Parc Borély

jardin public marseillais

Parc Borély
Image illustrative de l’article Parc Borély
Château Borély et jardin à la française
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Département Bouches-du-Rhône
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Commune Marseille
Arrondissement 8e arrondissement de Marseille
Quartier Bonneveine
Superficie 17 hectares
Histoire
Création 1860 à 1880
Ouverture 1864
Caractéristiques
Type Parc et jardin public
Gestion
Propriétaire Municipal
Protection Jardin remarquable
Accès et transport
Métro Ligne 2 du métro de MarseilleRond-point du Prado
Localisation
Coordonnées 43° 15′ 37″ nord, 5° 22′ 56″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Parc Borély
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
(Voir situation sur carte : Bouches-du-Rhône)
Parc Borély
Géolocalisation sur la carte : Marseille
(Voir situation sur carte : Marseille)
Parc Borély

Le parc Borély est un des parcs et jardins publics de Marseille, du quartier de Bonneveine dans le 8e arrondissement de Marseille. Historiquement associé au château Borély et hippodrome-golf Marseille Borély, à proximité des plages du Prado, au bout de la corniche du Président-John-Fitzgerald-Kennedy, il est labellisé « jardin remarquable ».

HistoriqueModifier

La municipalité achète en 1856 le château Borély et une partie de son important domaine de 54 hectares (fondé au XVIIIe siècle par la richissime famille marseillaise Borély). La partie centrale des 54 hectares de l'ancien domaine est alors aménagée entre 1860 et 1880, lors d'un plan d'urbanisme à Marseille, en parc et jardin public Borély de 17 hectares (inauguré en 1864) par le paysagiste-architecte Adolphe Alphand (illustre collaborateur du baron Hausmann sous le Second Empire) et en hippodrome-golf Marseille Borély de 15 hectares (inauguré le ).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1880, le botaniste Édouard Marie Heckel y rétablit le jardin botanique de Marseille (disparu en 1856 lors de travaux de la ligne de chemin de fer Marseille-Toulon[1]). Il est déplacé en 1920 dans une extension à l'ouest du parc, et baptisé du nom de son refondateur.

CaractéristiquesModifier

Le château Borély du XVIIIe siècle (classé aux monuments historiques depuis 1936[2]) et son jardin à la française héberge avec son riche décor d'origine le musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode, depuis Marseille-Provence 2013. Le parc Borély de 17 hectares est composé de nombreux jardins, bassins, et sculptures (dont « l'Homme aux oiseaux » de Jean-Michel Folon) avec :

Événements historiquesModifier

Du 16 au la première quinzaine de l'aviation est organisée dans le parc Borély, inspirée de l’immense succès du premier grand meeting aérien international de la prestigieuse grande Semaine d'aviation de la Champagne de Reims de 1909, avec la participation de tous les grands pionniers de l'histoire de l'aviation de l'époque : Louis Blériot, Henri Farman, Alberto Santos-Dumont, Louis Charles Breguet, René Moineau, Louis Paulhan, Hubert Latham, Glenn Curtiss..., avec le premier survol historique de Marseille par un aéroplane.

Le parc Borély accueille, entre les années 1930 et années 1950, le Grand Prix automobile de Marseille.

Depuis 1962, le parc Borély accueille le mondial la Marseillaise à pétanque (plus importante compétition de pétanque du monde) qui réunit chaque année près de 13000 joueurs venus de toute la France et de tous les pays du monde.

Littérature, cinéma et télévisionModifier

  • 1957 : La Gloire de mon père, de Marcel Pagnol (et le film homonyme sorti en 1990). Marcel Pagnol cite plusieurs fois le parc Borély dans les chapitres 7 et 8 de son roman autobiographique (puis, brièvement, dans le chapitre 26) : sa tante Rose l'y emmène, les jeudis et dimanches, et il peut jouer au bord de l'étang pendant que sa tante tricote sur un banc. C'est lors d'une de ces visites que Rose fait la connaissance du futur « oncle Jules », qui se fait passer un temps par blague auprès de Marcel, pour le richissime propriétaire du parc Borély. Rose et Jules se marieront quelque temps plus tard.
  • Depuis 2004 : Plus belle la vie (série télévisée). Le parc est un des lieux récurrents de la série.

RéférencesModifier

  1. Pierre Fontaine, Cactées et succulentes en culture : jardins exotiques, serres et collections ouverts au public. Dans Succulentes, numéro spécial 2005, p. 26.
  2. Notice no PA00081332, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier