Orgnac-l'Aven

commune française du département de l'Ardèche

Orgnac-l'Aven
Orgnac-l'Aven
L'église Saint-Pierre d'Orgnac-l'Aven, XIXème siècle.
Blason de Orgnac-l'Aven
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche
Maire
Mandat
René Ughetto
2020-2026
Code postal 07150
Code commune 07168
Démographie
Gentilé Orgnacois
Population
municipale
588 hab. (2018 en augmentation de 5,95 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 25″ nord, 4° 26′ 03″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 388 m
Superficie 21,84 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vallon-Pont-d'Arc
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Orgnac-l'Aven
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Orgnac-l'Aven
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orgnac-l'Aven
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orgnac-l'Aven

Orgnac-l'Aven est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est notamment connue pour son célèbre aven.

Ses habitants sont appelés les Orgnacois et les Orgnacoises[1].

GéographieModifier

SituationModifier

Orgnac-l'Aven est située en Ardèche méridionale, à la limite du département du Gard, entre les gorges de l'Ardèche et les gorges de la Cèze.

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

Sur une superficie de 2 184 hectares, la municipalité comprend de nombreux hameaux et lieux-dits, parmi lesquels Massargue, Bruguier, Pouzol, Bardelle , Beth et Cassagnol.

Communes limitrophesModifier

Orgnac-l'Aven est limitrophe de cinq communes, dont une est placée dans le département de l'Ardèche et quatre dans le Gard. Elles sont réparties de la manière suivante :

 
Carte de la commune


  Labastide-de-Virac (Ardèche)  
Barjac (Gard) N Le Garn (Gard)
O    Orgnac-l'Aven    E
S
Montclus (Gard) Issirac(Gard)

Géologie et reliefModifier

La commune est située sur le plateau urgonien qui sépare les vallées de l'Ardèche et de la Cèze. Le sous-sol est percé par de nombreux réseaux karstiques, dont certains peuvent être visités à partir des avens ouverts au public et d'autres accessibles seulement aux spéléologues expérimentés.

Le relief est très vallonné en raison de l'érosion du plateau calcaire par l'eau. Les altitudes supérieures à 300 mètres se trouvent au nord de la commune, dans le bois de Ronze. La commune est située en grande partie sur le versant sud du plateau qui descend vers la vallée de la Cèze et se situe presque intégralement dans son bassin versant. Seule une petite partie de son territoire, au nord du col de la Forestière, se trouve dans le bassin versant de l'Ardèche.

ClimatModifier

Le climat est de type méditerranéen.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Orgnac-l'Aven est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (71,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (71,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,9 %), cultures permanentes (23,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,7 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %), zones urbanisées (1,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

 
La salle supérieure de l'aven d'Orgnac.

L’histoire de la commune est fortement marquée par la présence sur son territoire d'un aven connu par ses aménagements touristiques et le volume des salles visitées. L'aven du Bertras est exploré en août 1935 par une équipe de spéléologues dirigée par Robert de Joly, cet aven de grand intérêt scientifique et touristique prend le nom du village : l'aven d'Orgnac. La commune possède plusieurs autres avens et cavités occupés par l'homme depuis le moustérien jusqu'à la fin du néolithique (la baume de Ronze ou Orgnac II, l'aven d'Orgnac III fouillé depuis les années 1960 et occupé par des Néandertaliens, et d'autres plus discrets. Tous ces sites archéologiques sont fragiles et protégés, ils ne se visitent pas. En 1988, le musée régional de Préhistoire est ouvert sur le site de l'aven pour regrouper les découvertes archéologiques du plateau et des gorges de l'Ardèche. L'aven et le musée obtiennent le label Grand Site de France en 2004.

La révolution de 1848 est bien accueillie à Orgnac, mais est l'occasion de faire éclater au grand jour des rivalités auparavant enfouies. L'ancien maire, révoqué car jugé trop proche de l'ancien régime, refuse de remettre le sceau de la commune au nouveau maire. Celui-ci lui arrache lors d'un coup de force, accompagné d'une petite troupe de partisans. En réaction, les partisans de l'ancien maire pétitionnent auprès du commissaire du gouvernement, rappelant que le nouveau maire avait déjà exercé jusqu'en 1837 et avait été révoqué sur pétition des habitants[9].

HéraldiqueModifier

Les armes d'Orgnac-l'Aven se blasonnent ainsi :
De vair, au pal losangé de sable et d’or.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
  1837 Pradier   destitué, à la suite des réclamations des habitants[9]
         
mars 1848   Pradier[9]    
         
juin 1995 En cours
(au )
René Ughetto[10],[11] PS Retraité

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 588 habitants[Note 2], en augmentation de 5,95 % par rapport à 2013 (Ardèche : +1,94 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361340321383390410460540574
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557560566553529521513537535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523518508371370365347320288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
281281297323327341473532574
2018 - - - - - - - -
588--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et événementsModifier

ÉconomieModifier

Le tourisme contribue fortement à l'économie de la commune, grâce à la présence de l'aven d'Orgnac et la proximité des gorges de l'Ardèche. Orgnac-l'Aven compte un camping municipal et trois hôtels-restaurants.

L'agriculture est en grande partie tournée vers la viticulture. Orgnac-l'Aven est une des neuf communes ardéchoises situées dans l'AOC côtes-du-vivarais et possède une importante coopérative viticole. On y trouve aussi des cultures fruitières et céréalières, ainsi que des champs d'oliviers et de l’élevage ovin et caprin.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier


Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Nom des habitants d'Orgnac-l'Aven, sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. a b et c Éric Darrieux, « L'accueil de la Seconde République au village en Ardèche », in Rives nord-méditerranéennes, Paysans et pouvoirs local, le temps des révolutions, mis en ligne le 22 juillet 2005, consulté le 16 mai 2013
  10. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  11. Liste des maires de l'Ardèche [PDF], Préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Vincent Biot, Mélanie Duval et Christophe Gauchon, « L’aven d’Orgnac - Identification d’un haut lieu du tourisme souterrain », dans Jean-Jacques Delannoy, Christophe Gauchon et Stéphane Jaillet (dir.), L'Aven d'Orgnac, valorisation touristique, apports scientifiques, (lire en ligne [PDF]), p. 13-35, p. 17.