Octave Penguilly L'Haridon

peintre français
Octave Penguilly L'Haridon
Octave Penguilly L'Haridon BNF Gallica Atelier Nadar.jpg
Octave Penguilly L'Haridon photographié par Nadar.
Naissance
Décès
(à 59 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Œuvres principales
Combat des Trente
Les Petites mouettes, rivage de Belle-Île-en-Mer

Octave Penguilly L'Haridon né à Paris le et mort dans la même ville le est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français.

Lieutenant-colonel, il termine sa carrière militaire comme conservateur du musée de l'Artillerie à Paris et de la collection d'armes et d'armures de Napoléon III. Sa peinture manifeste une originalité qui s'éloigne des principes académiques traditionnels.

BiographieModifier

Provenant d'une famille d'origine finistérienne, Octavien (dit Octave) Penguilly L'Haridon est le fils du baron Penguilly L'Haridon, ancien commissaire des guerres de la Vieille Garde impériale, et de Louise Marie Labiche. Né le à Paris, il demeure célibataire et meurt le à son domicile parisien, au 1, place Saint-Thomas-d'Aquin[1]. Il « appartenait tout à la fois à l'armée, aux beaux-arts et à la société parisienne[2]. »

Sa carrière militaireModifier

Le , Octave Penguilly L'Haridon est admis à l'École polytechnique[3] et rejoint en 1833, en qualité de sous-lieutenant, l'École d'application d'artillerie à Metz. Sorti lieutenant le , il devient capitaine le et commande la 7e batterie du 7e régiment de 1848 à 1852. Rejoignant ensuite l'École polytechnique (1853-1854) en tant qu'inspecteur des études[4], il est nommé, en 1856, conservateur du musée de l'Artillerie, en remplacement de Félicien de Saulcy, admis en retraite[5]. Promu chef d'escadron le , il termine sa carrière militaire en étant nommé, le , au grade de lieutenant-colonel[6].

Ses fonctions de conservateurModifier

 
Eugène Giraud, Octave Penguilly L'Haridon (1866), aquarelle de l'album Les Soirées du Louvre, Paris, BnF[7].

Le , il reçoit au musée de l'Artillerie l'empereur Napoléon III pour lui présenter les pièces de canon, arrivées de Rhodes la veille, ainsi que la collection des armes chinoises récemment disposées[8].

La même année, il publie le Catalogue des collections composant le Musée d'artillerie. « Sous ce titre si peu éclatant, le lecteur trouvera un ouvrage qui a coûté d'immenses recherches et qui contient des trésors de savoir, un ouvrage de bénédictin » écrit le Journal des débats en 1863[9].

Napoléon III, admiratif de ce travail, le charge du classement de la collection de Pierrefonds et lui donne le titre honorifique de conservateur de sa collection d'armes[10].

Le , Octave Penguilly L'Haridon est nommé, par décret, conservateur de la collection d'armures de la salle des Preuses, qui avait été complétée par plusieurs envois de l'empereur[11].

Mêlant de front l'arme et les arts, il met à profit ses rapports avec les grands collectionneurs et sa situation auprès de l'empereur pour faire bénéficier le musée de l'Artillerie de dons nombreux et importants[10].

Sa carrière artistiqueModifier

Parallèlement à sa carrière militaire d'officier d'artillerie, Octave Penguilly L'Haridon se consacre à sa passion pour le dessin puis la peinture. Alors qu'il est élève à l'École d'application à Metz, il participe en 1834 à l'exposition de la Société des amis des arts où il remporte une médaille. Dans son rapport, le jury est élogieux : « M. L'Haridon a exposé deux dessins qui décèlent dans leur auteur des dispositions remarquables pour la composition ; l'un dans le genre fantaisiste et exécuté à la mine de plomb, est intitulé : Concert de Venise ; l'autre exécuté à la plume, représente l'intérieur d'un corps de garde au XVIe siècle. (…) Si quelque circonstance enlevait M. L'Haridon à la carrière qu'il a embrassée, et lui permettait de se consacrer entièrement au doux commerce des Muses, on serait en droit d'attendre de lui, avant quelques années, des travaux remarquables. Une médaille de 2e classe est décerné à M. L'Haridon[12]. »

La formation artistique de Penguilly L'Haridon débute dès 1835 par des cours de dessin de Nicolas-Toussaint Charlet. Il commence par présenter des dessins au Salon de 1835.

En 1840, L'Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts, dresse ce portrait de lui : « un très-remarquable début de dessinateur, une véritable révélation, un nouveau venu qui mérite toutes les sympathies de la critique. Celui-là dessine comme vous ou moi pourrions écrire, si nous avions la main légère, une plume bien taillée, du beau papier glacé sous notre plume, un style sans fin, beaucoup d'idées dans la tête et beaucoup d'amour dans le cœur[13]. »

Il présente ensuite sa première peinture au Salon de 1841 et envoie régulièrement ses œuvres à partir de 1846 jusqu’à sa mort. Il a su se démarquer, notamment grâce à son tableau Combat des Trente (1857, musée des Beaux-Arts de Quimper), œuvre réaliste par la multiplicité des détails. La Bretagne lui inspire des paysages et des évocations historiques qui feront l'objet d'illustration de livres sur cette région, comme Bretagne ancienne et moderne et Bretagne et Vendée.

Il présente au Salon de 1859 un paysage intitulé Les Petites mouettes (1858, musée des Beaux-Arts de Rennes), remarqué par Charles Baudelaire, dont le sujet, la composition et les couleurs prennent leurs distances avec les principes académiques traditionnels. Un peu plus tard, Octave Penguilly L'Haridon choisit de renouveler l'iconographie traditionnelle dans son tableau Les Bergers, conduits par l'étoile, se rendent à Bethléem (1863, Paris, musée d'Orsay). En effet, les bergers sont représentés ici comme des bédouins contemporains accompagnés de leurs chiens, et le lieu saint vers lequel ils se dirigent est en fait une bourgade en plein désert, signalée par une étoile qui la domine.

Le comte Horace de Viel-Castel écrit dans ses Mémoires, à la date du , que « la Princesse Mathilde s'extasie devant les dessins et tableaux du brave commandant Penguilly L'haridon[14]. »

La Maison de l'empereur fait l'acquisition de plusieurs de ses tableaux : Les Binious bretons (1855), Le Combat des Trente (1857), Ronde d'officiers du temps de Charles Quint (1859), Les Petites mouettes (1859), Saint Jérôme (1861), Un tripot (1863), Bergers conduits par l'étoile se rendant à Bethléem (1863), La Leçon d'équitation (1864), Chevalier dictant une lettre à un moine (1865), Protée et ses phoques (1866), L'Enfant prodigue (1868), Côtes de Belleville (1869)[15].

DistinctionsModifier

  • 1847 : médaille de 3e classe, peinture (genre).
  • 1848 : médaille de 2e classe, peinture (genre).
  • 1851 : chevalier de la Légion d'honneur[16].
  • 1862 : officier de la Légion d'honneur[17].

Œuvres exposées aux Salons parisiensModifier

Octave Penguilly L'Haridon expose d'abord des dessins, puis des peintures[18] :

