Musique mexicaine

La musique du Mexique est variée et comprend une large gamme de styles musicaux parfois influencés par la musique folklorique. Un grand nombre de mélodies populaires mexicaines déjà anciennes et qui ne sont plus guère jouées que dans les zones touristiques du pays sont mondialement connues. Cielito Lindo (composée en 1882), La Bamba, et bien d'autres font partie de la culture mexicaine et sont célèbres dans le monde entier.

Mondialement connue, la chanson La Cucaracha n'est pas mexicaine mais d'origine espagnole.

Musique traditionnelleModifier

NorteñoModifier

Genre musical typique du Nord du Mexique qui fait jouer des instruments traditionnel tels que l'accordéon, le bajo sexto, une grande guitare à six cordes, le taloche, la contrebasse dont on claque les cordes comme une percussion...

RancheraModifier

D'origine ouest-mexicaine elle constitue un des genres du mariachi. Cette musique apparaît au début du XXe siècle. Elle est caractérisée par les mêmes orchestrations.

PirekuaModifier

La pirekua est la musique des Purepechas (en langue Parembé). Les Fokloristas l'avaient fait connaitre en Amérique Latine avec "Rosa de castilla"[1]. Elle a été remise à l'honneur par Lila Downs (Tirineni Tsitsiki[2]). Internet a permis la diffusion de cette musique toujours très actuelle, très présente sur youtube, en association avec la reconnaissance de l'ethnie Purepecha.

Instruments de musiqueModifier

Voir : Instruments de la musique mexicaine[3]

Musique classiqueModifier

Le compositeur mexicain Juventino Rosas (Juventino Policarpo Rosas Cadenas, né à Mexico en 1868 et décédé à Cuba en 1894) est le compositeur de la valse mondialement connue sobre las olas. Il composa d'autres valses ainsi que des polkas et des mazurkas, de même qu'un autre compositeur de l'époque, Felipe Villanueva. Ricardo Castro (1864-1907) est le premier Mexicain à écrire des symphonies et des concertos.

Les compositeurs tel que Macedonio Alcalá (es) auteur de Dios nunca muere (es), Rodolofo Campodónico s'illustrèrent en composant des valses toujours jouées actuellement.

Des compositeurs plus jeunes, comme José Rolón (1876-1945), Manuel María Ponce (1882-1948) et Antonio Gómezanda (1894–1961) son élève, continuèrent dans un style plus romantique, mais firent la transition vers un langage moderne.

Après la révolution, les compositeurs les plus marquants sont Candelario Huízar (1883-1970), au style très mexicain, Carlos Chávez (1899-1978), auteur d'une Symphonie indienne, et Silvestre Revueltas (1899-1940), le plus représentatif par ses œuvres modernes.

Agustín Lara auteur de pièces mondialement connues.

Il convient de retenir aussi le "Groupe des quatre", formé de Blas Galindo (1910-1993), qui s'inspire des mariachis mais aussi de la musique polytonale et atonale, José Pablo Moncayo (1912-58) qui reprend les thèmes traditionnels de Veracruz pour son œuvre la plus célèbre, Huapango (1940), Salvador Contreras (1910-1982), auteur de musique tonale puis atonale très personnelle, et Daniel Ayala Pérez.

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, des compositeurs d'origine étrangère s'imposent, comme Rodolfo Halffter, d'origine espagnole, et Conlon Nancarrow, issu des États-Unis. Parmi les compositeurs les plus récents, se détachent Manuel Enríquez (1926-1994), Gloria Tapia (1927-2008), Alicia Urreta (1930-1986), Mario Lavista (1943) et Daniel Catán (1949).

L'avant-garde musicale est représentée par Julio Estrada (1943), Arturo Márquez (1950), Ana Lara (1959) ou encore Gabriela Ortiz (1964).

La musique du Mexique est variée et comprend une large gamme de styles musicaux parfois influencés par la musique folklorique. Un grand nombre de mélodies populaires mexicaines déjà anciennes et qui ne sont plus guère jouées que dans les zones touristiques du pays sont mondialement connues. Cielito Lindo (composée en 1882), La Bamba, et bien d'autres font partie de la culture mexicaine et sont célèbres dans le monde entier.

Mondialement connue, la chanson La Cucaracha n'est pas mexicaine mais d'origine espagnole.

Musique actuelleModifier

Notes et référencesModifier

  1. EatNopales, « Rosa de Castilla (Los Folkloristas) », (consulté le 12 mai 2017)
  2. EatNopales, « Tirineni Tsitsiki (Lila Downs) », (consulté le 12 mai 2017)
  3. Montgomery, L. M., Anne of Green Gables, Legend Press, (ISBN 1-78719-835-9 et 978-1-78719-835-7, OCLC 1099963956, lire en ligne)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier