Patrick Le Lay

homme d'affaires français

Patrick Le Lay, né le à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un ingénieur et cadre dirigeant français. Il est le président-directeur général de la chaîne de télévision TF1 de 1988 à 2008.

Patrick Le Lay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président-directeur général
Groupe TF1
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Patrick Louis Jean Marie Le LayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
Maître
Distinction

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Patrick Le Lay est le fils de Pierre Le Lay, ingénieur, et de Gabrielle Collin[1].

La famille Le Lay vit pendant la Seconde Guerre mondiale à Plémet, commune où se réfugie à l'été 1942 la famille d'Abraham Drucker (père de Michel Drucker), médecin de campagne arrêté sur dénonciation peu de temps auparavant. Alors que Pierre Le Lay, frère de Jean, accueille Lola Drucker (enceinte de Michel à ce moment) à la gare de Rennes, cette dernière est arrêtée par un officier de la Gestapo avec son fils aîné Jean car elle n'a pas de papiers en règle. Pierre Le Lay qui parle couramment allemand, s'interpose et fait passer Lola Drucker pour sa femme, ce qui sauve les Drucker et unit les deux familles[2],[3],[4].

Il effectue une partie de sa scolarité au lycée Saint-Vincent de Rennes. Il étudie par la suite à l'École spéciale des travaux publics puis au Centre des hautes études de la construction avant d'intégrer l'univers du bâtiment et travaux publics (BTP). Il est également ancien élève du Centre de perfectionnement aux affaires (CPA), l'« executive MBA » d'HEC[5].

Carrière professionnelleModifier

Groupe BouyguesModifier

Ingénieur des travaux publics, Patrick Le Lay passe par plusieurs sociétés de construction (Secrétaire général d'Oger SA de 1966 à 1975, Directeur administratif et financier puis Directeur général adjoint de l'entreprise Dodin de 1975 à 1981) avant d'intégrer le groupe Bouygues en 1981[5]. C'est en tant que responsable de la diversification de ce groupe depuis 1984 qu'il prépare le dossier de candidature à la privatisation de la chaîne de télévision française TF1 en 1987, selon la volonté de Francis Bouygues.

PDG de TF1Modifier

Vice-président de TF1 lors de la privatisation de la chaîne en [5], Patrick Le Lay succède à Francis Bouygues comme président-directeur général le [6]. Il positionne la chaîne sur un créneau grand public et fait de sa chaîne le leader en Europe.

En 2001, Patrick Le Lay signe un contrat d'exclusivité avec Endemol pour racheter les droits concernant toutes les futures émissions de télé-réalité produites par Endemol[7].

À partir du , il est président du conseil d'administration de la chaîne, laissant la direction générale à Nonce Paolini[8],[9]. En , il remporte à New York l'Emmy Award du meilleur directeur de télévision[10].

Le , il annonce qu'il va quitter progressivement TF1. Le , il démissionne de son poste de président du conseil d'administration de TF1, Nonce Paolini lui succède[11]. Son salaire en tant que PDG de TF1 était en 2008 d'environ 1 930 000 [12].

En , il est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour recours abusif à des contrats à durée déterminée durant sa période à TF1[13].

Président du fond SerendipityModifier

Patrick Le Lay préside ensuite le fonds d'investissement Serendipity[14] dont les actionnaires principaux sont Artémis, holding de la famille Pinault, et Bouygues (propriétaire de TF1). Ce fonds d'investissement est chargé du développement du groupe en direction de l'ouverture du marché du jeu en France et Le Lay crée Eurosportbet.com, le site de paris sportifs en ligne de la chaîne sportive Eurosport, filiale du groupe audiovisuel Bouygues dont il est président-directeur général de 1991 à 2002[5].

En , il est définitivement écarté de la direction de Serendipity par l'actionnaire principal de la holding, Martin Bouygues. Ce renvoi vient terminer une longue série d'étapes qui ont permis au groupe Bouygues d'écarter définitivement Patrick Le Lay des arcanes du pouvoir, à la fois au cœur de la chaîne de télévision mais également au cœur des nouveaux projets du groupe[15].

Président du Stade rennaisModifier

Le , Patrick Le Lay est nommé par l'homme d'affaires François Pinault président du Stade rennais FC, en remplacement de Frédéric de Saint-Sernin, démissionnaire pour raisons de santé[16],[17].

Le , il quitte ses fonctions de président du Stade rennais et est remplacé par son prédécesseur, Frédéric de Saint-Sernin[18].

