Ouvrir le menu principal

Paul Ourliac

historien français
Paul Ourliac
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Secrétaire perpétuel
Académie de législation
-
Albert Viala (d)
Directeur
Institut d'études politiques de Toulouse
-
Paul Couzinet (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Raymond Paul OurliacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Paul Ourliac, né le à La Réole (Gironde) et mort le à Toulouse, est un historien du droit français[1].

Sommaire

BiographieModifier

Licencié ès lettres, archiviste paléographe major de la promotion 1936, docteur en droit et agrégé de droit (classé 2e, 1937), Pierre Raymond Paul Ourliac passe ensuite à l'École française de Rome où il est membre de 1936 à 1938[2],[3] .

Nommé professeur aux universités de Montpellier (1938-1940) et de Toulouse (1940-?), il dirige l'Institut d'études politiques de Toulouse de 1954 à 1980[1],[3].

Élu secrétaire perpétuel de l'Académie de législation (1961), membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1970)[2], puis mainteneur de l'Académie des Jeux floraux de Toulouse (19e fauteuil, 1973).[réf. souhaitée], Paul Ourliac est docteur honoris causa des universités de Lausanne et de Navarre[3].

Paul Ourliac a aussi été conseiller municipal, puis adjoint au maire de Toulouse[4]. Il meurt dans cette ville le , à quatre-vingt-sept ans[1].

Un prix de l'Académie de législation porte son nom.

OuvragesModifier

  • Droit romain et pratique méridionale au XVe siècle: Étienne Bertrand, Librairie du Recueil Sirey, coll. « Thèses françaises »,
  • avec Jean Louis Gazzaniga, Histoire du droit privé français, Albin Michel, (ISBN 9782226216656)

Paul Ourliac classe ses travaux en 4 axes : histoire du droit français; histoire de l'Église; civilisation méridionale; histoire de l'agriculture et du droit rural. Dans ses analyses, le droit canonique du XVe compte parmi les causes du déclin de la civilisation mériodionale[3].

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Notice BnF
  2. a et b « Une élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres », sur lemonde.fr, .
  3. a b c d e f et g Georges Le Rider, « Allocution à l'occasion du décès de M. Paul Ourliac, académicien ordinaire », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,‎ , p. 659-662 (lire en ligne)
  4. « Toulouse : M. Pierre Baudis, député (apparenté rép. ind.) », sur lemonde.fr, .

Voir aussiModifier