Jean-Michel Folon

artiste belge

Jean-Michel Folon, né le à Uccle en Belgique et mort le à Monaco[N 1], est un aquarelliste, peintre, graveur et sculpteur belge. Il a travaillé sur de nombreux matériaux et créé sous diverses formes : aquarelle, peinture, gravure, sculpture, tapisserie, timbres-poste, décors de théâtre.

Jean-Michel Folon
Image dans Infobox.
Jean-Michel Folon en 1990.
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Monaco
Nationalité
Activité
Distinction
Royal Designers for Industry honoraire (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

BiographieModifier

 
Signature de Folon au pied de la statue Quelqu'un (Wavre).

Durant l’année académique 1954-1955, il suivra quelques mois les cours d’esthétique industrielle de l’École nationale des Arts visuels de La Cambre. Il était doué pour le croquis mais il ne présentera pas ses examens de fin d’année. Encouragé par ses professeurs et son oncle Étienne Samson, il quittera Bruxelles pour Paris en 1955 et s’installera dans un pavillon de jardinier à Bougival.

Il se distingue bientôt dans le domaine de l'illustration par plusieurs styles (assumant une certaine filiation avec Saul Steinberg) caractérisé par de larges dégradés à l'aquarelle et l'utilisation récurrente de personnages au contour volontairement schématique. Leur expression égarée, leur errance en apesanteur dans de vastes paysages dénudés ou au contraire dans des espaces urbains oppressants et énigmatiques, parfaitement en phase avec les interrogations de la société occidentale de l'après mai 68 constituent sans doute le meilleur aspect de son œuvre.

Occasionnellement comédien, il joue un rôle secondaire pour Michel Polac dans La Chute d'un corps. Puis il tient un rôle plus important pour Maurice Dugowson : il est un des trois principaux personnages de Lily aime-moi. On le retrouve dans le film suivant, F comme Fairbanks. En 1981, il a le premier rôle, auprès de Marlène Jobert dans le film L'Amour nu de Yannick Bellon.

En , il dessine le premier logo d'Apple, « Mr. Macintosh », anciennement Macintosh, la société de Steve Jobs, qui le remplace à la dernière minute au profit de celui de Tom Hughes. Le contrat était de 1$ par ordinateur vendu. Compte tenu des 30 millions d'unités vendues en quinze ans, il passe à côté de la plus importante opération financière de sa carrière[1],[2],[3].

L'année 1989 marque son succès philatélique et public en France : il conçoit le logo de l’exposition internationale philatélique de Paris Philexfrance 89, et le logo Les Oiseaux pour la commémoration de la Révolution française, figurant sur de nombreux timbres et objets commémoratifs dans le monde.

En 1990, Ray Bradbury participe à la rédaction du livre, Folon's Folons du Metropolitan Museum of Art. Il avait illustré les Chroniques martiennes en 1979.

Jean-Michel Folon est aussi un ardent défenseur des droits de l'homme. En 1989, il illustre les articles de la Déclaration universelle des droits de l'homme à l'occasion de ses 40 ans. Il a notamment aussi illustré diverses campagnes pour Amnesty International.

Il épousa successivement Colette Portal, puis Paola Ghiringhelli.

Il meurt d'une leucémie le à l'âge de 71 ans[4]. Il est enterré au cimetière de Monaco.

Fondation FolonModifier

 
Mosaique exposée devant la Fondation Folon.

L'artiste possède son propre musée, la « Fondation Folon », qu'il a lui-même créé le . La fondation est située dans le parc du domaine Solvay à La Hulpe[5]. Dans la ferme du château de La Hulpe conçue par l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar, quinze salles d'exposition permettent au visiteur de découvrir plus de trois cents œuvres de l'artiste (aquarelles, peintures, sculptures, gravures, objets, affiches et illustrations), qu'il réalisa avec ses amis tels les sculpteurs César, Botero, Adami, Kiti, Arman[6],[7].

La Fondation Folon, héritière de l'artiste a créé le à Monaco « L'atelier Folon », une association visant à faire connaître l'atelier de l'artiste en Principauté.

À l'occasion du 10e anniversaire de la Fondation Folon, la Poste belge a mis en vente le un carnet de dix timbres-poste « Folon ».

Collections PubliquesModifier

Arlon, Musée Gaspar-Collection de l'Institut Archéologique du Luxembourg, lithographies[8].

ŒuvreModifier

Il a travaillé sur de nombreux matériaux et créé sous diverses formes : aquarelle, peinture, gravure, sculpture, tapisserie, timbres-poste, décors de théâtre[9].

Aquarelles, sérigraphies, gravuresModifier

  • Day After Day, 1970
  • Un cri, 1970
  • Carpaccio est mort, 1970
  • Vivre en ville, 1971
  • Fièvre, 1971
  • La mort d'un arbre, 1971
  • Fumées, 1971
  • La jungle des villes - Monstres, 1971
  • La jungle des villes - Evasion, 1971
  • L'étranger, 1973
  • L'architecture, 1975
  • Un matin, 1975
  • Partir, 1977
  • La menace 1, 1978
  • Toutes directions, 1978
  • Le quotidien, 1978
  • To Day, 1978
  • L'enfance de l'art, 1978
  • Foule 1, 1979
  • Foule 2, 1979
  • La Toscane, 1980
  • Pluie, 1980
  • Steve Kahn, 1980
  • Printemps, 1981
  • Vue sur mer, 1981
  • L'homme qui plantait des arbres, 1982
  • L'espace, 1982
  • Personnage, 1983
  • Ruines, 1984
  • Un monde, 1984
  • L'Aube, 1984
  • Pluies de New York, 1984
  • White birds, 1985
  • Self-Portrait, 1985
  • La politique, 1985
  • I Cavalli di San Marco, 1985
  • Quand un soldat, 1985
  • Un espoir, 1986
  • Lointains - Une route, 1986-1987
  • Lointains - Un navire, 1986-1987
  • Venise, 1988
  • Mémoire de Palladio, 1988
  • Mémoire d'Apollinaire , lettres à Lou 1, 1988
  • La route, 1988
  • Un symbole, 1988
  • American Flag, 1990
  • Un voyage, 1990
  • Ruines, 1990
  • Une ligne de lumière, 1991
  • Voyage Bleu, 1991
  • La traversée, 1991
  • Nocturne, 1991
  • Guitare, 1991
  • Un voyage, 1991
  • Guitare, 1992
  • Ville assisse[réf. nécessaire], 1992
  • Voyage brun, 1992
  • Marine, 1993
  • Voyage rouge, 1996
  • Un voyage, 1997
  • La Mer, 1998-1999
  • Le poids des pensées, 1999

VitrauxModifier

FresquesModifier

TapisseriesModifier

  • Une tapisserie tissée à Aubusson et exposée au centre des congrès de Monaco.

SculpturesModifier

 
La ville en marche, 2001.
Bruxelles - rue du Progrès.
 
Quelqu'un, 2001.
Collines de Wavre.
 
Statue exposée devant la Fondation Folon.
  • Femme-oiseau, 1989
  • Femme-oiseau, 1990
  • Femme-oiseau, 1990
  • Totem, 1990
  • Personnage, 1990
  • Tête, 1991
  • Oiseau, 1991
  • L'amour fou, 1991
  • Un oiseau, 1992
  • Personnage, 1992
  • Totem, 1992
  • Femme, 1992
  • La ville est un songe, 1992
  • Totem, 1992
  • Tête de quelqu'un, 1992
  • Un oiseau, 1993
  • Femme-oiseau, 1993
  • Oiseau, 1993
  • L'oiseau, 1993
  • Loin, 1994
  • Chat-oiseau, 1994
  • On the road, 1994
  • Serpent, 1994
  • Chat, 1995
  • Homme, 1995
  • Un oiseau, 1995
  • Homme-volant, 1995
  • Grand oiseau, 1995
  • Un oiseau, 1995
  • La fontaine aux oiseaux, 1995
  • Un oiseau, 1995
  • Homme volant, 1995
  • Un oiseau, 1995
  • Centaure, 1996
  • Pluie, 1996
  • Chat, 1996
  • Centaure, 1996
  • Corps de pensée moyenne, 1996
  • Le centaure, 1996
  • Main, 1996
  • Chatte, 1996
  • Deuxième pensée, 1996
  • Quinzième pensée, 1996
  • Dix-Neuvième pensée, 1996
  • Douzième pensée, 1997
  • Une colombe, 1997
  • Le Messager, 1997
  • Tête, 1997
  • Qui?, 1997
  • La mer , ce grand sculpteur, 1997
  • Voler, 1998
  • Au fil du temps, 1998
  • L'allée des pensées, 1997-1999
  • Voler, 1999
  • Equilibre, 2000
  • Quelqu'un, 2001
  • Vingt-cinquième pensée, 2001
  • La ville en marche, 2001
  • Savoir, 2001
  • Méditerranée, 2001
  • Panthère, 2003
  • Walking, 2003
  • Je me souviens, 2004
  • L'homme aux poissons, 2004
  • Fontaine aux poissons, 2004
  • L'Uomo della page, 2005
  • Partir, 2005
  • L’Envol, 2005
  • Personnage de loin sans base, sans date
  • Corps de pensée moyenne, sans date et non finie

AffichesModifier

Timbres-posteModifier

Première de couverture dans la littératureModifier

Autres œuvresModifier

Restauration du yacht Over the Rainbow of LondonModifier

Le navire Over the Rainbow of London est un yacht classique de 1930, construit par le Chantier Dickie & Sons à Bangor, tout en bois et d'une longueur de 35 mètres.

Après en être littéralement « tombé amoureux » au milieu des années 1990 en l'apercevant dans le port Hercule, Jean-Michel Folon rachète le bateau en 2002 et le fait restaurer au prix de 2 ans de travaux et d'un investissement très conséquent aux chantiers de Mondomarine (en) à Savone.

Dans la culture populaireModifier

Dans les années 1970, toute la France connait son style graphique grâce à deux génériques animés qu'il signe pour la télévision : celui de l'émission littéraire Italiques (1971-1974) avec la musique du film À l'aube du cinquième jour, composée par Ennio Morricone et celui du Grand Échiquier. Il crée, en collaboration avec le compositeur Michel Colombier, le générique d'ouverture et fermeture d'antenne d’Antenne 2, diffusé entre 1975 et 1983, où ses bonshommes bleus s'envolent sur une cantilène mélancolique de Michel Colombier, librement inspirée de l'adagio du concerto pour hautbois et orchestre en ré mineur d'Alessandro Marcello (publié en 1717).

En 1980, la chanteuse Sheila fait référence à son œuvre dans Les sommets blancs de Wolfgang, deuxième 45 tours extrait de son album Pilote sur les ondes[12].

En 1985, une chanson intitulée Comme dans les dessins de Folon, et écrite par Philippe Delerm, figure dans l'album La langue de chez nous de l'auteur-compositeur-interprète Yves Duteil[13].

BibliographieModifier

  • Cercle d'Histoire de La Hulpe, La Hulpe, Terre de sculptures, La Hulpe, 2020, Chapitre XIII.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Owen W. Linzmayer, Apple Confidential 2.0 : The Definitive History of the World's Most Colorful, No Starch Press, , 323 p. (ISBN 978-1-59327-010-0, lire en ligne), p. 99.
  2. Revolution in The Valley: The Insanely Great Story of How the Mac Was Made, co-écrit avec Steve Capps
  3. The Story of Mister Macintosh, Apple gazette
  4. (en) Christopher Masters, « Obituary: Jean-Michel Folon », sur the Guardian, (consulté le )
  5. Cercle d'Histoire de La Hulpe, Terre de sculptures, Ch. 13, La Hulpe, 2020
  6. [1], TVcom
  7. [2], Télématin
  8. Bulletin Trimestriel de l'Institut Archéologique du Luxembourg, 2017 N° 1-2., Arlon, p. 83
  9. (en) Steven Heller, « Jean-Michel Folon, 71, Belgian Illustrator, Dies », sur New York Times, (consulté le ).
  10. « Bruxelles : "La Ville magique" de Folon va connaître une nouvelle vie dans la station de métro Montgomery », sur RTBF, 02 mars 2021.
  11. Museo Cantonale d'Arte, Lugano: Jean-Michel Folon
  12. [vidéo] Sheila, Les sommets blancs de Wolfgang sur YouTube.
  13. Yves Duteil sur Discogs

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier