Ouvrir le menu principal

Paul Ourliac

historien français

Pierre Raymond Paul Ourliac, né le à La Réole (Gironde) et mort le à Toulouse, est un historien du droit français[1].

Sommaire

BiographieModifier

Licencié ès lettres, archiviste paléographe major de la promotion 1936, docteur en droit et agrégé de droit (classé 2e, 1937), il passe ensuite à l'École française de Rome où il est membre de 1936 à 1938[2],[3] .

Nommé professeur aux universités de Montpellier (1938-1940) et de Toulouse (1940-?), il dirige l'Institut d'études politiques de Toulouse de 1954 à 1980[1],[3].

Élu secrétaire perpétuel de l'Académie de législation de Toulouse (1961), membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1970)[2], puis mainteneur de l'Académie des Jeux floraux de Toulouse (19e fauteuil, 1973).[réf. souhaitée], Paul Ourliac est docteur honoris causa des universités de Lausanne et de Navarre[3].

Paul Ourliac a aussi été conseiller municipal, puis adjoint au maire de Toulouse[4]. Il meurt dans cette ville le , à quatre-vingt-sept ans[1].

OuvragesModifier

  • Droit romain et pratique méridionale au XVe siècle: Étienne Bertrand, Librairie du Recueil Sirey, coll. « Thèses françaises »,
  • avec Jean Louis Gazzaniga, Histoire du droit privé français, Albin Michel, (ISBN 9782226216656)

Paul Ourliac classe ses travaux en 4 axes : histoire du droit français; histoire de l'Église; civilisation méridionale; histoire de l'agriculture et du droit rural. Dans ses analyses, le droit canonique du XVe compte parmi les causes du déclin de la civilisation mériodionale[3].

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Notice BnF
  2. a et b « Une élection à l'Académie des inscriptions et belles-lettres », sur lemonde.fr, .
  3. a b c d e f et g Georges Le Rider, « Allocution à l'occasion du décès de M. Paul Ourliac, académicien ordinaire », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,‎ , p. 659-662 (lire en ligne)
  4. « Toulouse : M. Pierre Baudis, député (apparenté rép. ind.) », sur lemonde.fr, .

Voir aussiModifier