Ouvrir le menu principal

Panthéon bouddhiste japonais

page de liste de Wikipédia
Panthéon bouddhiste japonais
Buddhist Pantheon.jpg
Quelques uns des principaux représentants du panthéon bouddhiste, au musée Guimet, Paris.
Fonctionnement
Statut

Le panthéon bouddhiste japonais désigne la multitude (le panthéon) de divers bouddhas, bodhisattvas et divinités inférieures et d'éminents maîtres religieux du bouddhisme. Un Panthéon bouddhiste existe dans une certaine mesure dans le Mahāyāna, mais il est particulièrement caractéristique du Vajrayana bouddhisme ésotérique, y compris le bouddhisme tibétain et surtout le bouddhisme Shingon, qu'il a officialisé dans une large mesure. Dans l'ancien Panthéon bouddhiste japonais, plus de 3 000 bouddhas ou divinités ont été recensés, bien que de nos jours la plupart des temples se concentrent sur un bouddha et quelques bodhisattvas[1].

Sommaire

HistoireModifier

 
Un mandala japonais des cinq dhyani bouddhas et autres Bodhisattvas, entourant le Bouddha central Mahavairocana.

Au début, le bouddhisme pré-sectaire avait une position assez vague sur l'existence et l'effet des divinités. En effet, le bouddhisme est souvent considéré comme athée en raison de sa négation du dieu créateur et de sa responsabilité humaine. Cependant, presque toutes les écoles bouddhistes modernes acceptent l'existence de dieux ; le principal point de divergence concerne l'influence de ces dieux. Le Theravāda a tendance à minimiser l'importance des dieux sur les grandes écoles, contrairement au Mahayana et au Vajrayana.

Le riche panthéon bouddhiste du nord du bouddhisme dérive finalement du vajrayana et du tantrisme[2]. Les racines dévotionnelles historiques du bouddhisme panthéiste semblent remonter à la période de l'empire kouchan[3]. La première mention appropriée d'un panthéon bouddhiste apparaît au Guhyasamāja (IIIe – IVe siècles), dans laquelle sont mentionnés cinq bouddhas dont les émanations constituent une famille[3],[4].

Au IXe siècle, sous le roi Pala Dharmapala, le panthéon bouddhiste avait déjà grossi pour atteindre environ 1 000 bouddhas[5]. Au Japon, Kūkai a introduit le bouddhisme ésotérique Shingon et son panthéon bouddhiste, également au IXe siècle[6].

Structure hiérarchique du panthéon bouddhisteModifier

Le panthéon bouddhiste dans le bouddhisme japonais est défini par une hiérarchie dans laquelle les bouddhas occupent la plus haute catégorie, suivis dans l'ordre par les nombreux bodhisattvas, les rois de la sagesse, les divinités, les "apparitions indirectes" et enfin les patriarches et religieux éminents[7].

Niveau Catégorie Nomenclature japonaise
Niveau 1 Bouddhas (en) Nyorai-bu (如来部?)
Niveau 2 Bodhisattvas Bosatsu-bu (菩薩部?)
Niveau 3 Rois de la sagesse Myōō-bu (明王部?)
Niveau 4 Divinités célestes Ten-bu (天部?)
Niveau 5 Apparitions circonstancielles Gongen (権現?)
Niveau 6 Maîtres religieux Kōsō - Soshi (高僧・祖師?)

Un groupe de statues célèbre, le mandala situé dans le temple Tō-ji à Kyōto, présente certains des principaux éléments et structures du panthéon bouddhiste. Le mandala a été réalisé au IXe siècle et offert à Kūkai[8]. Émile Guimet en apporta une copie à Paris, en France, à la fin du XIXe siècle, copie qui se trouve maintenant au musée Guimet[8].

Le bouddhisme japonais a incorporé de nombreuses divinités shintō dans son panthéon et réciproquement. Le shingon japonais a également d'autres catégories, telles que les treize bouddhas[9]. Le bouddhisme zen a cependant clairement rejeté les fortes conceptions polythéistes du bouddhisme orthodoxe[10].

Niveau 1 : Bouddhas (Nyorai-bu)Modifier

Cinq Bouddha de la sagesseModifier

Les cinq bouddhas de la sagesse (仏) sont centrés autour de Vairocana (en japonais : Dainichi Nyorai, 大 日 如), le Bouddha suprême. Chacun des quatre Bouddhas restants occupe un point cardinal fixe. Chacun d'entre eux est une manifestation de la bouddhéité et est actif dans une période du monde différente, au cours de laquelle ils se manifestent parmi les bodhisattvas et les humains[11].

 
Les cinq Bouddhas de la Sagesse, gardés par quatre grands Bodhisattvas de Diamants aux coins. Le Bouddha à l'avant, Ratnasambhava, est celui du sud.

Ces bouddhas Dhyani forment le noyau du système panthéiste bouddhiste, qui s'est développé de manière multiforme[3]. Il existe également une multitude d'autres Bouddhas, tels que Yakushi, le Bouddha de la médecine.

Niveau 2 : Bodhisattvas (Bosatsu-bu)Modifier

 
Bodhisattva Kongō-Haramitsu / Vajraparamita.

Les bodhisattvas sont des personnages qui sont sur le point d'entrer dans la bouddhéité mais qui le font pour aider d'autres êtres à atteindre l'illumination. Les bodhisattvas sont des modèles de compassion dans le bouddhisme Mahayana. Dans le panthéon bouddhiste, outre les anciens et futurs bouddhas, il existe également de nombreux bodhisattvas[12].

Parfois, cinq principaux Bodhisattvas "Matrix" sont déterminés (大), regroupés autour d'un Bodhisattva central, Kongō-Haramitsu (波羅蜜 菩薩) dans le cas du temple Tō-ji[8].

 
Cinq Bodhisattvas Matrix, gardés à l'avant par le Roi céleste Jikoku et à l'arrière, le Roi céleste Tamon. Musée Guimet.
Miroku

(Nord)

Kannon

(Ouest)

Kongō-Haramitsu




(divinité principale)

Fugen

(est)

Monju

(Sud)

Au-delà de ces cinq principaux Bodhisattvas, il existe un grand nombre d'autres Bodhisattvas, tous des êtres qui ont différé l'illumination au profit de l'humanité.

Niveau 3 : Rois de la sagesse (Myōō-bu)Modifier

 
Le roi de la sagesse Gundari est une manifestation de l'un des cinq bouddhas, Ratnasambhava / Hōshō Nyorai.

Les rois de la sagesse (Vidyârâjas) étaient à l'origine des divinités du bouddhisme ésotérique, mais ont ensuite été adoptés par le bouddhisme japonais dans son ensemble. Ces dieux sont dotés d'une connaissance et d'un pouvoir supérieurs qui leur confèrent une influence sur la réalité interne et externe. Ces rois sont devenus l'objet d'une personnification, soit pacifique dans le cas de personnifications féminines, et courroucé dans le cas de personnifications masculines. Leur agressivité exprime leur volonté de se débarrasser des forces négatives chez les fidèles et dans le monde. Ils sont donc une expression de la compassion du Bouddha pour tous les êtres[8].

Cinq rois de sagesseModifier

 
Cinq rois de sagesse. Devant à gauche se trouve une divinité protectrice : le roi céleste Zōchō, et à gauche une autre : le roi céleste Kōmoku.

Les cinq rois de la sagesse (五大) sont des émanations des bouddhas et les protègent. Ils sont généralement représentés comme des êtres violents. Ils représentent la nature ambivalente et semblent provenir des anciennes traditions yaksa et brahmanique[13].

Kongō-Yasha

(Nord)

Daiitoku

(Ouest)

Fudō-Myō




(divinité principale)

Gosanze

(est)

Gundari

(Sud)

Au-delà des cinq principaux rois, il existe de nombreux autres rois de la Sagesse avec une grande variété de rôles.

Autres rois de sagesseModifier

De nombreux autres rois de la sagesse existent également avec de nombreuses fonctions. En général, les rois de la sagesse sont considérés comme les gardiens des bouddhas et des bodhisattvas.

Niveau 4 : divinités célestes (Ten-bu)Modifier

 
Le roi céleste Jikoku (国 天).

Les dieux, bien que bénéficiant d'une longévité exceptionnelle, sont néanmoins soumis au cycle des renaissances et restent en dehors du monde de l'illumination et du Nirvana. Ils visent toutefois à atteindre le Nirvana à terme, et s'efforcent donc d'aider le bouddhisme et ses fidèles[8]. Selon la cosmologie bouddhiste, issue de la cosmologie indienne, les divinités vivent dans les Trois Mondes et se positionnent hiérarchiquement en fonction de leur position par rapport à l'axe cosmique du mont Sumeru. Brahmā se trouve au-dessus de la montagne, au sommet des Trente Trois Dieux avec Indra comme roi, à mi-hauteur résident les Dieux Rois d'Orient et au bas des divinités inférieures[8]. De nombreuses divinités sont incluses dans le panthéon bouddhiste.

Le terme Dix (天) est l'équivalent du Deva indien et désigne les divinités supérieures des Quatre Rois célestes.
Le terme Jin (神) désignait des divinités de niveau inférieur[8].

Les Quatre Rois célestes sont une partie importante de ces divinités.

Liste incomplète de devas Mikkyō provenant de divinités hindoues :

Niveau 5 : Apparences indirectes (Suijakushin)Modifier

Bien que les divinités soient considérées comme soumises à la loi de l'impermanence, le bouddhisme considère néanmoins que les hommes devraient se placer sous leur protection. Lorsque le bouddhisme entra au Japon au VIe siècle, de nombreuses divinités shintō (kami) étaient également présentes dans les îles japonaises, bien qu'elles n'aient pas d'iconographie. La catégorie shuijakushin est spécifique au Japon et prévoit l'incorporation dans le bouddhisme de ces Shintō kami.

Le terme bouddhiste "Gongen" (現) ou "Avatar" (signifiant la capacité des Bouddhas et des Bodhisattvas de changer leur apparence pour devenir celle d'un kami japonais afin de faciliter la conversion des Japonais) a donc été utilisé par rapport à ces dieux. Les divinités shintō finirent par être considérées comme des apparences locales déguisées en bouddhas et bodhisattvas étrangers (suijakushin (垂迹神, circumstantial appearance gods?))[14]. Ainsi, de nombreuses figures shinto ont été assimilées à des divinités bouddhistes[9]. Cela était aussi parfois réciproque, comme dans le cas du bouddhiste Benzaiten et du shinto kami Ugajin.

Ce syncrétisme a été officiellement aboli par la création de l'empereur Meiji en 1868 avec l'ordre de séparation du shinto et du bouddhisme (神 仏 分離 令, également 仏 混淆 禁止Shinbutsu Konkō Kinshi)[8].

Niveau 6 : Maîtres religieux (Kōsō Soshi)Modifier

 
"Daruma Daishi" Bodhidharma, fondateur du bouddhisme zen.

Le bouddhisme a également créé une iconographie pour les hommes saints qui ont contribué à sa diffusion. Ce sont des êtres historiques, bien que certains éléments légendaires puissent leur être rattachés. Certains, tels que Kōbō-Daishi, fondateur du bouddhisme Shingon, font l'objet d'une dévotion équivalente à celle des bouddhas ou des bodhisattvas. Certains ont également acquis les qualités d'esprits protecteurs, tels que Battabara protecteur des bains ou Fudaishi, protecteur des bibliothèques monastiques. La liste de ces maîtres religieux comprend des hommes des "Trois pays" où le bouddhisme est né et a prospéré le long de la route de la soie : Inde, Chine, Japon[8]. Les Seize arhats, hommes saints prédécesseurs ou disciples du Bouddha, font également partie de cette catégorie.

Huit légions (japonais : 八部衆, Hachi Bushū)Modifier

En sanscrit, ces classes d'êtres s'appellent les Aṣṭagatyaḥ ou les Aṣṭauparṣadaḥ.

  1. Tenbu (japonais : 天部) / Deva
  2. Ryu (japonais : ) / Naga
  3. Yasha (japonais : 夜叉) / Yaksha
  4. Kendatsuba (japonais : 乾闥婆) / Gandharva
  5. Ashura (japonais : 阿修羅) / Asura
  6. Karura (japonais : 迦楼羅) / Garuda
  7. Kinnara (japonais : 緊那羅) / Kinnara
  8. Magoraka (japonais : 摩睺羅伽) / Mahoraga [15]

Voir égalementModifier

RemarquesModifier

  1. Religion of the Samurai, Kaiten Nukariya, p.87
  2. An Introduction to Buddhist Esoterism, Benoytosh Bhattacharyya, p. 120
  3. a b et c Buddhist art & antiquities of Himachal Pradesh, up to 8th century A.D., Omacanda Handa, p.82 [1]
  4.  : Une introduction à l'ésotérisme bouddhiste Benoytosh Bhattacharyya p.121 [2]
  5. Buddhist art & antiquities of Himachal Pradesh, up to 8th century A.D.. Omacanda Hāṇḍā, p.83 [3]
  6. The body: toward an Eastern mind-body theory, Yasuo Yuasa, Thomas P. Kasulis, p.125 [4]
  7. Notice au Musée Guimet
  8. a b c d e f g h et i Exposition Musée Guimet
  9. a et b Sources of Japanese tradition, William Theodore De Bary, p.338
  10. La religion des samouraïs Kaiten Nukariya p.88
  11. La religion au Népal par KR van Kooij p.22
  12. The Hero with a Thousand Faces, Joseph Campbell, p.129
  13. Tantric Buddhism and altered states of consciousness, Louise Child, p.109 [5]
  14. (ja) Butsuzō no Mikata Handobukku, Tokyo, Ikeda Shoten, (ISBN 978-4-262-15695-8), p. 120
  15. http://www.onmarkproductions.com/html/hachi-bushu.shtml#karura