Patronage laïque du 15e – Maison pour tous

Patronage Laïque du 15e
Logo de l’association
Façade du Patronage Laïque du 15e – Maison Pour Tous au 72, avenue Félix Faure à Paris avant sa démolition en 2012.
Cadre
Forme juridique Loi 1901
But Activités socio-éducatives, culturelles, artistiques
Zone d’influence Paris
Fondation
Fondation 1892
Fondateur Emmanuel Chauvière (1892) Justin Poiry (1935)
Identité
Siège 61, rue Violet Paris 75015
Président Patrick Nicol
Directeur Fabrice Savoy
Slogan Maison pour Tous
Paris 15e arrondissement - Quartiers

Le Patronage laïque du 15e – Maison pour tous, est une association loi de 1901, dans le 15e arrondissement de Paris dédiée à la vie locale, culturelle et sociale depuis 1892. Les locaux historiques était au 72, avenue Félix-Faure jusqu'en 2012.

HistoriqueModifier

 
Le député Chauvière, fondateur du patronage

Fondées en 1892, les Œuvres Laïques, précurseurs de la loi de 1905, avaient pour objectif d’offrir des loisirs éducatifs aux enfants[1]'[2] de l’arrondissement.

Le , à l'initiative et sur proposition d'Emmanuel Chauvière, député du 15e arrondissement de 1893 à 1910, conseiller municipal de Javel, la « Société du patronage du 15e arrondissement » est créé.

Le bureau se composait de; président, Justin Poiry, entrepreneur de démolitions, qui fut candidat Blanquiste en 1890[3]et 1896[4], conseiller municipal du 15e de 1900 à 1925, il recevra une médaille de bronze pour ses vingt-cinq années de mandat[5] ; vice-président M. Renaud, industriel ; trésorier M. Chassin, industriel ; secrétaire, Serres ; sous-secrétaire Henry Poiry ; archiviste, Couary ; directeur du patronage, M. Pinac[6]qui fut président en 1903[7] et recevra les palmes académiques en 1906[8]'[9]'[10].

Les membres de droit étaient ; le maire et ses adjoints Barruel, Dard et Vernon, les conseillers municipaux de l'arrondissement, les députés Camille Pelletan, Pierre Baudin, Henry Marmottan maire du XVIe arrondissement.

Parmi les adhésions précieuses acquises, on note entre autres ; M.Michel de la Compagnie des lits militaires[11], les loges maçonniques[12] la Fédération et les Zélés philanthropes, Bellanger, Lucien-Victor Meunier, les hommes politiques ; Léon Laurençon, Louis Parisot.

Le premier patronage est établi au préau de l'école, rue Lacordaire [13]. En 1898 le siège social du patronage est situé au 23, rue Leblanc[14] puis de 1905 à 1908 au 38, rue de l'Église[15]'[7]siège de l'université populaire « L'Émancipation du quinzième »[16]. L'objet de l'association est « Protéger l'enfant contre les dangers de la rue, l'instruire, le distraire, le moraliser », les activités sont ; « Escrime, gymnastique, instruction militaire, musique, jeux divers, colonie de vacances »[17].


Le patronage laïque du 15e arrondissement est subventionné par le conseil municipal depuis 1894 [18]'[19]'[20]'[21]. En 1897, on organise déjà des fêtes et tombolas au profit des enfants pauvres du quartier, des artistes de renom des théâtres et concerts parisiens et des lauréats du Conservatoire de Paris prêtent leur concours gracieusement[22]. À cette époque, il existe aussi un patronage laïque de jeunes filles du 15e arrondissement sous les auspices de l'épouse du député Alphonse Humbert[9] après lequel une place a été nommée dans le quartier en 1931.

Le patronage du 72, avenue Félix FaureModifier

Le , le préfet du département de la Seine Justin-Germain Casimir de Selves agissant au nom de la ville de Paris et en exécution d'une délibération du conseil municipal en date du , donne à bail un terrain communal situé à l'angle de la rue Tisserand et de l'avenue Félix-Faure à la société, destiné à la construction d'un patronage. Le bail est fait pour une durée de 18 années entières et consécutives, moyennant une redevance annuelle de 20 Francs[23]'[24].

