Ouvrir le menu principal

Nadhmi Auchi ou Nadhmi Shakir Auchi est un financier irakien et britannique né le 11 juin 1937 à Bagdad, en Irak. Il vécut en Irak jusqu'en 1979, puis au Luxembourg jusqu'en 1981. Installé à Londres en 1981, Nadhmi Auchi est naturalisé citoyen britannique la même année. Il compte parmi les sept premières fortunes du Royaume-Uni, avec Roman Abramovitch. Il a pour bras droit l'homme d'affaires irakien Nasir Abid. En 2011, sa fortune nette est estimée à 1,8 milliard $. Elle le place ainsi à la 692e place des hommes les plus riches du monde.

Sommaire

ParcoursModifier

  • Nadhmi Auchi a été jugé en compagnie de Saddam Hussein pour son implication dans une tentative d'assassinat Abdul Karim Qasim, premier ministre de l'Irak dans les années 1950. Après un attentat manqué à la mitraillette, la fuite à cheval en Syrie de Saddam Hussein est un des éléments de la mythologie du dictateur. Dans les années 1980s, un film d'État irakien The long days a retracé cet épisode. La voiture criblée de balle est exposée dans un palais de Saddam Hussein.
  • Cependant, il a toujours nié tout lien avec le dictateur et s'est toujours dépeint comme un réfugié politique, arguant que deux de ses frères ont été tués par le régime baassiste irakien. Cependant, il apparaît assez clair que Nadhmi Auchi s'est considérablement enrichi par son accès privilégié au cercle des dirigeants irakiens.
  • Nadhmi Auchi passe pour membre ou correspondant des services secrets britanniques[1].

IrakModifier

  • En 1987, Saddam Hussein ordonna la construction d'un pipe-line géant entre l'Irak et l'Arabie saoudite pour sécuriser l'exportation du pétrole irakien après la destruction du port pétrolier d'Umm Qasr pendant la guerre Iran-Irak. Une coentreprise franco-italienne utilisa le duo Nadhmi Auchi-Pierfrancesco Pacini Battaglia pour sécuriser le contrat. Selon Battaglia, la commission de Auchi pour ce contrat atteignit 11 millions de livres sterling versés dans des paradis bancaires comme Guernesey et le Liechtenstein au bénéfice d'une autre société panaméenne de Auchi, Barsy Services. Des commissions occultes ont été ainsi acheminées jusqu'à des dignitaires irakiens du parti Baas.
  • Le banquier italien Pierfrancesco Pacini Battaglia a également déclaré aux enquêteurs italiens de l'opération 'mains propres' que M. Auchi était l'un des intermédiaires les plus importants vers les pays du Moyen-Orient.
  • En mai 2003, Nadhmi Auchi aurait figuré sur la liste des personnalités pressenties pour jouer un rôle politique important en Irak.

LuxembourgModifier

  • Une grande partie des sociétés de Nadhmi Auchi est basée au Luxembourg, qui lui offre un important réseau relationnel en particulier dans le monde politique, en particulier Jacques Santer, Jacques Poos (1980-1982: Direction de la Banque continentale du Luxembourg (BCL ou "conti"); 1982-1984: Direction de la banque Paribas Luxembourg SA) et Nic Mosar, qui travaillèrent pour ses sociétés.

ItalieModifier

  • Le 28 décembre 1980, deux contrats furent conclus pour la vente de plusieurs frégates italiennes des chantiers Cantieri Navali Riuniti à l'Irak. Une commission d'enquête parlementaire italienne mit au jour des commissions occultes versées par une société panaméenne de Nadhmi Auchi, Dowal Corporation. Le magazine britannique The Observer a retrouvé une lettre de Auchi aux chantiers Cantieri Navali Riuniti demandant le paiement de 17 millions de dollars US dans un compte bancaire luxembourgeois.
  • Quatre ans après, il entre en relation avec le banquier italien Pierfrancesco Pacini Battaglia, qui sera au cœur des principales affaires politico-financières mises au jour pendant l'opération mains propres.
  • Comme intermédiaire, il fut chargé de la distribution de commissions occultes pour des dignitaires irakiens en marge de contrats pétroliers obtenus par des sociétés italiennes.

FranceModifier

Intermédiaire dans les gros contrats d'exportation vers le moyen-orient et le golfe Persique, Nadhmi Auchi s'est trouvé au centre de plusieurs affaires politico-financières françaises.

ElfModifier

  • Dans le domaine pétrolier, il participa à l'installation de pipe-lines, en association avec les groupes Elf et Total.

ParibasModifier

  • Les liens entre Auchi et Paribas datent des années 1970s. La Banque continentale du Luxembourg était contrôlé conjointement par Nadhmi Auchi and Paribas jusqu'en 1994.
  • Au début des années 1990, Auchi était le premier actionnaire de Paribas avec 12 % des parts.
  • En 2000, il joua un rôle central dans la fusion BNP-Paribas, tenant Paribas à l'abri d'un raider intempestif.
  • Selon son avocat londonien David Corker, General Mediterranean Holdings a depuis 2001 réduit ses parts de BNP Paribas de 0,8 % à 0.4 % de l'actionnariat total de la banque, ce qui en fait toujours l'un des principaux actionnaires.

GMFModifier

  • Auchi a participé au sauvetage de la GMF compromise dans des affaires à l'île de Saint-Martin.

Royaume-UniModifier

  • Au Royaume-Uni comme au Luxembourg, Auchi a recruté de nombreux hommes politiques européens pour siéger dans les directions et les conseils d'Administration de ses sociétés. : Lord David Steel, Lord Norman Lamont et Keith Vaz.
  • Auchi a de nombreux liens avec Tony Blair et le parti travailliste (Labour Party). En avril 2003, plusieurs parlementaires britanniques ont demandé à Tony Blair d'éclaircir ses relations avec le milliardaire.

Sociétés et participationsModifier

ParticipationsModifier

Intégrité publiqueModifier

  • Affaire Elf - Avec l'accord de la présidence française et sur les conseils d'Étienne Leandri, c'est Auchi qui a servi en 1990 d'intermédiaire à Elf pour le rachat du réseau espagnol de distribution Ertoil, une filiale du holding koweïtien KIO, transaction qui a donné lieu à une commission de 300 millions de francs. Il a été condamné pour ses commissions illicites.
  • Financement occulte du RPR ? - Dans son livre paru en octobre 2001, Affaire Elf, affaire d'État (Le Cherche Midi éditeur), Loïk Le Floch-Prigent évoque "des liens à éclaircir" entre Nadhmi Auchi et le RPR, évoquant notamment un homme d'affaires français, Patrick Maugein. "Si la justice voulait vraiment enquêter sur les fonds qu'aurait distribués Auchi, elle tomberait peut-être sur le RPR que présidait Jacques Chirac", écrit-il sans préciser davantage.

SourcesModifier

  • Tycoon Nadhmi Auchi in quiz over ties to Labour - The Observer - April 6th 2003
  • Affaire Elf, affaire d'État par Loïk Le Floch-Prigent (Le Cherche Midi éditeur, octobre 2001)
  • Sabine de la Laurencie : « On m'a demandé d'aller au Luxembourg chercher de l'argent » - Le Figaro - 19 avril 2001
  • M. Le Floch-Prigent évoque dans un livre un financement occulte du RPR par Elf - Le Monde - 5 octobre 2001

Voir aussiModifier

RéférenceModifier