Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neith (homonymie).

Neith
Image illustrative de l’article Neith (femme de Pépi II)
Restitution de la pyramide de Neith à Saqqarah
Nom en hiéroglyphe
N35
X1
R24
B7
Transcription N.t
Famille
Père Pépi Ier
Mère Ânkhésenpépi Ire
Conjoint Pépi II
Enfant(s) Mérenrê II
Fratrie Mérenrê Ier, Horneterikhet
Sépulture
Nom Pyramide de Neith
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Saqqarah
Découvreur Gustave Jéquier
Objets Textes des pyramides
sarcophage en granite rouge d'Assouan
Coffre à vases canope
Vaisselles en diorite et albâtre

Neith est la grande épouse royale de Pépi II, pharaon de la VIe dynastie.

GénéalogieModifier

Princesse royale, elle est la fille de Pépi Ier et d'Ânkhésenpépi Ire. Comme pour les reines de cette époque elle reçoit le privilège de se faire bâtir sa tombe à Saqqarah dans la nécropole royale de son époux. Elle lui donnera un fils qui règnera sous le nom de Mérenrê II.

Certains auteurs pensent que Neith a régné à la suite de son fils mort prématurément et de ce fait l'associent à la reine Nitocris mentionnée par Manéthon de Sebennytos dans son histoire de l'Égypte, les Ægyptiaca, qu'il écrivit pour le compte de Ptolémée Ier Sôter. De nombreuses légendes contribuent à faire de ce personnage une figure haute en couleur et légendaire dont le public grec était friand.

Quoi qu'il en soit, Neith était une reine importante dont les titres d'épouse du roi et de mère du roi, associés à un petit complexe pyramidal complet démontrent l'influence et l'importance qu'elle exerça sur son temps.

SépultureModifier

Sa pyramide a été retrouvée parmi la nécropole de son époux Pépi II.

Outre des vestiges du viatique funéraire qui l'accompagnait dans son voyage dans l'au-delà, le caveau de la reine était décoré sur sa paroi ouest d'un motif de façade de palais et pour les autres parois de textes des pyramides.

Neith serait donc la seconde grande épouse royale à recevoir le privilège d'accéder à l'immortalité au moyen de ces textes sacrés autrefois réservés au seul souverain et maître de l'Égypte[1].

NotesModifier

  1. Les premiers textes de pyramides attestés jusqu'ici pour une grande épouse royale, appartiennent au caveau de la reine Ânkhésenpépi II