  • 1835 :
    • Danse de paysans bretons, dessin à la plume ;
    • Marché de Bretagne, dessin à la plume ;
    • Corps-de-garde du temps de la ligue, dessin à la plume ;
    • Conte de fée, dessin à la plume ;
    • Bouteselle, dessin à la plume.
  • 1836 : L'Espion, scène militaire du temps de Louis XIII, dessin à la plume.
  • 1840 :
    • La Fête de ville, dessin à la plume ;
    • Trente vignettes pour le Roman Comique de Scarron, dessin à la plume.
  • 1841 : Le Chemin perdu.
  • 1842 : Les Deux chevriers.
  • 1843 : Les Fourberies de Scapin, dessin.
  • 1846 :
    • Parade ;
    • La Sentinelle ;
    • Le Ravin.
  • 1847 :
    • Un tripot ;
    • Intérieur de la ferme, ancienne collection du duc de Montpensier ;
    • Un mendiant, ancienne collection du duc de Montpensier ;
    • Paysage par un temps de pluie.
  • 1848 :
    • Écueils sur l'île de Batz par une marée basse de l'équinoxe (Finistère) ;
    • Combat de Don Quichotte contre les moulins à vent ;
    • Retour de Don Quichotte.
  • 1849 :
    • Don Quichotte voit berner Sancho Pança ;
    • Cabaret breton, costumes de Pont-l'Abbé et de Pleyben (Finistère).
  • 1850 :
    • Les Maraudeurs
    • Halte de cavaliers flamands par une matinée d'hiver ;
    • Dimanche avant les vêpres ;
    • Cabaret breton un jour d'assemblée ;
    • Souvenir d'Alsace (clair de lune) ;
    • Au clair de lune ;
    • Vieux troubadour ;
    • Lansquenet ivre ;
    • Tête de buveur ;
    • La Danseuse et le feu-follet ;
    • Le Sabbat.
  • 1852 :
    • Calvin ;
    • Les Approches d'une tempête sur les côtes du Finistère, à marée montante ;
    • Mendiant assis près d'une fontaine consacrée à la Vierge (Finistère).
  • 1853 :
    • Le Cavalier. Paysage.
  • 1855 :
    • Un inventeur ;
    • Binious breton
    • Le tripot, précédemment exposé au Salon de 1847 ;
    • Une vedette gauloise ;
    • L'Invitation.
  • 1857 : Combat des Trente (1350).
  • 1859 :
    • Train d'artillerie du temps de Louis XIII, en marche vers la fin du jour ;
    • Le Coup de l'étrier ;
    • Une ronde d'officiers du temps de Charles-Quint ;
    • Petite danse macabre : la Mort, dans une ronde symbolique, entraîne les quatre Âges de la vie humaine ;
    • La Plage, souvenir des environs de Saint-Malo ;
    • Les Approches des montagnes, souvenir des Pyrénées, versant Espagnol, coucher du soleil ;
    • La Plaine de Carnac et ses menhirs (Morbihan) ;
    • Les Petites mouettes, rivage de Belle-Isle-en-Mer, Port-Donan (Morbihan).
  • 1861 :
    • Les Rochers du Grand Paon, île de Bréhat ;
    • Mort de Judas ;
    • Saint Jérôme.
  • 1863 :
    • Les Bergers, conduits par l'étoile, se rendent à Bethléem ;
    • L'Arrivée à l'auberge ;
    • La Leçon d'équitation : ajuster les rênes.
  • 1864 :
    • Arrivée des mages à Bethléem ;
    • L'Ouragan.
  • 1865 :
    • Chevalier dictant une lettre à un moine (XVe siècle) ;
    • La Plage.
  • 1866 : Protée et ses phoques (Homère, Odyssée ; livre IV. Récit de la déesse Idothée).
  • 1867 :
    • Persée et Andromède ;
    • La Bohémienne.
  • 1868 :
    • Promenade sur le bord de la mer ;
    • L'Enfant prodigue.
  • 1869 :
    • Les Spatules ;
    • Côtes de Belleville.
  • 1870 :
    • Ville romaine bâtie aux pieds des Alpes-Dauphinoises quelque temps après la conquête des Gaules ;
    • Une venta dans la Manche.

Parmi ses autres œuvres :

  • Les Rochers du Grand Paon, île de Bréhat, 1861, huile sur toile, collection particulière[20] ;
  • Les Bergers, conduits par l'étoile, se rendent à Bethléem, 1863, huile sur toile, Paris, musée d'Orsay[21] ;
  • Côtes de Belleville, 1868, huile sur toile, Paris, Petit Palais[22].

Dessins, gravures et illustrationsModifier

Dessins d'Octave Penguilly L'Haridon ayant appartenu au marquis de Chennevières[23] :

  • 13 dessins à la pierre noire, à la mine de plomb et à l'aquarelle, dont :
    • Une cour de ferme ;
    • Un gibet ;
    • Paysages montagneux ;
    • Études d'arbres.
  • 19 dessins à la mine de plomb, à la plume, à la sanguine et au lavis de bistre, dont :
    • Un cardinal assis à table ;
    • La Toilette ;
    • La Centauresse ;
    • Arrivée des mages à Bethléem ;
    • Une fête villageoise ;
    • Costumes.