Vie privée et décèsModifier

Patrick Le Lay se marie le à Claudine Sénécal avec qui il a deux enfants, Laurent-Éric (1967) et Anne-Vefa (1969)[1]. Il se marie en secondes noces avec Dominique Polette[19].

Le , son fils Laurent-Eric Le Lay annonce sur les réseaux sociaux que son père est décédé des suites d'une maladie[20] à Neuilly-sur-Seine[21]. Il est inhumé au cimetière communal de Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine)[22].

Prises de positionModifier

Nationalisme bretonModifier

« Rude en affaires et avec ses collaborateurs, ce Breton voue une véritable passion à la culture de sa région[23]. »

Patrick Le Lay présidait l'association Érispoë, fondée à l'Institut de Locarn, un lobby patronal breton créé en 1991.[réf. souhaitée]

Il est à l'origine de la création en 2000 de la chaîne régionale bretonne TV Breizh, filiale du groupe TF1[24].

En , dans le magazine Bretons, il accuse la France d'avoir organisé un génocide culturel (ethnocide) en Bretagne, et affirme : « Je ne suis pas français, je suis breton. Je suis un étranger quand je suis en France. »[25]

En [26], dans une interview accordée à France Bleu Breizh Izel, il se déclare ouvertement favorable à l'indépendance de la Bretagne[26].

Son soutien aux terroristes bretons a fait l'objet d'un hommage après décès par l'association Skoazell Vreizh (Le Secours breton) destinée à aider les « prisonniers politiques bretons »[27].

Points de vue concernant la publicité et polémiquesModifier

Patrick Le Lay est particulièrement réputé pour ses analyses perçues comme franches (ou brutales), incisives (ou cyniques) et sujettes à polémique, de même que par sa propension à cautionner les raccourcis pris par certains de ses journalistes.

En 1987, il analysait ainsi les rapports entre culture et Audimat :

« On ne vit plus qu'avec les chiffres de l'Audimat. [...]. Passer une émission culturelle sur une chaîne commerciale à 20 h 30, c'est un crime économique ! C'est quand même à l'État d'apporter la culture, pas aux industriels[28][source insuffisante]. »

Cependant en 1986, lors de l'audition pour la reprise de TF1 qui venait d'être privatisé par le gouvernement Chirac, il déclarait : « Faire absorber au public français des séries américaines, ce n'est pas une fatalité » et s'affirmait pour une défense de la culture française[N 1].

En , une polémique fit rage à la suite de la publication de ses propos, recueillis dans le livre Les Dirigeants français et le changement par la société de conseil EIM qui y présentait les réponses de dirigeants tels que Patrick Le Lay, Michel Bon (ex-France Télécom), Robert Louis-Dreyfus (LD Com), Michel Pébereau (BNP Paribas), Henri de Castries (Axa), à des questions portant sur les nouveaux défis des entreprises françaises face au changement. Il y déclarait notamment « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible ».

Un reportage de Jean-Pierre Pernaut diffusé [Quand ?] au journal de 13 h de TF1 dans lequel étaient cités les propos du préfet hors cadre et président de Miviludes Jean-Michel Roulet, lui valut une condamnation prononcée par la 17e chambre correctionnelle de Paris, en même temps que celle de l'animateur du 13 heures (le ), pour diffamation envers le mouvement TFP (Tradition, Famille, Propriété).[réf. nécessaire]

Mises en causes judiciaires, procès et condamnationsModifier

En 2012, l'ancien PDG de TF1 Patrick Le Lay est condamné à une amende de 7 500 euros pour recours abusif à des contrats à durée déterminée, correspondant aux cas de cinq personnes employées de à mars 2003 sous un statut d'intermittents du spectacle (monteurs du journal télévisé, cadreurs et maquilleurs) alors qu'il s'agissait de postes permanents[29].

En 2016, il est condamné à payer 3 000 € pour atteinte à la vie privée après la diffusion d’un témoignage en caméra cachée dans l’émission Sans aucun doute[30].

Lien supposé avec la franc-maçonnerieModifier

En 2001, Michel-Constant Verspieren affirme dans le livre L’Impasse maçonnique que Le Lay était un haut-gradé franc-maçon[réf. nécessaire]. Déjà en 1996, le journaliste d'extrême-droite Serge de Beketch affirmait dans Le Libre Journal de la France courtoise (no 98 du ) que Patrick Le Lay est « Vénérable de l'atelier supérieur "Bannière étoilée" et "Grand Porte-Glaive" de la GLNF »[31].

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Le projet de reprise de TF1 que nous vous présentons aujourd'hui est bâti autour de quelques idées simples. Tout d'abord respecter le téléspectateur. [...] En second lieu, nous avons cherché à donner une dynamique nouvelle à la création française. Faire absorber au public français des séries américaines, ce n'est pas une fatalité. [...] Je crois que le fonds de commerce, la réputation d'une chaîne, elle est faite bien sûr de son audience, mais elle est faite aussi de sa réputation. Et une chaîne de télévision qui prétend être la première en France ne peut pas le rester uniquement sur la diffusion des programmes les plus simples à absorber.[...] La culture française est menacée, c'est vrai. Mais la culture française doit résister. Parce que la culture, elle exprime le besoin et le désir de vivre ensemble, parce que la culture exprime une vraie communauté de mémoire, une vraie communauté de projet. »

RéférencesModifier

  1. a et b Qui est qui en France, éditions Jacques Lafitte, , p. 1351.
  2. Nicolas Carnec, « Rennes, le nouveau défi de Patrick le Lay », Ouest-France,‎ , p. 21.
  3. Annick Cojean, « Le club des trente patrons bretons », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  4. Régis Le Sommier, Ces Bretons qui ont fait la France, Grasset, , p. 101.
  5. a b c et d « Patrick Le Lay », sur csti.pm.gouv.fr (consulté le 18 mars 2020).
  6. Après l'accession de M. Le Lay à la présidence de TF1 Le groupe Bouygues face aux pressions de ses partenaires, Le Monde, 13 octobre 1988
  7. « Les dessous douteux de la tele-realite », sur http://television.telerama.fr/, (consulté le 8 janvier 2017)
  8. toutelatele.com Patrick Le Lay
  9. telerama.fr TF1 de règne.
  10. « Patrick Le Lay et Muriel Robin distingués aux Emmy Awards », Agence France-Presse, 20 novembre 2007.
  11. « TF1 : Patrick Le Lay démissionne, Nonce Paolini devient PDG », Julien Lalande, http://www.ozap.com, 31 juillet 2008.
  12. « TF1: Voici les salaires de Nonce Paolini et Patrick le Lay », http://www.jeanmarcmorandini.com.
  13. « TF1 : Le Lay jugé pour emplois précaires », Le Figaro, 25 juillet 2012.
  14. « Patrick Poivre d’Arvor et son ancien patron Patrick Le Lay ont déjeuné ensemble », http://www.capital.fr.
  15. « Dernière minute : Lelay écarté de la direction de Eurosportbet », http://www.casinoweb.org.
  16. « Patrick Le Lay nouveau président du SRFC », sur staderennais.com, (consulté le 7 mai 2010)
  17. Benjamin Keltz, « Le Lay : « Le Stade rennais ? C'est MON club » », sur lemensuelderennes.fr, (consulté le 7 mai 2010)
  18. « Frédéric de Saint-Sernin nommé président du Stade rennais », Liberation.fr, 25 juin 2012.
  19. « Patrick Le Lay », sur gala.fr (consulté le 19 mars 2020)
  20. « Patrick Le Lay, ancien président de TF1 et du Stade Rennais, est mort », sur L'Équipe (consulté le 18 mars 2020)
  21. « L'ancien PDG de TF1 Patrick Le Lay est mort »
  22. Cimetières de France et d'ailleurs
  23. « Transférés », sur challenges.fr,
  24. Michel Nicolas, Breizh : La Bretagne revendiquée : des années 1980 à nos jours, Skol Vreizh, , p. 217
  25. « Le Lay accuse la France de "génocide culturel de la langue bretonne" », 20 minutes.fr, 5 septembre 2005.
  26. a et b « Patrick Le Lay se déclare indépendantiste », Philippe Argouarch, agencebretagnepresse.com, 24 décembre 2012.
  27. Ouest-France, 21 mars 2020. Cet article se trouve reproduit, ainsi qu'une étude des prises de position de Patrick Le Lay dans un article de Charlie Hebdo sur le site du Groupe Information Bretagne : « Patrick Le Lay, nationaliste breton », sur le-grib.com, GRIB : Groupe Information Bretagne (consulté le 25 mars 2020)
  28. Article dans Libération le 9 septembre 1987.[source insuffisante]
  29. Emmanuel Berretta, « Patrick Le Lay condamné pour abus de CDD », sur lepoint.fr,
  30. « Télévision : Julien Courbet et Patrick Le Lay condamnés à Caen », sur paris-normandie.fr,
  31. Article sur france-courtoise.info.
  32. Décret du 31 décembre 1993 portant promotion et nomination
  33. Décret du 31 décembre 2002 portant promotion et nomination
  34. Décret du 21 mars 2008 portant promotion

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier