Philippe Baptiste

ingénieur et chercheur français

Philippe Baptiste, né le , à Paris (France), est un ingénieur, docteur et chercheur français, président du Centre national d'études spatiales (CNES) depuis avril 2021.

Jeunesse et formationModifier

Il obtient en 1994 un diplôme d'ingénieur civil des mines de Nancy et un master of science de l'université de Strathclyde (Glasgow, Royaume-Uni), en 1995 un DEA d'informatique à l'Université Pierre-et-Marie-Curie, puis en 1998 un doctorat en informatique de l'université de Technologie de Compiègne.

Carrière professionnelleModifier

Il commence sa carrière à ILOG, puis au E-lab de Bouygues avant de travailler aux États-Unis chez IBM Research de 2000 à 2001. Il entre au CNRS en 1999. En 2002, il devient professeur chargé de cours à l'École polytechnique, où il dirige ensuite le laboratoire d'informatique (LIX) de 2008 à 2010. Il dirige à partir de 2010 l'Institut des sciences de l'information et de leurs interactions (INS2I) au CNRS. Il rejoint en mai 2013 le Ministère de l'Éducation nationale en tant que chef du service de la stratégie et de l'innovation à la Direction générale de la Recherche et de l'Innovation[1] avant d'être nommé en juin 2014 directeur général délégué à la science du CNRS par Alain Fuchs[2]. Il intègre le conseil d'administration de l'INRIA en juillet 2013[3] (renouvelé en mars 2015[4]) et le haut conseil scientifique de l'ONERA en septembre 2014[5].

En février 2016, il est recruté par Total en tant que directeur scientifique du groupe[6]. Il est à ce titre auditionné par l'office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) au sujet de la stratégie nationale de recherche en énergie, où il plaide en faveur d'un renforcement et d'une simplification des dispositifs existants entre le monde industriel et le monde académique[7]. Il souligne également la problématique du prix du carbone, et du nécessaire développement des technologies de séquestration du dioxyde de carbone.

Il est le directeur de cabinet de Frédérique Vidal au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de mai 2017[8] à avril 2019[9]. Il est à nouveau auditionné par l'OPECST, cette fois-ci pour rendre compte de la première campagne de la plateforme Parcoursup[10]. De mai à novembre 2019, il retourne chez Total comme "préfigurateur de la Digital Factory. Il est nommé en octobre 2019 au conseil d'administration de CentraleSupélec[11] puis en novembre de la même année conseiller éducation, enseignement supérieur, jeunesse et sports au cabinet du Premier ministre Édouard Philippe[12]. Il rejoint Boston Consulting Group en novembre 2020 en tant que directeur associé “data science[13].

Il est nommé le au conseil d'administration du CNES[14] et Emmanuel Macron propose son nom pour en devenir le nouveau président[15],[16],[17] afin de succéder à Jean-Yves Le Gall. Conformément aux conditions prévues par l’article 13 de la Constitution, les commissions des Affaires économiques de l'Assemblée Nationale[18] et du Sénat[19] l'auditionnent le sur ce projet de nomination. Il identifie au cours de ces auditions cinq enjeux stratégiques pour le CNES[20]: la production, collecte et traitement des données du spatial; l’innovation et les relations avec le monde industriel; la compétitivité des lanceurs européens et la problématique des lancements institutionnels; la défense en assurant l'autonomie, la protection et la résilience des infrastructures critiques françaises; le rayonnement scientifique du CNES pour l'exploration spatiale, la recherche fondamentale et les sciences de la Terre. Il soutient le projet de « constellation européenne » de satellites de télécommunications proposé par Thierry Breton[21], et questionne la pertinence de la règle du « retour géographique » pour les projets les plus modestes de l'Agence spatiale européenne, qui peut être également un frein au développement industriel de nouveaux lanceurs européens. Sa candidature, bien que rejetée par le Sénat à majorité Les Républicains[22], est largement approuvée par l'Assemblée Nationale[23] à majorité La République en Marche, et donc le Parlement[24]. Il est nommé président du CNES lors du conseil des ministres du [25],[26].

Présidence du CNESModifier

 
Philippe Baptiste signant les Accords Artemis avec Bill Nelson à Washington.

Un des premiers objectifs de sa présidence est de mettre en œuvre le nouveau « contrat d'objectifs et de performance » (COP) succédant à celui de la période 2016-2020. Lors de ses vœux en janvier 2022[27] et son audition au Sénat le mois suivant[28], il rappelle la volonté de l’État de voir le CNES accompagner les nouveaux acteurs français du secteur spatial. Cette politique génère des inquiétudes et une opposition de nombreux salariés du CNES. Une grève fortement suivie au centre spatial de Toulouse, ainsi qu'au centre spatial guyanais et à Paris, a lieu en , un an après la nomination de Philippe Baptiste[29],[30],[31],[32].

Il signe les Accords Artemis le , faisant ainsi de la France le 20e pays à rejoindre le programme d'exploration lunaire du même nom[33].

Ouvrages et publicationsModifier

Philippe Baptiste est l'auteur de 65 publications scientifiques, principalement rédigées entre 1999 et 2012[34], concernant notamment l'algorithmique, la programmation par contraintes, l'optimisation combinatoire et le multitâche préemptif. Plusieurs de ses travaux de recherche concernent la sectorisation de l'espace aérien.

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Philippe Baptiste nommé chef du service de la stratégie et de l'innovation à la D.G.R.I. », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  2. « Philippe Baptiste est nommé directeur général délégué à la science du CNRS », sur Archives (consulté le )
  3. « Conseils, comités et commissions », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  4. « Conseils, comités, commissions », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  5. Arrêté du 29 septembre 2014 portant nomination au haut conseil scientifique de l'Office national d'études et de recherches aérospatiales
  6. « Philippe Baptiste est nommé directeur Scientifique de Total », sur Total.com (consulté le )
  7. « Évaluation de la stratégie nationale de recherche en énergie », sur www.senat.fr (consulté le )
  8. Arrêté du 22 mai 2017 portant nomination au cabinet de la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation
  9. Arrêté du 11 avril 2019 portant cessation de fonctions et nomination au cabinet de la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation
  10. Assemblée Nationale, « https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/ots/l15ots1819027_compte-rendu », sur Assemblée nationale (consulté le )
  11. Arrêté du 8 octobre 2019 portant nomination au conseil d'administration de CentraleSupélec
  12. Arrêté du 7 novembre 2019 relatif à la composition du cabinet du Premier ministre
  13. « Signal fort pour la data science : Philippe Baptiste devient directeur associé de Gamma (Boston Consulting Group) », sur Data Stratégie, (consulté le )
  14. Décret du 29 mars 2021 portant nomination au conseil d'administration du Centre national d'études spatiales
  15. « Proposition de nomination de M. Philippe BAPTISTE en qualité de président du conseil d’administration du Centre national d’études spatiales. », sur elysee.fr (consulté le )
  16. « L'Elysée choisit Philippe Baptiste pour prendre la tête du CNES », sur La Lettre A, (consulté le )
  17. « CNES : Emmanuel Macron choisit sans surprise l'inconnu Philippe Baptiste », sur La Tribune (consulté le )
  18. « Commission des affaires économiques : M. Philippe Baptiste dont la nomination de président du conseil d’administration du CNES est envisagée - Mercredi 7 avril 2021 », sur videos.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  19. « Audition de M. Philippe Baptiste, candidat proposé aux fonctions de président du conseil d’administration du Centre national d’études spatiales puis de M. Bernard Doroszczuk, président de l’Autorité de sûreté nucléaire », sur videos.senat.fr (consulté le )
  20. Philippe Baptiste, « Audition de M. Philippe BAPTISTE, personnalité que le Président de la République envisage de nommer aux fonctions de président du conseil d’administration du Centre national d’études spatiales (CNES) », sur assemblee-nationale.fr, (consulté le )
  21. (en) European Commission, « European space and digital players to study build of EU’s satellite-basedconnectivity system », sur telespazio.com, (consulté le )
  22. « Sénat - Compte rendu analytique officiel du 7 avril 2021 », sur www.senat.fr (consulté le )
  23. « Commission des affaires économiques - Audition de M. Philippe Baptiste dont la nomination est proposée par le Président de la République en qualité... - Espace Presse - Communiqués de presse - Avril 2021 - Presse - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  24. « Les cinq enjeux stratégiques du CNES, selon son futur président Philippe Baptiste », sur La Tribune (consulté le )
  25. CNES, « Philippe Baptiste nommé Président du CNES », sur cnes.fr, (consulté le )
  26. « Compte rendu du Conseil des ministres du 14 avril 2021 », sur Gouvernement.fr (consulté le )
  27. Hassan Meddah, « Le CNES veut multiplier les contrats avec les start-up du spatial pour accélérer leur développement », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Audition de M. Philippe BAPTISTE, président-directeur général du CNES - Philippe BAPTISTE », sur videos.senat.fr (consulté le )
  29. Corinne Carrière, « La grogne des salariés du CNES qui dénoncent l'abandon d'une partie de la politique spatiale au privé », sur France 3 Occitanie (consulté le )
  30. Adel Beloumri, « Grève temporaire des salariés du CNES en colère contre "la privatisation de la politique spatiale" », sur France Bleu, (consulté le )
  31. Hugo Charpentier, « Grève historique au CNES : "Des projets spatiaux s'arrêtent faute de financement" », sur Franceinfo, (consulté le )
  32. « « On est réduit à une agence de financement » : la nouvelle feuille de route du Centre national d’études spatiales inquiète », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. « La France rejoint les « accords Artemis », le programme de la Nasa sur l'exploration de la Lune », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  34. (en) « dblp: Philippe Baptiste », sur dblp.org (consulté le )
  35. Décret du 15 mai 2015 portant promotion et nomination

Liens externesModifier