Octave Penguilly L'Haridon a gravé à l'eau-forte[24] :

  • Frontispices de Lénore et du Conseiller Krespel, dans la Pléïade de Curmer, 1842 ;
  • XVe siècle, l'Étude ;
  • Latréaumont ;
  • Halte flamande ;
  • La Sorcière de village ;
  • Les Truands (pour L'Artiste) ;
  • Un philosophe, vendeur de mort-aux-rats ;
  • Pèlerin montant au Calvaire ;
  • Hommes d'armes ;
  • Scène d'intérieur.

Il a illustré divers ouvrages : La Bretagne, et Bretagne et Vendée de Pitre-Chevalier, Les Français peints par eux-mêmes, et plusieurs des figures du Béranger de 1847[24].

PublicationsModifier

  • Octave Penguilly L'Haridon, Catalogue des collections composant le Musée d'artillerie, Paris, Charles de Mourgues frères, 1862 (lire en ligne).
  • Octave Penguilly L'Haridon, Catalogue des collections du Cabinet d'armes de S. M. l'empereur, Paris, Librairie centrale, 1865 (lire en ligne).

Notes et référencesModifier

  1. Actes d'état civil de la Ville de Paris, archives numérisées.
  2. Journal des débats politiques et littéraires, , p. 2.
  3. Journal des débats politiques et littéraires, , p. 3.
  4. Annuaire de l'état militaire de France jusqu'en 1847, puis Annuaire militaire de la République française à compter de 1848, par années successives, BnF (mise en ligne partielle sur Gallica).
  5. La Presse, 20e année, , p. 2.
  6. Le Moniteur universel, n°359, , p. 3.
  7. « Octave Penguilly L'Haridon », album Les Soirées du Louvre, sur Gallica.
  8. Le Constitutionnel, journal politique, littéraire, universel, 47e année, n°157, , p. 2.
  9. Xavier Raymond, Journal des débats politiques et littéraires, , p. 4.
  10. a et b Revue d'artillerie, 1985, pp. 550-551.
  11. Arnaud Timbert, Viollet-le-Duc et Pierrefonds : Histoire d'un chantier, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 2.
  12. Mémoires de l'Académie royale de Metz, 1834, pp. 63-64.
  13. Jules Janin, « Le Salon de 1840 », L'Artiste, 2e série, Tome V, p. 299.
  14. « Lundi 24 juin 1861», in Mémoires du comte Horace de Viel Castel sur le règne de Napoléon III (1851-1864), tome VI, p. 135, 1883.
  15. Maison de l'empereur Napoléon III. Musées impériaux et encouragement aux arts : ordonnances de paiement et pièces comptables à l'appui (1852-1870), Archives nationales. Compléments avec la base de données ARCHIM.
  16. Explication des ouvrages de peinture […] des artistes vivants exposés au Palais des Champs-Élysées le .
  17. Journal des débats politiques et littéraires, , p. 3.
  18. Explication des ouvrages de peinture […] des artistes vivants, par année d'exposition, sur BnF Gallica[réf. non conforme].
  19. Musée des beaux-arts de Rennes : Les Petites mouettes.
  20. sabix.revues.org.
  21. Musée d'Orsay : notice du tableau Les Bergers, conduits par l'étoile, se rendent à Bethléem.
  22. « Côtes de Belleville », notice sur petitpalais.paris.fr.
  23. Catalogue des dessins modernes, aquarelles, le tout ayant appartenu à feu M. le Marquis de Chennevières, Directeur Honoraire des Beaux-Arts, 1900, p. 105.
  24. a et b Henri Beraldi, Les graveurs du XIXe siècle : guide de l'amateur d'estampes modernes, 1885, p. 25.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Béatrice Fontanel, Daniel Wolfromm, Quand les artistes peignaient l’histoire de France, De Vercingétorix à 1918, Paris, Seuil, 2002.  
  • Émile Bellier de La Chavignerie, Dictionnaire général des artistes de l'École française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'à nos jours : architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et lithographes, tome 2, Paris, Librairie Renouard, 1885, p. 228 (en ligne).
  • Geneviève Lacambre, Jacqueline de Rohan-Chabot, Le Musée du Luxembourg en 1874, Paris, Éditions des Musées nationaux, 1974, p. 150.

Liens externesModifier