'authenticité, puisque la carriere de l'Athénien permet de fixer avec précision l'année -594 mais Crésus ne régna pas avant la fin des années -560. Il est donc impossible que Solon ait rencontré Crésus à l'époque évoquée par Hérodote. Plutarque confirme l'invraisemblance chronologique, mais croit en la véracité de ce récit si célèbre car conforme au caractère de Solon.
  5. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne] I, 32.
  6. Adraste fils de Gordias et petit-fils de Midas, exilé pour avoir accidentellement tué son frère Agathon
  7. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 34-44.
  8. Kevin Leloux, « The Campaign Of Croesus Against Ephesus: Historical & Archaeological Considerations », Polemos 21-2,‎ , p. 47-63 (ISSN 1331-5595, lire en ligne)
  9. Hérodote (trad. Charpentier, 1850), « Hérodote - Histoire, Livre I, Crésus, LIII à LV », sur fr.wikisource.org
  10. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 53.
  11. « Article « ÉNIGME » », sur Encyclopædia Universalis
  12. Kevin Leloux, « L'alliance lydo-spartiate, Ktèma 39, 2014, p. 271-288. », Ktèma 39,‎ , p. 271-288 (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2017)
  13. Kevin Leloux, « L'Halys chez Hérodote », Studia Hercynia 21-1,‎ , p. 15-24 (lire en ligne)
  14. Kevin Leloux, « La bataille de (la) Ptérie. La Lydie face à la Perse (ca. 547 av. J.-C.) », Actes du 9e Congrès de l'Association des Cercles Francophones d'Histoire et d'Archéologie de Belgique (Liège, 23-26 août 2012), Tome II, Volume 3, Diversité des Mondes Anciens. De l'Antiquité à 1815,‎ , p. 407-415 (lire en ligne)
  15. Hérodote, Histoires [détail des éditions] [lire en ligne], I, 73-77.
  16. HÉRODOTE Histoire -Ἡροδότου Μοῦσαι LIVRE I. CLIO - Ἱστοριῶν πρώτη ἐπιγραφόμενη (Κλειὼ) Trad.du grec par Larcher ; avec des notes de Bochard, Wesseling, Scaliger.. [et al.]   Paris : Charpentier, 1850. Pour le texte grec : ed.A. D. Godley. Cambridge 1920. lire en ligne

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Kevin Leloux, « L'alliance lydo-spartiate », Ktèma, Civilisations de l'Orient, de la Grèce et de Rome antiques, Presses universitaires de Strasbourg, no 39,‎ , p. 271-288 (lire en ligne)
  • Georges Radet, La Lydie et le monde grec aux temps des Mernades, Paris, Thorin et fils, 1893
  • (en) John Griffiths Pedley, Sardis in the Age of Croesus, Norman, University of Oklahoma Press, 1968
  • (de) Hans Schwabl (de), « Gygès und Kroisos bei Herodot (Zur “epischen” Technik von Ankündingung und Ausführung) », in Wiener Studien, 117 (2004), p. 31-67

Articles connexesModifier

Liens externesModifier