Ouvrir le menu principal

Norman Lamont

personnalité politique britannique
Norman Lamont
Norman Lamont 2013.jpg
Fonctions
Membre du 51e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Chancelier de l'Échiquier
-
Secrétaire en chef du Trésor
-
David Mellor (en)
Membre du 50e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Secrétaire financier au Trésor (en)
-
John Moore, Baron Moore of Lower Marsh (en)
Minister for Defence Equipment, Support and Technology (en)
-
Adam Butler (en)
David Trefgarne (en)
Ministre d'État du Commerce (en)
-
-
Peter Morrison (en)
Membre du 49e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Membre du 48e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Membre du 47e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Membre du 46e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Membre du 45e Parlement du Royaume-Uni (d)
Kingston-upon-Thames (en)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
ShetlandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Fitzwilliam College
Loretto School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Titre honorifique
Le très honorable

Norman Stewart Hughson Lamont, baron Lamont de Lerwick, né le dans les îles Shetland, est un homme politique britannique, ancien député conservateur de Kingston-upon-Thames.

Chancelier de l'Échiquier du gouvernement de John Major, de 1990 à 1993[1], il est reconnu comme le lobbyiste de la République islamique iranienne auprès des gouvernements occidentaux. Le Premier ministre David Cameron le nomme, en janvier 2016, Trade Envoy to Iran. 

Sommaire

BiographieModifier

Lamont est né le 8 mai 1942 dans les îles Shetland et a grandi à Grimsby, où son père était chirurgien[2]. Il commence ses études à la Loretto school (en) de Musselburgh (Écosse) et au Fitzwilliam College de Cambridge où il a été président de l'Association conservatrice de l'université de Cambridge. En 1964, il est le président de la Cambridge Union Society[3]

À Cambridge, il est le contemporain de Michael Howard, Kenneth Clarke, Leon Brittan, et John Gummer qui tous sont devenus des personnalités du Parti conservateur. Le groupe était parfois collectivement connu sous le nom de Cambridge Mafia.

En 1971-1972 Lamont est le président du think tank de centre-droite Bow Group[4].

Entre 1990 et 1993 il est le chancelier de l'Échiquier du gouvernement de John Major.

Lobbyiste pro-iranienModifier

Une fois qu'il quitte son fauteuil de chancelier, il devient le conseiller et avocat des hommes d'affaires de la diaspora iranienne au Royaume-Uni[5]. Il se crée un carnet d'adresse et un réseau très influent qui fait de lui un acteur incontournable dans les relations économiques et politiques entre le 10 Downing Street et Téhéran. C'est donc naturellement qu'il est nommé, en 2004, président (chairman) de la chambre de commerce britannico-iranienne (British Iranian Chamber of Commerce - BICC)[6].

Avec l'ancien Premier ministre Tony Blair, il est un fervent défenseur de la levée des sanctions mises en place contre l'Iran.

Une fois cette levée négociée en janvier 2016[7], l'influent Lord Lamont et son groupe remportent de nombreux contrats, et son rôle n'en devient que plus important dans la nouvelle donne des relations britannico-iraniennes[8].

Le Premier ministre David Cameron le nomme en janvier 2016, Trade Envoy to Iran[9].

Notes et référencesModifier

  1. « Lord Lamont of Lerwick », sur UK Parliament (consulté le 27 juin 2016)
  2. « Biography for Lord Lamont of Lerwick », sur MyParliament (consulté le 22 avril 2016)
  3. (en) Keith Laybourn, British Political Leaders: A Biographical Dictionary, ABC-CLIO, (ISBN 9781576070437, lire en ligne)
  4. « The Bow Group », sur bowgroup.org (consulté le 22 avril 2016)
  5. « Norman Lamont, pilier des réseaux d’affaires Londres-Téhéran - Intelligence Online », sur intelligenceonline.fr (consulté le 22 avril 2016)
  6. sean@bermingham.co.uk, « The British Iranian Chamber of Commerce : Welcome », sur bicc.org.uk (consulté le 22 avril 2016)
  7. Claire Guélaud, « Iran : l’effet de la levée des sanctions en trois chiffres », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 22 avril 2016)
  8. (en-GB) « The new trade envoy to Iran says it is the biggest emerging market since the collapse of the Soviet Union », sur The Independent (consulté le 22 avril 2016)
  9. Jim Pickard et Chief Political Correspondent, « Lord Lamont made UK’s trade envoy to Iran », Financial Times,‎ (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le 22 avril 2016)

Liens externesModifier