Paix d'Amiens

Paix d'Amiens
Description de cette image, également commentée ci-après
La Paix d'Amiens par Jules-Claude Ziegler (1853).
Ébauche
Signé 25 mars et
Amiens
Drapeau de la France République française
Parties
Parties Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Flag of the navy of the Batavian Republic.svg République batave
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Signataires Joseph Bonaparte
José Nicolás de Azara
Rutger Jan Schimmelpenninck
Charles Cornwallis

La paix d'Amiens est le nom donné à la période de paix qui s'amorce avec le traité d'Amiens, signé le entre le Royaume-Uni d'une part et la France, l'Espagne et la République batave, de l'autre part.

« Le premier baiser depuis dix ans ! ou la rencontre entre Britannia et le Citoyen français. »
Le Citoyen français : « Madame, permettez-moi de témoigner de ma profonde estime envers votre charmante personne et de sceller sur vos lèvres divines mon attachement éternel ! » Britannia : « Monsieur, vous êtes un gentleman vraiment bien élevé ! Bien que vous me fassiez rougir, vous embrassez si délicatement que je ne puis rien vous refuser, même si j'étais certaine que vous me tromperiez encore ! ». Caricature de James Gillray ().

La paix ne dure que treize mois et prend fin le . C'est la seule période de paix générale en Europe durant les guerres de Coalitions, c'est-à-dire de l'ouverture des hostilités entre la France et le Saint-Empire au printemps 1792 jusqu'à la première abdication de Napoléon Ier en 1814. Cette période sépare les guerres de la Révolution française (1792–1802) et les guerres napoléoniennes (1803-1815).

Contexte historiqueModifier

Après les victoires de Bonaparte à Marengo, de Moreau à Hohenlinden et de Brune et de Murat en Italie (plaine du et Toscane), les Autrichiens se séparent de la Deuxième Coalition et signent avec la France le traité de Lunéville le . Naples signe ensuite la paix à Florence, et la Russie de Paul Ier prend ses distances jusqu'à ce que son successeur Alexandre Ier conclue une convention de paix secrète avec Bonaparte le .

Au Royaume-Uni, William Pitt est renversé le . Les Britanniques sont isolés et envisagent la paix. Bonaparte attend les résultats de l'expédition d'Égypte, qui aboutit à une impasse après l'assassinat de Kléber. L'armée reprise par Menou ne peut résister à la contre-offensive anglo-ottomane.

Les négociations s'ouvrent à Londres, menées, côté français, par Louis-Guillaume Otto, et les préliminaires sont signés le (9 vendémiaire an X). Le congrès d'Amiens débute le . Il rassemble la République française, le royaume d'Espagne et la République batave (anciennes Provinces-Unies) d'un côté et le Royaume-Uni de l'autre. La France est représentée, comme à Lunéville, par Joseph Bonaparte, l'Espagne par José Nicolás de Azara et la République batave par Rutger Jan Schimmelpenninck, le Royaume-Uni par Cornwallis, qui s'engage aussi au nom de l'Empire ottoman, son allié.

Le traité est conclu le (4 germinal an X), puis signé le à l'hôtel de ville d'Amiens.

ConditionsModifier

Le traité stipule la restitution des possessions qui furent prises pendant la guerre (Martinique, Tobago et de Sainte-Lucie[1]) sauf l'île de la Trinité et Ceylan, qui sont laissées aux Britanniques.

En Afrique, la colonie du Cap retourne aux Pays-Bas. En Amérique du sud, les frontières sont fixées entre la Guyane et le Brésil, la République des Sept-Îles (îles Ioniennes) est reconnue, tandis qu'en Amérique du nord, les droits des pêches de Terre-Neuve et sur le bois de Saint-Pierre-et-Miquelon sont délimités, les droits de la maison de Nassau aux Pays-Bas sont compensés et le statut de Malte et des chevaliers de Saint-Jean prévoit leur indépendance à l'égard du Royaume-Uni et de la France.

Naples et Rome doivent être évacués par la France. Et surtout cette Paix d’Amiens permet la restitution de la Martinique à la France, après une courte occupation britannique[2].

Portoferraio doit être évacué par le Royaume-Uni, qui ne reconnaît toutefois pas les modifications territoriales issues de la Révolution française.

ConséquencesModifier

 
Loi du 30 floréal an X ().

Pour les îles restituées à la France où l'abolition de 1794 n'avait jamais été appliquée (en particulier la Martinique), la loi confirme non seulement la pratique de la traite négrière mais aussi l'esclavage « conformément aux lois et réglemens antérieurs à mil sept cent quatre vingt neuf » par son article premier, alors que l'article 2 va plus loin en étendant le dispositif aux Mascareignes (île Bourbon - actuelle La Réunion -, Île-de-France - actuelle île Maurice - et le reste de l'archipel), où l'abolition de 1794 n'avait jamais pu être appliquée en raison de l'opposition des colons et de l'absence de réaction de la part de la République[1].

Adoptée quelques semaines après le traité d'Amiens, la loi du 30 floréal an X () ne rétablit pas de facto l’esclavage, mais pas légalement, contrairement à l'arrêté du 27 messidor an X (), demeuré manuscrit, non publié au Bulletin des lois et communiqué seulement au ministre de la Marine, qui traite de l'esclavage en Guadeloupe, et à celui du pour la Guyane[1].

Le Premier consul déclare devant les chambres et le Sénat : « À Saint-Domingue et à la Guadeloupe, il n'y a plus d’esclaves, tout y est libre et tout y restera libre », mais il laisse entrevoir dans ses instructions secrètes au général Leclerc que l'esclavage devra être rétabli : à la Martinique, prise par les Britanniques durant la Révolution et rendue aux Français après le traité d'Amiens, ce seront des principes différents. La Martinique a conservé l'esclavage et l'esclavage y sera conservé. Légalement, ce texte ne rétablit pas l’esclavage en Guyane, en Guadeloupe ou à Saint-Domingue.

Dès le début des négociations avec le Royaume-Uni, Bonaparte charge Leclerc, son beau-frère, de conduire l'expédition de Saint-Domingue et de rétablir dans l'île l'ordre et l'autorité de la France. L'expédition subit une défaite face aux locaux, libérés de l'esclavage depuis 1793, qui sont aidés par le climat de l'île et qui n'hésitent pas à incendier eux-mêmes la capitale de Saint-Domingue, Port-au-Prince. Décimés par la fièvre jaune, les soldats de l'armée du Rhin sont acculés à la mer. Pendant ce temps, les Britanniques voient d'un mauvais œil le retour de la France dans les colonies. Des navires corsaires britanniques harcèlent les navires français et compromettent le ravitaillement. À la Guadeloupe, une expédition militaire française parvient à rétablir l'esclavage au prix d'un conflit qui coûtera la vie à 10 % de la population.

Jugeant la défense de l'Amérique française trop difficile contre le Britanniques à cause de sa situation lointaine et la suprématie navale britannique, Bonaparte vend l'immense territoire de la Louisiane aux États-Unis, en 1803, seulement trois ans après avoir négocié auprès de l'Espagne sa restitution à la France.

La paix est rompue après le retour au pouvoir de William Pitt le Jeune, qui organise la Troisième Coalition et déclare la guerre à la France. L'armée des émigrés menace à nouveau la France, et les intrigues visant à restaurer Louis XVIII se développent, ajoutées à la conspiration de Georges Cadoudal contre Bonaparte.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Tiphaine Gaumy, « 1802, la traite et l'esclavage sont autorisés », sur Archives nationales (consulté le )
  2. "Ordonner et régénérer l'ordre urbain tropical : les projets de ségrégation spatiale à la Martinique de 1802 à 1809" par Lionel Trani, dans Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques 2014 [1]