Le boléro est une danse de bal et de théâtre à trois temps, apparue en Espagne au XVIIIe siècle. En 1780, le maître à danser de Charles III, Sebastián Lorenzo Cerezo, le codifie et lui donne ses lettres de noblesse à la scène, participant ainsi à la naissance de la danse académique espagnole, l'« escuela bolera ».

La romería (ou El bolero) de José Camarón Boronat (1785), musée du Prado (Madrid).
Danseurs de boléro (n° 7 et n° 8). Costumes de Madrid (1809).
Toulouse-Lautrec - Marcelle Lender dansant le boléro dans Chilpéric, opéra-bouffe d'Hervé (1895)

La vogue du boléro devient telle qu'en 1795, Juan Jacinto Rodríguez de Calderón rédige La Bolerologia o quadro de las escuelas del bayle bolero, tales quales eran en 1794 y 1795, en la corte de España.

L'origine étymologique du mot « boléro » reste incertaine : pour certains[Qui ?], le mot fait référence au chapeau ou au gilet que portaient les Andalous ; pour d'autres[Qui ?] il désigne le danseur de bolas (boules), mais l'origine la plus vraisemblable paraît être le surnom de « Volero » (le danseur volant) qu'on donnait à Sebastián Cerezo[1].

Le boléro et la musiqueModifier

Le boléro a été utilisé en 1937 par Django Reinhardt dans sa fameuse pièce intitulée Boléro. Cette composition a été inspirée par celui de Ravel.

Le boléro dans la musique savanteModifier

 
Ballerine avec castagnettes. Marie Guy-Stéphan, ajoute à son répertoire le boléro chorégraphique. Daguerréotype vers 1850.

Ce genre musical a inspiré de nombreux compositeurs de musique savante :

Le boléro dans les musiques populairesModifier

La chanson française s'est assez tôt emparé du boléro. Plus tard, certains musiciens de rock progressif, influencés par la musique classique, ont aussi composé sur des rythmes de boléro.

Notes et référencesModifier

  1. Eugène de Montalembert et Claude Abromont, Guide des genres de la musique occidentale, Paris, Fayard - Henri Lemoine, , 1309 p. (ISBN 978-2-213-63450-0), « Le boléro », p. 109

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :