Ouvrir le menu principal

PGO (entreprise)

constructeur automobile
(Redirigé depuis PGO (automobile))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PGO.

PGO Automobiles
Création 1980
Fondateurs Gilles et Olivier Prévôt
Personnages clés Laurent Skrzypczak et Olivier Baudouin
Forme juridique SA conseil de surveillance et directoire
Siège social Saint-Christol-lès-Alès
Drapeau de France France
Direction Loïc Perois
Actionnaires Naser International Gen. Trading & Contracting Co. W.L.L. (21 %)
Symex International L.L.C. (15 %)
Al Atlas for Cars Est (15 %)
Casalva Germany GmbH (12,07 %)
flottant (42,93 %)
Activité Construction de véhicules automobiles
Produits Automobile (catégorie Loisirs)
Société mère Al Sayer[1]
Effectif 52[réf. nécessaire]
Site web www.pgo.fr/

Fonds propres en diminution –2,28 M€[réf. nécessaire]
Dette en augmentation 11,2 M€[réf. nécessaire]
Chiffre d'affaires en augmentation 1,68 M€ (2015)[réf. nécessaire]
en augmentation 325 %[réf. nécessaire]
Bilan comptable en diminution 9,24 M€[réf. nécessaire]
Résultat net en augmentation –5,42 M€[réf. nécessaire]
en augmentation 16,3 %[réf. nécessaire]

PGO (pour Prévôt, Gilles et Olivier) est un constructeur automobile français spécialisé dans les voitures de sport. La marque est installée à Saint-Christol-lès-Alès, dans le Gard. La production annuelle de PGO Automobiles varie de quarante à quatre-vingts véhicules selon les années et les commandes.

HistoireModifier

La marque PGO est lancée en 1980 par deux frères, Gilles et Olivier Prévôt, pour fabriquer des répliques d'AC Cobra.

En 1998, deux entrepreneurs français, Laurent Skrzypczak et Olivier Baudouin, rachètent la société. L'activité est uniquement centrée sur une reproduction de la Porsche 356, sur une base mécanique de Volkswagen Coccinelle.

En 2000, PGO Automobiles crée un prototype de véhicule présenté au salon de l'automobile de Paris : le Speedster II, mécanique issue d'une collection Peugeot et une carrosserie en fibres composites sur un châssis maison.

PGO Automobiles entre en bourse en 2002.

En 2004, Porsche intente à PGO un procès pour « contrefaçon, concurrence déloyale et parasitaire » que le petit constructeur d'Alès gagne en appel, obligeant la firme allemande à lui rembourser les frais occasionnés par cette action en justice[2].

En 2005, le groupe koweïtien Naser International prend 51 % du capital, et poursuit la production de véhicules.

 
La Cévennes au Mondial 2012.

PGO, sur la base de son Speedster II, sort en 2005 la Cévennes.

Au Mondial de l'automobile de Paris 2008, PGO présente un concept-car nommé « Hemera » basé sur la Cévennes et préfigurant le futur coupé de la marque. PGO possède alors trois modèles basés sur le même châssis : les cabriolets Speedster II et Cévennes, et le coupé Hemera.

Le 29 février 2012, PGO Automobiles SA et BMW signent un contrat de fourniture moteur qui permet à PGO d'équiper ses modèles du moteur 1,6 L THP[3] dans sa version 184 ch qui équipe les modèles de Mini comme la Mini Cooper S. Les moteurs sont fabriqués par la société Française de mécanique implantée à Douvrin, Pas-de-Calais.

Au Mondial de l'automobile de Paris 2012, PGO présente la Cévennes restylée et dotée d'un nouveau moteur d'1,6 L développant 184 ch fourni par BMW qui atteint 225 km/h en vitesse de pointe, en remplacement des moteurs PSA de 2 L 140 ch (qui offraient une vitesse de pointe de 215 km/h). Une boîte à six rapports et un régulateur de vitesse accompagnent l'arrivée des nouveaux moteurs[4].

Le 10 octobre 2017, Loïc Perois, ancien directeur général délégué, revient dans l'entreprise ; il est nommé PDG par les propriétaires koweïtiens[1].

Informations économiquesModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier