Ouvrir le menu principal

Louis-Guillaume Otto

diplomate français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Otto.
Louis-Guillaume Otto
Le comte Otto de Mosloy et le comte Pelet.jpg
Louis-Guillaume Otto et le comte Pelet.
Fonction
Ambassadeur
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
1753 ou 1754
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
diplomate
Autres informations
Distinction
Père-Lachaise - Division 37 - Otto-Pellet 11.jpg
Vue de la sépulture.

Louis-Guillaume Otto, comte de Mosloy (1753 ou 1754 - ) est un diplomate français des XVIIIe et XIXe siècles.

BiographieModifier

Louis-Guillaume Otto, futur comte de Mosloy, voit le jour, selon les sources, soit à Strasbourg en 1753 soit à Kork près de Kehl, dans le duché de Bade, le 7 août 1754.

Il devient l'élève de Christophe-Guillaume Koch et l'ami d'Emmanuel-Joseph Sieyès.

En 1779 il part aux États-Unis d'Amérique en tant que secrétaire particulier du chevalier de La Luzerne. Dans ce tout jeune pays, il succède en mai 1785 à François Barbé-Marbois comme secrétaire de légation puis assure par deux fois l'intérim de ses chefs comme chargé d'affaires. George Washington et les principaux membres du Congrès américain l'honorent de leur amitié.

Il rentre en France fin 1792. Peu après, le Comité de salut public le nomme chef de la première division politique des relations extérieures. Mais la journée révolutionnaire du 31 mai 1793, qui voit la chute des Girondins, provoque sa destitution et son arrestation. Il passe alors fort près de la guillotine.

Il suit ensuite Emmanuel-Joseph Sieyès à Berlin, en tant que secrétaire de légation, puis y reste comme chargé d'affaires quand son ami est élu Directeur.

En 1800, il est nommé à Londres, d'abord comme commissaire pour l'échange des prisonniers de guerre, puis comme ministre plénipotentiaire. Chargé d'entamer des négociations de paix avec le cabinet britannique, il négocie en 1801 les préliminaires de la paix d'Amiens.

L'année 1803 le voit en poste à Munich, à la cour de l'Électeur de Bavière. En 1805, son influence sur l'Électeur lui vaut de Napoléon une nomination au Conseil d'État et la plaque de grand-officier de la Légion d'honneur.

Nommé ambassadeur à Vienne en 1810[1], il y négocie les conditions du mariage de Napoléon avec l'archiduchesse Marie-Louise. L'Empereur lui témoigne sa gratitude en le créant comte de Mosloy en 1810. Lors de son séjour à Vienne, Louis-Guillaume Otto est naturellement en relation avec le comte Metternich, devenu chancelier de l'Empire, autre ancien élève de Koch.

Tenu à l'écart des affaires sous la première Restauration, il devient durant les Cent-Jours sous-secrétaire d'État aux Relations extérieures.

 
Tombe de Louis-Guillaume Otto, comte de Mosloy

Il se retire de la vie politique au retour des Bourbons et meurt à Paris le 9 novembre 1817.

Louis-Guillaume Otto de Mosloy repose dans la 37e division du Cimetière du Père-Lachaise[2].

Fonctions ministériellesModifier

ArmesModifier

  • « Écartelé, aux 1 et 4 fascé d'or et de sable ; au 2 d'argent à une loutre de sable issante d'une rivière d'azur engoulant un poisson d'or ; au 3 de gueules au lion léopardé d'or tenant un cœur d'argent ».

Notes et référencesModifier

  1. Site de l'ambassade de France en Autriche : http://www.ambafrance-at.org/spip.php?article2059
  2. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 612

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :