Monarchie australienne

système de gouvernement en vigueur en Australie
(Redirigé depuis Monarchie en Australie)

Reine d’Australie
(en) Queen of Australia
Image illustrative de l’article Monarchie australienne
Armoiries de l'Australie

Image illustrative de l’article Monarchie australienne
Titulaire actuel
Élisabeth II
depuis le

Création
Titre Sa Majesté
Durée du mandat À vie
Premier titulaire Victoria

L’Australie est une monarchie constitutionnelle et un royaume du Commonwealth. La reine Élisabeth II règne depuis le . D’après la Constitution de l'Australie, les pouvoirs de la reine sont délégués au gouverneur général, qui est nommé par la reine conformément à l’avis du Premier ministre australien. Dans les domaines qui concernent l’Australie, la reine n’agit que conformément à l’avis de ses ministres australiens.

En Australie, le titre officiel de la reine est : Élisabeth II, par la grâce de Dieu, reine d’Australie et ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth (le « Commonwealth » se rapporte ici au Commonwealth des Nations, pas au Commonwealth d’Australie). Dans la pratique, la reine Élisabeth II est simplement connue sous le nom de « la reine » ou « la reine d’Australie » quand elle se trouve en Australie, ou quand elle est à l’étranger et qu’elle représente l’Australie. Comme pour ses autres couronnes, elle porte l'ordinal II bien qu'Élisabeth Ire n'ait jamais eu connaissance de l'existence de ce continent.

La colonie royale britannique de Nouvelle-Galles du Sud commence par la fondation d’un camp pénitentiaire à Sydney en 1788, sous le règne de George III. Les colonies australiennes deviennent des démocraties parlementaires autochtones pendant les années 1850 et, en 1901, la fédération des colonies est achevée, après un référendum. Le Commonwealth d'Australie naît en tant que dominion de l’Empire britannique, la reine Victoria devenant le premier chef de l'État australien. En 1954, la reine Élisabeth II est le premier monarque régnant à visiter l’Australie. D’énormes foules l’accueillent dans chaque grande ville. Le républicanisme a existé très tôt en Australie, toutefois la monarchie a longtemps été populaire et le républicanisme n’a été sérieusement envisagé par un Premier ministre australien qu’à partir de 1992. Entre 1991 et 2014, les sondages montrent constamment une majorité de partisans d’une république australienne[1], mais un référendum sur la question échoue en 1999. La popularité du système monarchique après avoir diminué ces dernières années, est en hausse.

Monarchie constitutionnelle en AustralieModifier

Rôle national et internationalModifier

Une des caractéristiques les plus compliquées de la monarchie australienne est qu’elle est en fait une monarchie partagée. Environ 53 États souverains indépendants, y compris l'Australie, sont membres du Commonwealth des Nations (anciennement connu sous le nom d'Empire britannique puis de Commonwealth britannique). Seize de ces pays sont spécifiquement des royaumes du Commonwealth qui reconnaissent séparément la même reine, Élisabeth II, en tant que chef d'État.

« Reine Élisabeth II » est le titre conventionnel du monarque actuel pour tous les royaumes du Commonwealth. Elle n’est généralement considérée en tant que « reine d'Australie » que lorsqu’elle est effectivement présente en Australie ou lorsqu’elle assiste à des cérémonies ou remplit des fonctions liées à l’Australie. La reine d'Australie agit uniquement conformément à l'avis du Premier ministre australien ou, dans les affaires concernant les six États fédérés, conformément à l'avis du Premier ministre de l’État concerné. La remise d’une distinction honorifique, tel que l’ordre d'Australie, en est un exemple. Toutes les distinctions honorifiques australiennes sont décernées au nom de la reine d'Australie.

La plus grande partie des fonctions de la reine sur le sol national est remplie par le gouverneur général d'Australie au niveau fédéral et par les gouverneurs dans les États fédérés. Il y a peu de fonctions qui doivent être remplies spécifiquement par la reine (par exemple, donner la sanction royale à la nomination du gouverneur général sur avis du Premier ministre australien, ou d’un gouverneur d’État sur avis du Premier ministre de l’État concerné), ou qui réclament l’accord de la reine ainsi que celui du gouverneur général. La reine d’Australie n’intervient jamais directement dans les affaires politiques.

En plus du rôle de reine dans chacun de ses royaumes, le monarque australien est également le chef du Commonwealth. Cependant, ce titre n'implique aucun pouvoir politique sur les pays membres et n'appartient pas automatiquement au monarque ; seul le monarque « partagé » des royaumes du Commonwealth a porté ce titre.

Rôle constitutionnelModifier

 
Le premier Parlement du Commonwealth de l'Australie a été ouvert à Melbourne par le duc de Cornouailles et d'York (futur George V), le .

Selon la section 1 de la Constitution australienne, la reine d'Australie est une des trois composantes du Parlement d'Australie. Les fonctions constitutionnelles de la Couronne sont déléguées au gouverneur général d'Australie que la reine nomme sur proposition du Premier ministre. La Constitution en Australie est née après la fin de la colonisation.

Rôle culturelModifier

 
Un tiers de la population d'Australie a observé la retransmission télévisée du mariage de l'héritier en second du trône australien, le prince William, en 2011.

Les fonctions du monarque et de ses représentants sont en grande partie cérémonielles et, traditionnellement, la famille royale et les gouverneurs sont à la tête d'une multitude d'organismes charitables et altruistes. Par exemple, le Duke of Edinburgh Award Scheme est une activité populaire pour les jeunes dans le Commonwealth des Nations et en particulier en Australie, Lady Diana présidait un certain nombre d'œuvres de charité australiennes, en particulier dans le secteur des services de santé, et les gouverneurs généraux sont à la tête d'un grand nombre d'organismes culturels en Australie[2].

Les deux bâtiments successifs du Parlement d'Australie et des établissements culturels importants comme l'opéra de Sydney ont été inaugurés par des membres de la famille royale, mais la celle-ci soutient également de petites œuvres charitables et des organismes communautaires[3]. Les membres de la famille royale assistent souvent à des moments significatifs de célébration nationale ou de deuil[4], et ont traditionnellement maintenu des liens forts avec les militaires australiens[5],[6].

Historiquement, beaucoup d'organismes nationaux significatifs sont dits « royaux » en Australie, y compris le Royal Flying Doctor Service, la Société royale pour la prévention de la cruauté contre les animaux; la Royal Australian Navy (Marine) et la Royal Australian Air Force (Armée de l'air).

La popularité du système monarchique, après avoir diminué ces dernières années, est en hausse. Pour les monarchistes, le monarque est perçu comme un symbole culturel d'unification et de continuité pour les populations disparates du continent australien[7][réf. obsolète]. À l'inverse, le Premier ministre travailliste Paul Keating décrit la monarchie comme anachronique pendant les années 1990. Quoi qu'il en soit, sept millions d'Australiens (sur une population de 21 millions) observent la transmission télévisée du mariage du prince William et de Catherine Middleton en 2011[8].

Rôle légalModifier

 
Le gouverneur général d'Australie, David Hurley. La fonction du monarque sur le sol national est remplie par le gouverneur général au niveau fédéral et par les gouverneurs dans les États fédérés. Ces « vice-rois » sont choisis par les têtes des gouvernements de l'Australie.

Le gouverneur général et les gouverneurs des États accomplissent les fonctions du monarque en Australie. Les fonctions du monarque sont en grande partie cérémonielles et la reine n’agit que conformément à l'avis de ses ministres australiens ; cependant, la Constitution australienne et des États accordaient à la couronne le rôle d'arbitre en cas d'impasse politique. En 1932, le gouverneur de Nouvelle-Galles du Sud, Sir Philip Game retire sa charge à Jack Lang et nomme le chef de l'opposition Premier ministre. Jack Lang appelle à de nouvelles élections, et retire par la suite tous les fonds de l'État détenus sur des comptes bancaires fédéraux[9]. En 1975, le gouverneur général décide d'une élection fédérale en renvoyant le gouvernement de Gough Whitlam après une impasse parlementaire prolongée entre le Sénat et Chambre des représentants[10].

La reine Élisabeth II est chef de 16 États du Commonwealth des Nations. L'approbation unanime des Parlements de ces nations (Australie y compris) doit être obtenue avant que des changements puissent être faits dans l'ordre de succession au trône[11].

HistoireModifier

La colonie royale britannique de Nouvelle-Galles du Sud commence par la fondation d’un camp pénitentiaire (qui plus tard deviendra Sydney) à Port Jackson par le capitaine Arthur Phillip le , sous le règne de George III. Au cours de la période allant de 1855 à 1890, les six colonies de la Couronne deviennent successivement autonomes, gérant leurs propres affaires. Le , la fédération des colonies est achevée, après un référendum, et le Commonwealth d'Australie naît en tant que dominion de l’Empire britannique. La reine Victoria devient ainsi le premier chef de l'État australien.

Le premier Parlement du Commonwealth d'Australie est ouvert à Melbourne par le duc de Cornouailles et d'York (futur roi George V), le . Quand la capitale est déplacée à Canberra, le premier Parlement est ouvert par le duc et la duchesse d'York (futurs roi George VI et reine Elizabeth) en 1927.

En 1954, la reine Élisabeth II est le premier monarque régnant à visiter l'Australie. D'énormes foules l'accueillent dans chaque grande ville. La reine est depuis revenue en Australie de nombreuses fois. Elle inaugure l'opéra de Sydney en 1973, le nouveau Parlement de Canberra en 1988 et les Jeux du Commonwealth de 2006 à Melbourne. Son fils, le prince Charles, est allé à l'école au Victoria dans les années 1960.

Le républicanisme a existé très tôt en Australie, en particulier parmi les bagnards irlandais de la période coloniale. Le poète Henry Lawson est un républicain notable du XIXe siècle, toutefois la monarchie a longtemps été populaire en Australie. Le républicanisme n'a été sérieusement envisagé par un Premier ministre australien qu'à partir de Paul Keating en 1992.

Visites royalesModifier

 
Le Prince Charles a été envoyé à l'école en Australie à la Geelong Grammar Timbertop en 1966

Il y a eu plus de cinquante visites royales en Australie depuis 1867, et des membres de la famille royale comme le prince Charles et le prince Harry ont séjourné en Australie pendant leur jeunesse.

La première visite royale a lieu en 1867-1868 par le prince Alfred. Elle produit une effusion d'exaltation et une honte nationale après une tentative d'assassinat du prince. En effet, le , l'Irlandais Henry James O'Farrell tire sur le prince lors d'une réunion publique dans le quartier de Clontarf, à Sydney. O'Farrell est immédiatement arrêté, condamné à mort et pendu en avril de la même année[12].

Le duc et la duchesse de Cornouailles et d'York visitent en Australie en 1901 à l'occasion de l'inauguration de la première réunion du Parlement d'Australie à Melbourne. Leur arrivée à Melbourne est spectaculaire et 100 000 personnes assistent à l'arrivée du couple princier à Sydney.

Le prince de Galles reçoit un accueil enthousiaste en 1920, année de sa venue pour remercier la nation de ses efforts pendant la Première Guerre mondiale.

L'arrivée du duc et de la duchesse d'York pour l'ouverture du nouveau Parlement national à Canberra voit un million de personnes se réunir pour les accueillir à Sydney.

Le prince Henry, duc de Gloucester, troisième fils du roi George V, est nommé gouverneur général d'Australie par le Premier ministre travailliste John Curtin en 1945, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les visites royales se sont répétées régulièrement pendant le règne de la reine Élisabeth II. En 1954, elle devient le premier monarque régnant à poser le pied sur le sol australien, accompagnée de son mari, le duc d'Édimbourg. La réception dans tout le pays est incroyable, dans le Territoire de la capitale australienne, en Nouvelle-Galles du Sud, en Tasmanie, au Victoria, au Queensland, en Australie-Méridionale et Australie-Occidentale. La reine inaugure l'opéra de Sydney en 1973, le nouveau Parlement en 1988 et les Jeux du Commonwealth de 2006 à Melbourne[13].

Son fils, le prince Charles, prince de Galles, a été envoyé à l'école en Australie à la Geelong Grammar Timbertop en 1966. Il a visité l'Australie plusieurs fois et a amené son fils nouveau-né, le prince William, avec lui en 1983, ainsi que son épouse Diana. Son deuxième fils, le prince Harry, a vécu en Australie en 2003 en travaillant dans des stations de moutons et de bétail de l'Outback[14]. La princesse Anne a représenté la reine au service commémoratif pour les victimes des feux de brousse du Victoria de 2009[15].

 
La princesse Anne avec le Royal Australian Corps of Signals (2000).

Le populaire prince William est retourné en Australie en 2010 et 2011, pour assister à une cérémonie indigène à Redfern et rencontrer les victimes des inondations dans le Queensland[16],[17].

La visite la plus récente de la reine a eu lieu en , pour la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth. Lors de cette réunion historique à Perth, les Premiers ministres du Royaume-Uni et d'Australie annoncent que les seize royaumes du Commonwealth ont accepté des changements dans les règles de l'ordre de succession au trône, pour mettre fin à la primogéniture masculine et en autorisant le conjoint du souverain à être catholique[18]. Au milieu d'une renaissance apparente du soutien à la monarchie, près de 60 ans après sa première visite, plus de 45 000 personnes viennent apercevoir la reine à Brisbane et quelques milliers à Melbourne[19]. 100 000 personnes viennent pour voir la reine à Perth avant son départ[20].

La Couronne et l’Australian Defence ForceModifier

La reine détient un certain nombre de titres dans les forces armées australiennes et a assisté à nombre d'événements pour honorer leur service dans les conflits mondiaux. En 2003, la reine reconnaît la dette énorme due aux soldats australiens dans les deux guerres mondiales en inaugurant le mémorial australien de guerre au Hyde Park Corner à Londres.

Le , le général australien John Monash est adoubé sur le champ de bataille par le roi George V. C'est la première fois qu'un monarque britannique honore un commandant d'une telle manière en 200 ans[21].

En 2000, lors de la célébration du centenaire de la fédération australienne, l'Australian Federation Guard montd la garde au palais de Buckingham à Londres. C'est la première fois qu'un régiment non britannique garde la résidence du souverain et la première fois que des femmes y participent[22].

Débat moderne sur la monarchieModifier

Avant le référendumModifier

Le débat sur l'avenir institutionnel de l'Australie prend réellement une ampleur nationale avec l'arrivée au poste de Premier ministre de Paul Keating, qui en fait son cheval de bataille durant sa campagne aux élections générales.

Le chef de l'opposition issu du Parti libéral australien, Alexander Downer, propose une Convention constitutionnelle des citoyens pour discuter des propositions pour la réforme constitutionnelle. Le parti libéral remporte les élections de 1996 avec John Howard, un monarchiste, comme chef. Il convoque une commission chargée d'élaborer un modèle institutionnel valable et acceptable sur une base républicaine qui, le cas échéant, serait adopté et mis en place avec le nouveau millénaire. Cent cinquante-deux membres sont donc réunis pour mettre au point un modèle républicain pour l'Australie dès 1998.

La commission rend son travail public et le présente à la fin de l'année 1998 : le modèle repose sur la nomination d'un président de la République par le Premier ministre sur une liste de 15 candidats potentiels. Cette liste aurait été élaborée par élection et le choix du candidat soumis à une ratification des deux tiers des membres des deux chambres du Parlement réunies et avec l'aval du chef de l'opposition.

Ce modèle s'avère donc bien loin des aspirations « républicaines » des Australiens, qui auraient préféré une élection directe du président et un renforcement de ce dernier en tant qu'arbitre des institutions, alors que le modèle le rend de manière implicite affilié à une sensibilité politique.

La campagne en faveur de la monarchie est menée par Kerry Jones (d'origine catholique irlandaise) qui prétend que le statu quo offre à l'Australie des protections constitutionnelles incomparables. D'autres monarchistes célèbres sont Tony Abbott, le juge Michael Kirby, l'ancien chef du parti travailliste Bill Hayden et l'homme d'État indigène Neville Bonner. Le Parti libéral au gouvernement laisse libre choix à ses membres sur leur propre position en la matière, alors que le Parti travailliste fait campagne pour la République.

Les libéraux Peter Costello, Malcolm Turnbull et Malcolm Fraser, de même que les travaillistes Bob Hawke et Gough Whitlam, soutiennent la république[23].

Après le référendumModifier

Le , un référendum est organisé pour soumettre le modèle retenu au vote des Australiens. Le « non » à la république l'emporte avec 54,87 % des voix, l'explication de cet échec étant que le modèle proposé ne permettait pas aux Australiens de choisir librement leur président.

Aussi, le résultat du référendum n'apparaît pas comme un refus d'une république, encore moins comme un renforcement de la monarchie ; au contraire, le sentiment républicain n'a pas disparu mais les Australiens attendent qu'on leur propose un modèle qui les inclut dans le jeu politique.

Pour certains, l'indécision dans le choix du modèle républicain transcrit un sentiment d'insécurité avec des alternatives. En effet, le modèle visait majoritairement à maintenir un système en place en ne modifiant que légèrement les modes de nominations, l'essentiel des prérogatives demeurant identiques. De fait, il s'agissait de ne pas déstabiliser un système qui « jusqu'à présent a très bien servi l'Australie ». Les colonies australiennes sont devenues des démocraties parlementaires au cours des années 1850[24] et l'Australie a su rester parmi les quelques nations qui sont demeurées démocratiques tout au long du XXe siècle. En conséquence, l'électorat australien se montre instinctivement conservateur quand il doit voter pour une réforme constitutionnelle. Seule une petite minorité de référendums réformateurs a été approuvée depuis 1901, date de la création de la fédération[25].

La prise de fonction de Julia Gillard, le , comme Premier ministre relance à nouveau le débat. Elle propose en effet la création d'une république au décès d'Élisabeth II. Tony Abbott, alors chef de l'opposition, s'oppose à la transformation de l'Australie en république et ces dernières années, la popularité de la monarchie a augmenté[26]. La reine reste respectée et son petit-fils, le prince William, est populaire.

RéférencesModifier

  1. (en) "Australian support for monarchy has grown as debate for republic revived", The Guardian, 27 janvier 2016
  2. (en) « The Duke of Edinburgh's International Award », sur www.dukeofed.org.au (consulté le )
  3. (en) « Redfern residents thrilled by Prince's visit », sur ABC News (consulté le )
  4. « National - Live feed news - ninemsn, Nine News », sur news (consulté le )
  5. « Prince Charles at biggest ever Gallipoli service », sur Telegraph.co.uk (consulté le )
  6. « Queen unveils Australian war memorial », sur Mail Online (consulté le )
  7. http://150.theage.com.au/view_bestofarticle.asp?straction=update&inttype=1&intid=997
  8. http://www.heraldsun.com.au/news/special-reports/wills-and-kates-day-watched-by-all/story-fn888sz0-1226047634410
  9. Bede Nairn, Lang, John Thomas (Jack) (1876–1975), National Centre of Biography, Australian National University (lire en ligne)
  10. « Princely magnetism could swing views on monarchy », sur The Sydney Morning Herald (consulté le )
  11. « Dickie Arbiter joins Heather Ewart », (consulté le )
  12. http://www.cultureandrecreation.gov.au/articles/royalvisits/
  13. http://www.royal.gov.uk/MonarchAndCommonwealth/Australia/Royalvisits.aspx
  14. « World Briefing | Australia: Prince Harry's Outback Adventure », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  15. http://www.sbs.com.au/news/article/1009362/Bells-toll-at-bushfire-memorial-service
  16. http://www.theaustralian.com.au/news/people-welcome-prince-william-to-the-block-in-redfern/story-e6frg6n6-1225821299317
  17. « 'We might have to come here for our honeymoon,' says Prince William during visit to Australian towns devastated by cyclone », sur Mail Online (consulté le )
  18. (en-GB) Nicholas Watt, « Royal succession gender equality approved by Commonwealth », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  19. http://www.couriermail.com.au/news/queensland/queen-elizabeths-four-hour-visit-to-brisbane-leaves-lasting-impression/story-e6freoof-1226175731490
  20. http://www.theaustralian.com.au/news/nation/more-than-100000-people-in-perth-farewell-the-queen/story-e6frg6nf-1226180291017
  21. (en) The London Gazette, (Supplement) no 30450, p. 1, 28 décembre 1917. Consulté le 17 juillet 2008.
  22. « Women and Skippy guard Buckingham Palace », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. http://www.abc.net.au/referendum99
  24. http://www.parliament.vic.gov.au/hist.html
  25. http://www.aph.gov.au/library/Pubs/rp/1999-2000/2000rp02.htm
  26. http://www.theaustralian.com.au/national-affairs/new-polling-shows-support-for-the-monarchy-in-australia-is-at-its-highest-level-since-1991/story-fnaivo74-1226170467111

Articles connexesModifier