Martin Bouygues

homme d'affaires français

Martin Bouygues, né le à Suresnes (Seine), est un homme d’affaires et un dirigeant d’entreprise milliardaire français, un des fils de Francis Bouygues. Il est le président-directeur général du groupe Bouygues entre 1989 et 2021. Le , il annonce lors de l'Assemblée générale du groupe Bouygues céder le poste de directeur général à Olivier Roussat et conserver le poste de président.

Martin Bouygues
Image dans Infobox.
Fonction
Président-directeur général (en)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
SuresnesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Martin Pierre Marie BouyguesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Père
Mère
Monique Tézé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Olivier Bouygues
Corinne Bouygues (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Il est le benjamin des quatre enfants de Francis et Monique Bouygues[1].

Son fils aîné Edward Bouygues devient en le directeur de la stratégie de Bouygues Telecom[2].

DébutsModifier

Il entre dans le groupe Bouygues en 1974 en qualité de conducteur de travaux, avant d’exercer des fonctions à la direction commerciale de l’entreprise[3]. En 1978, il fonde la société Maison Bouygues, spécialisée dans la vente de maisons individuelles sur catalogue. En 1982, il devient administrateur de Bouygues. En 1984, il participe à l’acquisition de la société de distribution d’eau SAUR. En 1987, il est nommé vice-président de Bouygues. Il a également participé au chantier du forum des Halles[1].

Alors que tout le monde attendait le fils aîné, Nicolas Bouygues, ingénieur de l'École centrale Paris (comme le père Francis Bouygues et le grand-père Georges Bouygues) c’est Martin, moins diplômé (de niveau baccalauréat) mais présentant des facultés d’adaptation et au relationnel plus facile[4], qui obtient, le , le poste de PDG de l'entreprise. Son frère aîné n’aurait en effet pas réussi à s’entendre avec son père pour obtenir ce poste[5]. Âgé de 37 ans, Martin Bouygues devient ainsi le plus jeune PDG du CAC 40[1].

Le , il annonce la scission du poste de PDG lors de l'assemblée générale du groupe Bouygues. Il conserve le poste de président, mais cède celui de Directeur général à Olivier Roussat[6].

Marié à Melissa, un ancien mannequin, rencontrée aux États-Unis[1], Martin Bouygues est le père de trois enfants[7] : Edward, William et Charlotte[8]. Depuis le , Edward Bouygues a rejoint le Conseil d’administration du groupe Bouygues en compagnie de son cousin Cyril[9], fils d’Olivier Bouygues, en tant que représentants permanents de SCDM[10] ».

GestionModifier

Dans les années 1990, Martin Bouygues développe les activités du groupe autour de trois pôles, la communication (TF1, LCI), la construction et les télécoms, notamment à l’international.

Dans les années 2000, il décide de renforcer les participations du groupe dans ces secteurs stratégiques, via ses filiales Bouygues Telecom et Colas[réf. nécessaire].

Il prend aussi des décisions de gestion stratégiques difficiles, comme, entre autres, le refus des conditions d’attribution de la licence UMTS en 2001[11] ou le rapprochement avec Alstom, société spécialisée dans le secteur des transports, et de la production d’énergie, en 2006.

AscensionModifier

Martin Bouygues est à l’initiative des lancements de Bouygues Telecom (1994), de LCI (1994), de TPS (1996), mais c’est en repoussant la tentative de raid de Vincent Bolloré en 1997 qu'il parvient à se faire reconnaître comme digne successeur de son père.

Entré au capital fin 1997, Vincent Bolloré (qu'il connaissait depuis l’école Gerson à Paris où ils avaient fréquenté la même classe de CM1[12]), a rapidement remis en cause sa gouvernance, en contestant dès mars les comptes 1997 du groupe Bouygues. Le conflit n'aura de cesse de s’intensifier jusqu’au rachat de la part de Vincent Bolloré, pour une valeur de 580 millions d’euros, par la holding Artemis de François Pinault, en . Vincent Bolloré encaisse dans cette transaction une plus-value de 230 millions d’euros. L'antipathie est persistante et Martin Bouygues ne sera pas présent au mariage de sa nièce (fille de Nicolas Bouygues) avec le fils de Vincent Bolloré[12].

Il arrive 9e au classement Challenges des patrons les plus performants du CAC 40 en 2014[13]. En , la Harvard Business Review classe Martin Bouygues 6e dans le classement général des patrons les plus performants au monde[14],[15].

