Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naciri.
Mohamed El-Mekki Naciri
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nom dans la langue maternelle
محمد المكي الناصريVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Cheikh Mohamed El-Mekki Naciri (en arabe : الشيخ محمد المكي .الناصري), né à Rabat le et mort le , est un érudit, homme de lettres, poète, ambassadeur marocain en Libye, ministre des habous et des affaires islamiques et président du comité scientifique de la wilaya de Rabat- et Salé.

Un lycée porte son nom à Tétouan[1].

Sommaire

BiographieModifier

Mohamed El-Mekki Naciri, né au sein d'une grande famille marocaine affiliée à son ancêtre Mohamed Ben Nacer fondateur de la zaouïa du même nom, se spécialise en littérature et en philosophie lors de ses études universitaires au Caire, puis en suivant des études de pédagogie à Paris et enfin en droit à Genève. Mohamed a reçu son éducation de la main de grands lettrés de l'époque tels que Abou Chou'aib Doukkali, Hajj Mohammed Naciri, Mohamed El-Madani Ben Al-Houssni, Mohamed Ben Abdessalam As-Sayeh, au Moyen-Orient de la part de Mustapha Abd Ar-Razak, Mansour Fahmy, Abdelhamid Al-Abbadi, Abdelwahab Mohamed Azzam ou encore Youssouf Karam. Il a été président de la cellule de résistance, Comité d'Action Marocain, avant l'indépendance marocaine et délégué de l'Association des étudiants Musulmans d'Afrique du Nord. En 1937, El-Mekki devient directeur de l'Institut Moulay Hassan pour les Recherches Marocaines à Tétouan, fonde le premier des établissements scolaires arabisant libres à Tétouan, Tanger et Ksar El Kébir, l'Institut Moulay Mehdi. Il crée le Parti de l'Unité en 1938 qui s'éteint en 1960. Il est aussi membre fondateur du Comité de Libération du Maghreb Arabe auprès de Abdelkrim al-Khattabi au Caire et également membre de la Délégation ayant défendu de la cause marocaine auprès de la Ligue arabe et de l'ONU. En 1956, il est membre du Conseil National Consultatif et participe à l'élaboration de la constitution dans les années 1960. Il est ambassadeur du Maroc à Tripoli de 1961 à 1963, il est par ailleurs nommé gouverneur de la Province d'Agadir. Outre son riche cursus dans la sphère politique, Mohamed el-Mekki Naciri est avant tout un homme de foi car il gagne le titre de Cheikh, c'est-à-dire qu'il a appris tous les chapitres du Coran, il deviendra donc professeur de droit islamique à la Faculté de Rabat et à l'Université Al Quaraouiyine. Il est membre du Conseil Supérieur au Plan et de la Promotion Nationale en 1968. Il est imam à la mosquée Assouna près du Lycée Moulay Youssey à Rabat et à la mosquée Mohamed V. En 1970, il devient membre de la deuxième chambre constitutionnelle ainsi que de la commission royale de codification au ministère de la justice. Le , il devient ministre des Habbous, des Affaires Islamiques et de la Culture[2].

Publications (arabophones)Modifier

EssaisModifier

Source: (ar) Œuvres de Mekki Naciri sur www.uemnet.free.fr

  • (ar) حياة سقراط زعيم الفلاسفة وأبو الفلسفة القديمة (Vie de Socrate, patron des philosophes et père la philosophie antique, Le Caire, 1930)
  • (ar) حرب صليبية في مراكش (Croisade à Marrakech, 1931)
  • (ar) فرنسا وسياستها البربرية في المغرب الأقصى (La France et sa politique berbère au Maroc, Le Caire)
  • (ar) الأحباس الإسلامية في المملكة المغربية (Les Habbous musulmans dans le Royaume du Maroc, Tétouan, 1935)
  • (ar) موقف الأمة المغربية من الحماية الفرنسي (L'opinion de la nation marocaine sur le protectorat français, Tétouan, 1946)
  • (ar) التيسير في أحاديث التفسير (Traité sur l'Aide à la compréhension des Hadiths de l'interprétation (du Coran), Beyrouth)

Recherches publiéesModifier

  • (ar) إظهار الحقيقة وعلاج الخليقة (Divulgation de la vérité et traitement de la création, 1925)
  • (ar) وصايا دينية من ملوك الدولة العلوية (Commandements religieux des rois alaouites, 1934)
  • (ar) مطالب الشعب المغربي (Revendications du peuple marocain)

Œuvres traduites en arabeModifier

  • سياسة الحماية الفرنسية في المغرب: تقرير سري للمارشال ليوطي (La politique coloniale française au Maroc: Rapport secret du Maréchal Lyautey, Le Caire, 1938)
  • كيف تمت مؤامرة الظهير البربري: محاضر جلسات اللجنة السرية المكلفة بوضع مشروع الظهير البربري (Comment s'est faite la conspiration du Dahir Berbère : Les procès-verbaux des réunions de la commission chargée de l'élaboration du Dahir Berbère, Tétouan, 1941)

Notes et référencesModifier

  1. lycée Mohamed el-Mekki Naciri
  2. Biographie de M. el-M. Naciri dans le livre jaune des célébrités marocaines, sur ghannamonde.populus.org

Article connexeModifier

Liens externesModifier