En 1909, les locaux historiques comprenant l'immeuble du 72 avenue Félix-Faure[25] furent construits grâce à une souscription populaire financée par des ouvriers et instituteurs de l'arrondissement [26]'[27]. En 1912 le siège social est 6, rue Tisserand[28].

Ce bâtiment comprenait une charpente mortaisée et la façade principale sur l'avenue Félix-Faure, percée d'une large baie, comprenait quelques éléments de modénature. La façade qui longeait la rue Tisserand, était garnie de pans de bois et percée de hautes fenêtres. L'espace intérieur, couvert d'une charpente en bois comportait une couverture de tuiles mécaniques qui fut réaménagé à la fin des années 1950[27].

L'association en a fait don à la Ville de Paris en 1927.

Œuvre des patronages laïques du VIIe et XVe arrondissements - Maison des enfantsModifier

Le , lors d'une assemblée générale, il est décidé de fusionner les deux associations pré-existantes ; l'« Œuvre du patronage laïque du VIIe et XVe arrondissements » fondée en 1931 et la « Société du patronage laïque du XVe arrondissement » fondée en 1892 pour devenir : l'« Œuvre des patronages laïques du VIIe et XVe arrondissements - Maison des enfants[29]'[30] » le président-fondateur est M. Poiry ancien conseiller municipal. Le siège social de cette nouvelle association est établie au 72, avenue Félix-Faure.

Dans ses statuts, il est stipulé que « l'œuvre a pour but général de continuer l'œuvre d'instruction laïque en la complétant par une éducation morale, démocratique, sociale et civique » et de « soustraire l'enfant au péril des mauvaises fréquentations et à tous les dangers de la rue ».

Le patronage au fil de l'histoire du Paris social au XXe siècleModifier

En 1911, le syndicat des aviateurs organise une fête au profit de l'œuvre animé par l'orchestre du patronage, avec au programme; « causeries sur l'aviation et projection cinématographique fournie par la maison Gaumont »[31]. En 1920, sur proposition de Justin Poiry, pour développer l'enseignement par l'image, une subvention extraordinaire est accordée par la ville de Paris au patronage laïque « pour l'installation dans son local d'un cinéma éducateur où seront faites des conférences avec films aux enfants et adultes »[32].

En 1916, le patronage abrite l'œuvre des prisonniers de guerre du 15e arrondissement[33]. En 1923, la section du 15e arrondissement de l'association générale des mutilés de la guerre et l'Union nationale des mutilés, réformés et anciens combattants y organise une fête lors de sa réunion générale[34] et la troupe du patronage gagne le deuxième prix du concours théâtral de la fédération des œuvres post-scolaires[35].

En 1924, on note la « réouverture » du patronage et à cette occasion une fête enfantine est organisée avec « orchestre, illusioniste, pièce de théâtre, monologue hilarant, phénomène vocal avec sketch à transformation, récit de fables... »[36]. Une section de l'union polymatique des anciens combattants et victimes de la guerre est installée au patronage, et y donne des bals, concerts, et des cours gratuit[37]. Des soirées de gala sont données au profit des enfants de l'arrondissement[38]. En 1926 l'arbre de Noël de l'association des familles nombreuses du 15e arrondissement est célébré sous la présidence des députés Evain et Pierre Dupuy[39].

 
Grévistes de la métallurgie dans une usine de banlieue à Paris en 1936

Dans les années trente et la période du Front Populaire, la salle des fêtes du patronage est utilisé pour des fêtes et bals de nuit[40]'[41] des congrès syndicaux[42], meetings politiques[43]'[44]et réunions d'ouvriers[45]comme ceux de Citroen[46] du Quai de Javel[47]sous la présidence de Jules Fourrier et Charles Michels, André Marty[48], députés de Paris, et des interventions du syndicaliste Jean-Pierre Timbaud.

En 1939, la Maison de la Culture du 15e arrondissement organise une fête au patronage à l'occasion du 150e anniversaire de la Révolution[49] la même année se tient un meeting au patronage de « Paix et Libertés » de Francis Jourdain[50]. En 1936, la section du 15e de Ciné-Liberté[51] y présente ses derniers films[52].

En 1937 et 1956, Marceau Pivert fait des allocutions dans la salle du patronage[53]'[54].

En 2006, le patronage laïque accueille pour la quatrième fois l'assemblée départementale de la Fédération sportive et gymnique du travail[55].


La fête de la musique est célébrée régulièrement au patronage laïque depuis 1982[56].



PrésentationModifier

En 2012, la propriété et les locaux historiques du 72, rue Félix-Faure sont démolis[57]'[58], un autre équipement moderne, le Patronage laïque Jules Vallès, est édifié sur le même site. En 2012, l'association Patronage Laïque du 15e – Maison Pour Tous est relogé provisoirement[59] dans des anciens locaux de la ville de Paris au 61, rue Violet.

Équipement polyvalent de proximité, l’association met ses locaux à disposition des particuliers et des associations pour des réunions, colloques, forums, des ateliers culturels et de loisirs, et évènements familiaux. Elle organise aussi différents évènements en partenariat avec des associations: représentation de théâtre, spectacle pour tout public, bal et concert, exposition, conférence, projection-débat, cours de langue Espagnole et Russe, cours de Hatha Yoga, cours de dance et guitare[60].

GalerieModifier

SourcesModifier

  • Archives du Patronage Laïque du 15e arrondissement – Maison Pour Tous.
  • Œuvre des patronages laïques du VIIe et XVe arrondissements - Maison des enfants. Statut et Règlements. Paris, L'émancipatrice, imprimerie coopérative, 3, rue Pondichery. 1935.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « Obsèques de Henry Bagnol député du 15e arrondissement », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire,‎ (lire en ligne)
  2. Parti socialiste SFIO (France), « Communications diverses », Le Populaire,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  3. Jean El Gammal, Javel - Histoire politique d'un quartier de Paris sous la Troisième République - Article extrait de la revue Recherches contemporaines, n °1 ., L'office universitaire de recherche socialiste (OURS), (lire en ligne), p. 32
  4. « Elections municipales de Paris du 3 mai 1896 -15e arrondissement - Quartier de Javel », Le Gaulois : littéraire et politique,‎ (lire en ligne)
  5. « Émile Justin Poiry - Médaille », sur bibliotheques-specialisees.paris.fr
  6. « Nécrologie », La Lanterne (quotidien) : journal politique quotidien,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  7. a et b Sociétés protectrices de l'enfance, L'Enfant : organe des Sociétés protectrices de l'enfance - La bienfaisance privée, [s.n.] (Paris), (lire en ligne), NP
  8. « Chronique électorale », Le Temps (1861-1942),‎ (lire en ligne)
  9. a et b Gustave Chadeuil, « Les patronages scolaires à Paris - Après l'école », Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  10. « Le patronage laique du XVe », La Lanterne : journal politique quotidien,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  11. « Compagnie des lits militaires », Journal de l'Ain,‎ (lire en ligne)
  12. « Compte rendu », L'Univers (journal),‎ (lire en ligne)
  13. Georges Clemenceau ; réd. Camille Pelletan, « La société du patronage du 15e arrondissement », La Justice (journal),‎ , p. 3 (lire en ligne)
  14. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, Imprimerie municipale (Paris), (lire en ligne), p. 1949
  15. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris du mardi 5 décembre 1905, M. Poiry, Imprimerie municipale (Paris), (lire en ligne), p. 3976
  16. « Mouvement social - Universités populaire », La Lanterne : journal politique quotidien,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  17. Paris. Conseil municipal, Rapport... / Conseil municipal de Paris, [s.n.] (Paris), (lire en ligne), p. 95
  18. « L'assistance a Paris - Patronage laiques subventionnés par le conseil municipal », Le Temps, [s.n.] (Paris),‎ , p. 5 (lire en ligne)
  19. Paris. Conseil municipal., Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris. Débats des assemblées de la ville de Paris et du département de la Seine. Conseil municipal de Paris, Imprimerie municipale (Paris), (lire en ligne), p. 824
  20. « Conseil général de la Seine », Journal des débats,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  21. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, (lire en ligne), p. 698
  22. « Gazette du jour », L'Intransigeant,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  23. Ville de Paris. Bureau des actes administratifs le 10 décembre 1908, Folio 64, case 1
  24. Paris. Conseil municipal, Rapport... / Conseil municipal de Paris, (lire en ligne), p. 46
  25. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, Imprimerie municipale (Paris), (lire en ligne), p. 641
  26. La Construction moderne, [s.n.] (Paris), (lire en ligne), p. 141
  27. a et b « Situation du patronage laïque du 15e arrondissement de Paris - Question écrite n° 25253 de Mme Marie-Claude Beaudeau (Val-d'Oise - CRC) a M. le secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle., publiée dans le JO Sénat du 18/05/2000 - page 1749 », sur senat.fr
  28. Paris. Conseil municipal, Rapport... / Conseil municipal de Paris, [s.n.] (Paris), (lire en ligne), p. 82
  29. Société des auteurs et compositeurs dramatiques, Annuaire de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, Commission des auteurs et compositeurs dramatiques (Paris), (lire en ligne)
  30. Seine. Conseil général, Délibérations ... / Conseil général de la Seine, Conseil général (Paris), (lire en ligne), p. 167
  31. « La fete du syndicat des aviateurs », L'Aéro : organe hebdomadaire de la locomotion aérienne,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  32. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, Imprimerie municipale (Paris), (lire en ligne), p. 1360
  33. Paul Strauss (1852-1942), La Revue philanthropique, Masson et Cie (Paris), (lire en ligne), p. 600
  34. Association générale des mutilés de la guerre-Union nationale des mutilés, réformés et anciens combattants (France), Bulletin de l'Association générale des mutilés de la guerre, [s.n.] (Paris), (lire en ligne), p. 155
  35. André Rigaud, « Le concours théâtral de la fédération des œuvres post-scolaires », Comœdia (journal),‎ , p. 1, 2 (lire en ligne)
  36. « Union polymatique des anciens combattants et victimes de la guerre », Journal des mutilés, réformés et blessés de guerre,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  37. Association nationale des anciens combattants, « Union polymathique », Le Poilu de France. Journal des anciens combattants,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  38. Le Petit Parisien, « Infos », Le Petit Parisien : journal quotidien du soir,‎ (lire en ligne)
  39. Le Petit Parisien (Paris), « Fetes et réunions », Le Petit Parisien : journal quotidien du soir,‎ (lire en ligne)
  40. Parti socialiste SFIO (France), « Une belle manifestation de la 15e section socialste », Le Populaire : journal-revue,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  41. « Informations », L'Intransigeant,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  42. Parti communiste français, « Comptes rendus du congres des vieux », L'Humanité,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  43. « Fetes et réunions publiques », Le Populaire,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  44. Parti communiste français, « Fetes, réunions, conférences », L'Humanité : journal socialiste quotidien,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  45. « Un meeting des ouvriers et patrons coiffeurs », Ce soir : grand quotidien d'information indépendant,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  46. « Aux collaborateurs de Citroen-Michelin », L'Humanité : journal socialiste quotidien,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  47. Parti communiste français, « Fetes, meetings, conférences », L'Humanité : journal socialiste quotidien,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  48. « Infos », L'Humanité : journal socialiste quotidien,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  49. « Patronage Laique », Regards,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  50. « Les meetings de 'Paix et Libertés' », L'Humanité,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  51. « Ciné-Liberté », sur bnf.fr
  52. « Ciné-Liberté », Ce soir : grand quotidien d'information indépendant,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  53. « La mémoire des lieux par arrondissements - Quartiers et rues - 72 avenue Félix Faure - Tentative de recomposition de la Gauche par Marceau Pivert, autour de la 15ème section du Parti Socialiste - 15 novembre 1956 », sur parisrevolutionnaire.com
  54. « Les grandes réunions des amicales », Le Populaire : journal-revue,‎ (lire en ligne)
  55. Fédération sportive et gymnique du travail, Sport et plein air : organe bimensuel d'information de la Fédération sportive et gymnique du travail, (lire en ligne), p. 18, 19
  56. « Fête de la Musique 2011 / 30ème anniversaire ! », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  57. « Le siège historique du Patronage laïque sera rasé », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  58. « Monts14 n° 42 : créations architecturales dans le 14e et le 15e », sur monts14.com
  59. « Paris : le patronage laïc du XVe gagne un sursis », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  60. Mairie de Paris - 2013 Subvention et convention avec l'association Le patronage laïque du 15e - Maison pour tous (15e)