Autres mandatsModifier

Il détient également d’autres mandats au sein du groupe Bouygues[16] :

  • Administrateur de TF1 depuis le
  • Membre du conseil d’administration de la Fondation d’entreprise Francis Bouygues

En dehors du groupe Bouygues, il est en outre :

  • Président de la société SCDM[17]
  • Membre du c d’administration de la Fondation Skolkovo, chargé de la gestion de la Silicon Valley russe

Vie personnelleModifier

  • Il fut, avec Bernard Arnault, le témoin du second mariage de Nicolas Sarkozy ainsi que le parrain de son fils Louis[18]. Il a été invité à la réunion du Fouquet's du 6 mai 2007, le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy.
  • Sa mort a été annoncée le [19] par l'AFP avant d'être formellement démentie quelques minutes plus tard[20].
  • Il s'est fait construire un château sur un domaine de chasse en Sologne[1].
  • Avec son frère Olivier, il possède deux domaines viticoles dans le Bordelais, Château Montrose et Château Tronquoy-Lalande, ainsi que le Clos Rougeard, un domaine réputé du Val de Loire[21].
  • Il a plusieurs fois été mis en examen dans des affaires d'abus de bien sociaux, avant d'être blanchi[1].
  • Son fils William et sa fille Charlotte siègent au conseil d’administration du groupe depuis 2018[22],[23],

RevenusModifier

D’après le classement de Challenges, il est le 9e patron le plus performant du CAC 40 en 2014[13]. En 2013, il figure 39e au classement des salaires des patrons du CAC 40[24]. En 2012, en choisissant de renoncer à sa part variable[25], sa rémunération est diminuée de près de 60 % pour atteindre 920 000 €. Il représente avec son frère Olivier la 37e fortune de France avec 2,8 milliards d'euros en 2020[26].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Bertille Bayart, « Martin Bouygues sur tous les fronts », Le Figaro Magazine, semaine du 4 juillet 2014, p. 44-52.
  2. Raphael Balenieri, « Edward Bouygues rejoint le comité de direction de Bouygues Telecom », sur lesechos.fr, (consulté le 27 janvier 2019).
  3. « Martin BOUYGUES sa biographie économique », sur www.abcbourse.com (consulté le 12 mai 2020)
  4. Les Echos - Martin Bouygues, le réveil de l'ours Le ciment du management compense les aléas du capital.
  5. Article du journal Le Point - 17 janvier 2007.
  6. Par Le Parisien avec AFP Le 18 février 2021 à 15h47, « Bouygues : Martin Bouygues abandonne ses fonctions de directeur général », sur leparisien.fr, (consulté le 21 février 2021)
  7. http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/Actualite/Martin-Bouygues-derniers-defis-512612.
  8. « Martin Bouygues lance sa succession », sur lejdd.fr, (consulté le 27 juin 2016).
  9. « Martin Bouygues fait entrer son fils et son neveu au conseil d'administration du groupe », sur lemonde.fr, (consulté le 27 juin 2016).
  10. « Conseil d'administration du groupe Bouygues », sur bouygues.com (consulté le 27 juin 2016).
  11. « Le dossier UMTS est une calamité européenne » - Interview publiée dans Le Figaro daté du 29 septembre 2001.
  12. a et b JDNet - Martin Bouygues a la rancune tenace envers Vincent Bolloré.
  13. a et b Challenges - Le classement 2014 des patrons les plus performants de France.
  14. Trois Français dans le top 10 des grands patrons les plus performants au monde, Challenges, 24 octobre 2017.
  15. The Best-Performing CEOs in the World 2017, Harvard Business Review, november-december 2017 issue.
  16. CV officiel sur Bouygues.com.
  17. « Bouygues : la société SCDM détient plus de 25 % des droits de vote », capital.fr, 16 août 2008.
  18. « Les petits secrets de Martin Bouygues, le P-DG du Groupe Bouygues », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juin 2018).
  19. Martin Bouygues : « Mieux vaut apprendre sa mort de son vivant ! ».
  20. « Retour sur la fausse mort de Martin Bouygues », sur Franceinfo, (consulté le 2 février 2021)
  21. Les frères Martin et Olivier Bouygues se mettent au vin bio, Challenges, 26 juin 2017.
  22. Composition du Conseil d’Administration : William Bouygues.
  23. Composition du Conseil d’Administration : Charlotte Bouygues.
  24. Challenges - Classement : les salaires des patrons du CAC 40 2013.
  25. Ethics Board - Rémunération moyenne en baisse pour les dirigeants du CAC 40.
  26. Classement des plus grandes fortunes de France - journal Challenges.
  27. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination
  28. Décret du 31 décembre 2001 portant promotion et nomination
  29. Décret du 15 mai 2006 portant promotion et nomination.
  30. http://ivoire.telediaspora.net/fr/texte.asp?idinfo=63059.

Liens externesModifier