Ouvrir le menu principal

Mouvement libéral de la République de Lituanie

Mouvement libéral de la République de Lituanie
(lt) Lietuvos Respublikos liberalų sąjūdis
Image illustrative de l’article Mouvement libéral de la République de Lituanie
Logotype officiel.
Présentation
Président Eugenijus Gentvilas
Fondation
Scission de LiCS
Siège Vašingtono a. 1, Vilnius (Lituanie)
1er vice-président Vitalijus Gailius
Positionnement Centre droit
Idéologie Libéralisme
Libéral-conservatisme
Affiliation européenne ALDE
Adhérents 7 722 ()
Couleurs Orange
Site web http://www.liberalai.lt
Présidents de groupe
Seimas Eugenijus Gentvilas
Parlement européen Guy Verhofstadt (ADLE)
Représentation
Députés
14 / 141
Députés européens
1 / 11

Le Mouvement libéral de la République de Lituanie (en lituanien : Lietuvos Respublikos liberalų sąjūdis, LRLS) est un parti politique libéral lituanien, fondé en 2006 par Petras Auštrevičius.

HistoriqueModifier

FondationModifier

En , sept députés, membres de l'Union centriste et libérale (LiCS), fondée en 2003, publient un manifeste pour la transparence, la démocratie et la liberté, en forme de critique contre Artūras Zuokas, président de la LiCS. À peine trois mois plus tard, le , se réunit le congrès fondateur du LRLS, qui porte Petras Auštrevičius, l'un des sept députés, à la présidence de la nouvelle formation.

Premiers résultatsModifier

Après avoir remporté seulement 3 % des voix aux élections locales de 2007, le LRLS choisit comme président, en , Eligijus Masiulis, jeune député de 33 ans. Le mois suivant, aux élections législatives, la formation obtient 5,7 % des suffrages exprimés et 11 députés sur 141, juste devant la LiCS.

Il négocie ensuite sa participation à la coalition d'Andrius Kubilius, avec l'Union de la patrie - Chrétiens-démocrates lituaniens (TS-LKD), le Parti de la résurrection nationale (TPP) et la LiCS. Le LRLS se voit attribuer les ministères des Transports, de l'Éducation, et de la Justice, ce dernier étant confié à un indépendant.

À l'occasion des élections européennes de , il remporte 7,1 % des voix et un député sur 13, contre 3,3 % et aucun siège pour la LiCS. Toutefois, aux élections locales de 2011, il se contente de 6,4 % des suffrages, un point et demi de moins que son adversaire libéral.

Le 28 octobre 2012, il obtient dix députés au Seimas en léger recul par rapport aux précédentes législatives.

Programme et idéologieModifier

Principaux résultats électorauxModifier

AnnexesModifier